Centre Historique Minier

Le Centre Historique Minier du Nord Pas de Calais situé à Lewarde est le plus grand musée de la mine en France. Lors de la visite guidée, vous découvrez la salle des pendus et la lampisterie de la Fosse Delloye.
Vous vous rendez ensuite eu pied de l’ascenseur pour la descente dans les galeries. Là, un guide mineur vous commente l’évolution des techniques et du travail « au fond » depuis l’époque de Germinal jusqu’à la fin de l’extraction en 1990.
Dans les bâtiments historiques de la fosse, plusieurs expositions et reconstitutions relatent l’histoire de la mine et la vie quotidienne des mineurs.

► Coordonnées

Fosse Delloye, rue d’Erchin
BP 30 039
59287 Lewarde
Tél. 03 27 95 82 82
Mail contact@chm-lewarde.com
Site www.chm-lewarde.com

► Actualités

Suite aux consignes relatives au COVID-19 le Centre Historique Minier est fermé au public jusqu’à nouvel ordre.

Pour toute question, vous pouvez nous contacter à l’adresse contact@chm-lewarde.com.

Pour effectuer une réservation à venir, contactez reservations@chm-lewarde.com.

À très bientôt au Centre Historique Minier.

Le Centre Historique Minier reste ouvert… sur les réseaux sociaux !

Fermé au public depuis le 15 mars dernier, le Centre Historique Minier continue de faire vivre le site de la fosse Delloye sur les réseaux sociaux en cette période de confinement. Tous les jours, le musée propose un rendez-vous autour de l’univers minier, pour tous les publics. Visite du musée, présentation d’objets des collections, photos d’archives, concours de dessin… retrouvez l’ensemble de ces contenus ludiques ou pédagogiques sur nos comptes FacebookTwitter et Instagram.

La mine, dans son salon

Dès lundi, Amy Benadiba, Directrice-conservatrice, raconte la mine chaque jour depuis… son salon ! Grâce à de petites vidéos explicatives publiées sur le compte Facebook du Centre Historique Minier, différentes thématiques de l’univers minier seront abordées : les femmes à la mine, les galibots, les vacances, les lampistes, le rôle des chevaux… L’occasion de (re)découvrir certains aspects méconnus de la mine !

UN OBJET SPÉCIAL

Cet objet étrange, est, vous l’aurez reconnu, un appareil respiratoire !
Au fond de la mine, les gaz toxiques ou inflammables sont redoutés. Plusieurs modèles de ce type d’appareil ont ainsi été développés pour que les mineurs survivent dans cet univers hostile.
Après la catastrophe de Courrières en mars 1906, au cours de laquelle 1 099 mineurs ont perdu la vie, la France prend conscience de son retard en matière de gestion des secours. Durant cette catastrophe, un ancien étudiant de l’École des mines de Douai, Eugène Fenzy, participe à l’organisation et aux travaux de sauvetage et restera marqué par cet évènement.
Durant la Première Guerre mondiale, il est chargé du département « protection contre les gaz de combat » et met en service deux appareils respiratoires autonomes. Puis, directeur du poste central de secours de Lens de 1919 à 1934, il travaille à la mise en place de moyens d’interventions ainsi qu’au recrutement et à la formation des sauveteurs.
En 1934, Eugène Fenzy fonde son entreprise à Arras pour commercialiser ses appareils. Elle développera ainsi plusieurs modèles d’appareils respiratoires autonomes de sauvetage tels que celui-ci et sauvera des centaines de vies.
Certains appareils conçus par l’entreprise d’Eugène Fenzy servent encore aujourd’hui aux pompiers ou à l’armée !

UN PEU D’HISTOIRE

Confinement : en 2010, 33 mineurs chiliens bloqués sous terre

C’était il y a dix ans déjà… L’actualité avait fait le tour du monde ! Dans une mine d’or et de cuivre au Chili, trente-trois mineurs étaient restés bloqués sous terre pendant 69 jours, à plus de 600 mètres sous terre, suite à un effondrement. Tous s’en étaient sortis indemnes.
Dix ans plus tard, Mario Sepulveda, l’un d’eux, encourage ses compatriotes à ne pas abandonner en cette période de confinement, alors qu’une grande partie de la population mondiale est confinée.
En 2011, le Centre avait reçu Pablo Rojas Villacorta et Victor Segovia Rojas, deux des mineurs chiliens qui avaient vécu cette mésaventure. Ce fut pour eux l’occasion d’échanger avec Daniel Francke, guide ancien mineur au Centre Historique Minier, qui avait déclaré : « Il n’y a pas de nationalité quand on est mineur. On est mineur avant tout ».