Archives nationales du monde du travail

Inauguré et ouvert au public en octobre 1993 à Roubaix (Nord), le Centre des archives du monde du travail a pour mission de collecter, de traiter, de conserver et de mettre à la disposition du public les fonds d’archives dits «du monde du travail».
Organisé en service à compétence nationale depuis le 31 décembre 2006, il est à présent dénommé Archives nationales du monde du travail.

► Coordonnées

78 Boulevard du Général Leclerc
59100 Roubaix
Tel. 03 20 65 38 00
Mail anmt@culture.gouv.fr
Site www.archivesnationales.culture.gouv.fr/camt/

Changement d’accès : les ANMT rouvrent le pont-levis !
À compter du 28 mai 2019, l’entrée des lecteurs et visiteurs se fera par la majestueuse entrée du pont levis.
Fini l’accès par le mail Jacques Prouvost. Après des années de fermeture, l’accès par le parvis (façade monumentale donnant sur le boulevard Leclerc) redevient l’entrée principale des ANMT !

► Actualités

Lettre d’Information

Lettre d’information – Mai 2020

Au moment où les ANMT entrent dans une période de post confinement qui va leur permettre de vous retrouver bientôt en présentiel ou par correspondance, le temps est venu de vous dire au revoir au terme d’une longue carrière professionnelle qui m’aura menée des terres bretonnes vers celles du Nord en passant par les territoires de l’Outre-mer…
Je quitte les ANMT mais non l’histoire du monde du travail : des recherches m’attendent sur les anciennes conserveries alimentaires de poissons du Finistère.
Longue vie aux ANMT !
Anne Lebel
Directrice

Les ANMT en télétravail

Depuis le 11 mai, l’équipe des ANMT est mobilisée afin d’assurer une reprise progressive de nos activités.
Dans un premier temps, nous avons immédiatement repris le traitement des demandes de recherches (mail à anmt@culture.gouv.fr), qui avaient été interrompues depuis le 16 mars. Les réponses seront néanmoins apportées dans la limite des moyens d’accès à distance.
Dans une seconde phase, et en fonction de l’évolution sanitaire, la salle de lecture rouvrira au public, à une date et selon des modalités qui seront précisées. Tout sera mis en oeuvre pour vous accueillir dans les meilleures conditions de sécurité.
Nous vous remercions de votre compréhension et vous invitons à consulter notre page facebook ou notre site internet pour plus d’informations.

Le document du mois de mai est en ligne ! 

Ce mois-ci, on s’intéresse aux transports d’animaux par les rails.
Dans le cadre d’une année centrée sur l’histoire des chemins de fer, les Archives nationales du monde du travail vous dévoileront tout au long de 2020 douze documents inédits extraits de leurs collections, illustrant la thématique du rail, de ses techniques, de ses évolutions mais aussi des gens qui l’incarnent. L’occasion de découvrir la richesse des fonds conservés par les ANMT : tous les secteurs seront concernés, du plus classique au plus insolite.
Venez vite le découvrir
.

Au début du XIXe siècle, les animaux sont présents dans la majorité des activités humaines. Ils constituent la première force motrice, dont l’homme a besoin dans son quotidien, notamment dans les transports avec les attelages de chevaux tirant les diligences. Cependant, au fil du XIXe siècle, la locomotive va les remplacer et même les supplanter. Dorénavant les hommes et les bêtes vont voyager grâce à la force mécanique, plus rapide et plus pratique.
Des wagons vont être conçus spécialement pour transporter le « gros », « le moyen » ou le « petit » bétail afin de les acheminer depuis les campagnes vers les marchés ou les abattoirs des villes. En 1911, ce sont près de 113 000 têtes de gros bétail qui sont transportés sur les réseaux secondaires des chemins de fer. La locomotive facilite également des pratiques pastorales : en 1912, ce sont 225 000 moutons et chèvres qui effectuent leur transhumance de la vallée vers la montagne en utilisant les rails.
Les spectacles de cirques et leurs animaux exotiques empruntent également le réseau ferré afin de circuler d’une ville à l’autre. La compagnie américaine Barnum et Bailey utilise des moyens surprenants pour son époque, avec ses 67 wagons et ses quatre trains pour transporter personnel et animaux : éléphants, chevaux, ou encore chameaux !
Cependant, transporter des animaux vivants demande un investissement et une grande logistique qui répondent difficilement à leur bien-être. Par exemple, la désinfection insuffisante des wagons provoque des épizooties, notamment de fièvre aphteuse. Créée en 1846 la Société protectrice des animaux (SPA) va éveiller les consciences sur le sort des bêtes. La loi Grammont adoptée le 2 juillet 1850 ainsi que le chapitre III « De la protection des animaux domestiques » du Code Rural (1898), réglementent de manière plus stricte le transport des animaux sur les voies ferrées.

Les fonds :
Le fonds de la Compagnie du chemin de fer du Nord (entrée 202 AQ) documente l’activité du secrétariat et de la direction de la compagnie : on y trouve notamment affiches, correspondance ou documentation imprimée.
Le fonds Henri Petiet (entrée 1993 14) contient une collection de publications, cartes postales et plaques de verre ayant trait au chemin de fer.
La collection de pièces isolées iconographiques renferme des photographies de matériel roulant et chantiers de la Compagnie du chemin de fer du Nord et de la ligne SNCF Paris-Lille (entrée PI 14 1).
Fonds communicable suivant les délais du Code du patrimoine appliqués par analogie avec les archives publiques.