La Piscine – Musée d’art et d’industrie André Diligent

logoChef-d’œuvre art déco d’Albert Baert, la piscine de Roubaix fut dès son ouverture en 1932 un lieu de mixité sociale. En 2001, après 16 ans de fermeture, la piscine a su trouver une nouvelle jeunesse.

Un projet de réhabilitation a permis à «la plus belle piscine de France» d’accueillir les collections du musée municipal. Le bassin a été transformé en un jardin de sculptures, les anciennes cabines de douche en salles d’exposition originales.

La Piscine, musée d’art et d’industrie André Diligent mêle indistinctement arts appliqués et beaux-arts. Ses collections font écho au passé industriel de Roubaix.

► Coordonnées
23 rue de l’Espérance
59100 Roubaix
Tel: 03 20 69 23 60
Mail lapiscine.musee@ville-roubaix.fr
Site www.roubaix-lapiscine.com

► Coordonnées
Du mardi au jeudi, de 11h à 18h
Le vendredi, de 11h à 20h00
Le week-end, de 13h à 18h00
Fermeture le lundi, le 1er janvier, le 1er mai, le jeudi de l’Ascension, le 14 juillet, le 15 août, le 1er novembre et le 25 décembre.
Le musée est ouvert le 8 mai et le 11 novembre.

► Tarifs
Hors période
d’expositions temporaires :
5,5 €
Réduit : 4 €
En période d’expositions temporaires :
9 €
Réduit : 6 €

Actualités

14 octobre 2017 > 7 janvier 2018

Emblématique du classicisme fantaisiste de Robert Pougheon, la grande toile intitulée Le Serpent, exposée au Salon de la Société des artistes français en 1930, fut déposée à Roubaix dès 1990 par le Musée national d’art moderne et s’est très vite imposée comme un élément incontournable des collections.
Cette toile synthétise parfaitement les thèmes iconographiques récurrents de l’artiste, à savoir l’association ambivalente d’un cheval, symbole de force sexuelle, et d’une jeune fille, symbole de pureté virginale. Elle sera mise en avant aux côtés des plus beaux dessins sélectionnés parmi un fonds exceptionnel de plus de mille feuilles, provenant des descendants de l’artiste et acquis, en 1990 également, par le musée de Roubaix auprès de la galerie Pierre Gaubert. Révélé au public pour la première fois, cet ensemble permettra de dévoiler le processus créateur de l’artiste et son œuvre singulier, où la complexité érudite de l’iconographie le dispute à la richesse des références stylistiques, et où s’allient de manière inédite agrément décoratif et traduction d’un idéal social.
Artiste éclectique et dessinateur prolifique, Pougheon pratiqua aussi bien le paysage, le portrait, la nature morte que le grand décor, sacré ou profane, privé ou public, conçu comme le support privilégié de la peinture d’histoire dont il ambitionnait de poursuivre la tradition académique. Le peintre livra ainsi, outre des toiles et fresques monumentales et des cartons de tapisseries et vitraux, quelques modèles pour des billets de banque et des illustrations.
Fortement influencé par David, Ingres ou Puvis de Chavannes, mais aussi par les recherches cubistes, Pougheon fut identifié comme le représentant d’une veine maniériste de l’Art déco et rattaché au « groupe de Rome » réuni autour de la figure de Jean Dupas. Il développe néanmoins un style très personnel et aisément reconnaissable par son souci de la ligne et des volumes, par sa manière archaïsante de simplifier, voire de géométriser, les formes, par la fantaisie enfin de ses compositions, qui l’inscrit dans une filiation surréaliste.
Formé à partir de 1902 à l’École nationale supérieure des arts décoratifs par Charles Lameire, Eugène Robert Pougheon intègre en 1907 l’École des beaux-arts de Paris où il bénéficie de l’enseignement de Fernand Cormon et de Jean-Paul Laurens. Prix de Rome de peinture en 1914, il séjourne à la Villa Médicis de 1919 à 1923. Exposant dès son retour très régulièrement au Salon des Artistes français, Pougheon honore plusieurs commandes décoratives majeures dans les années 1930, notamment pour l’église parisienne du Saint-Esprit et pour l’Exposition Internationale des Arts et des Techniques de 1937. Professeur à l’École des beaux-arts et à l’Académie Julian, il dirige brièvement l’Académie de France à Rome sous l’Occupation et devient conservateur du musée Jacquemart-André après la Libération.

Commissariat général
Alice Massé, Conservatrice adjointe de La Piscine de Roubaix
Amandine Delcourt, Documentaliste de La Piscine de Roubaix
assistées de Fanny Legru
Commissariat scientifique
Louis Deltour, Historien de l’art
Gunilla Lapointe, Attachée de conservation, médiateur culturel