Archives nationales du monde du travail

Inauguré et ouvert au public en octobre 1993 à Roubaix (Nord), le Centre des archives du monde du travail a pour mission de collecter, de traiter, de conserver et de mettre à la disposition du public les fonds d’archives dits «du monde du travail».
Organisé en service à compétence nationale depuis le 31 décembre 2006, il est à présent dénommé Archives nationales du monde du travail.

► Coordonnées

78 Boulevard du Général Leclerc
59100 Roubaix
Tel. 03 20 65 38 00
Mail anmt@culture.gouv.fr
Site www.archivesnationales.culture.gouv.fr/camt/

Changement d’accès : les ANMT rouvrent le pont-levis !
À compter du 28 mai 2019, l’entrée des lecteurs et visiteurs se fera par la majestueuse entrée du pont levis.
Fini l’accès par le mail Jacques Prouvost. Après des années de fermeture, l’accès par le parvis (façade monumentale donnant sur le boulevard Leclerc) redevient l’entrée principale des ANMT !

► Actualités

Comme chaque année, les ANMT vous ouvrent en grand leurs portes pour ce week-end dédié au patrimoine.
En plus de visites guidées du bâtiment (sur réservation au 03 20 65 31 90), sont à découvrir cette année :

  • un atelier destiné aux enfants, qui pourront créer leurs propres vitraux en s’inspirant des travaux de maîtres-verriers dont nous conservons les fonds ;
  • une exposition-dossier sur l’encadrement du temps libre dans le monde du travail ;
  • l’exposition « Encadrement : 100 ans d’évolutions » proposée par la CFE-CGC.

  Programme (fichier pdf)

Lettre d’Information

Septembre 2019

Programme EUREKA

2019 – janvier-décembre : Un mois, un document. Innovations, inventions, inventeurs

En partenariat avec l’association Proscitec, les Archives nationales du monde du travail vous dévoileront tout au long de cette année 2019, douze documents inédits extraits de leurs collections, illustrant la thématique des innovations et des inventions.
L’occasion de découvrir également la richesse des fonds d’entreprises conservés par les ANMT : tous les secteurs seront concernés depuis les moteurs jusqu’aux faïenceries, en passant par… les poubelles

Le document du mois d’août est en ligne !

Arbel rime-t-il avec poubelle ?

Fondés en 1894 et spécialisés dans la fabrication de wagons et autres pièces métalliques, les établissements Arbel (Douai) menaient une politique active de dépôt de brevets d’invention. Nombreux sont les inventeurs qui ont ainsi sollicité la Compagnie afin de les exploiter. Leurs propositions étaient examinées, seules quelques-unes donnant lieu à une véritable collaboration avec d’autres entreprises, en France et à l’étranger. Parmi ces projets, une thématique sort du lot et surprend : le ramassage collectif des poubelles et plus exactement les dispositifs techniques des camions et des conteneurs.

Pendant la première moitié du XXe siècle, le traitement des immondices relève de la politique de salubrité des autorités publiques de chaque pays. Selon les situations, l’administration peut soit disposer de ses propres services soit passer par des prestataires privés : des entreprises remportent alors les marchés correspondants. Ce sont elles le plus souvent elles qui sollicitent les établissements Arbel. Parmi les archives conservées, on garde ainsi la trace de quatre sociétés étrangères de ce secteur ayant manifesté le souhait de travailler avec les établissements Arbel : deux allemandes, Schmidt Melmer et Weibelzahl (1947), une italienne, Tudini-Talenti (1938-1948), et une suisse, Ochsner et compagnie (1924-1948).

Pour la Suisse, Ochsner et compagnie semble en avance. Ses propres dispositifs, également brevetés, facilitent le stockage et le ramassage des ordures dans des bidons à couvercle actionné par des pédales. Les bennes sont d’abord de simples voitures avec des caisses sur châssis disposant de clapets de fond pour l’évacuation. Elles sont remplacées en 1927 par des camions avec plateforme basculante puis dans les années 1930 par des camions-bennes avec un bras articulé. Ces bennes peuvent tasser leur contenu grâce à une transmission entre le tambour et le moteur. La compagnie propose sans cesse de nouveaux dispositifs, aussi bien pour lutter contre les poussières ou les mouches que pour le nettoyage des conteneurs.

De son côté, en Italie, Tudini-Talenti dépose pour les années 1938-1941 pas moins de 11 brevets : par exemple un dispositif de transport à l’épaule des poubelles, des toiles suspendues anti-mouches pour l’arrière des bennes ou encore des sacs en toile réutilisables. Enfin, en Allemagne, les inventions de Schmidt Melmer et Weibelzahl sont centrées sur des appareils empêchant le soulèvement des poussières pendant la collecte. Si la date de dépôt du brevet est parfois manquante, celle de validité l’est plus souvent court pour certains jusqu’en 1960 !

Le fonds des établissements Arbel (cote 70 AQ) conservé par les Archives nationales du monde du travail couvre plus de 70 mètres linéaires d’archives sur une période s’étalant de 1783 à 1956. Il a été déposé en 1955 par l’entreprise elle-même aux Archives nationales à Paris, avant d’être transféré à Roubaix en 1995. Le dépôt a été transformé en don en 2011.
Venez vite le découvrir
.