La Rubanerie, musée de la rubanerie cominoise

Le Musée de la Rubanerie cominoise propose de découvrir, via une trentaine de métiers, 850 ans de tissage dans la région de Comines. Du lacet de chaussure à la sangle pour élingues, de la laine et du coton aux fibres polymères d’aujourd’hui, le Musée de la Rubanerie cominoise se veut la mémoire vivante du patrimoine historique, social, culturel et industriel de tout un bassin économique.

Nouveau logo

► Coordonnées

3, rue des Arts
B-7780 Comines (Belgique)
Tel: 00 32 (0) 56 58 77 68
E-mail : larubanerie@yahoo.fr
Site web : http://www.larubanerie.wordpress.com

► Actualités

Cette année, la rentrée se fait masquée ! À La Rubanerie, nous n’échappons pas aux mesures sanitaires liées à la Covid-19 mais nous nous sommes pliés en quatre pour vous accueillir dans les meilleures conditions. Ainsi, depuis aujourd’hui, nous vous attendons, sur réservation préalable, non seulement le mardi et le premier dimanche du mois mais aussi le jeudi. Gageons que nous puissions étendre au plus vite nos jours et heures d’ouverture et retrouver une situation normale !
En attendant, nous ne chômons pas puisque notre boutique a fait peau neuve. Vous y trouverez nos articles traditionnels (dés à coudre, sac, mug, magnet, stylos, rubans…) mais aussi notre nouveau livre de 160 pages, préfacé par Madame la Ministre de la Culture en personne, au prix exceptionnel de 15 € (20 € à partir d’octobre). Pus d’infos : https://larubanerie.wordpress.com/pre-commandez-le-livre-la-rubanerie-sans-masques/

Avec ou sans corona, La Rubanerie vient à toi !

Épisode 70 : « Rock around… Roubaix, et en chaussettes noires s’il vous plaît ! »

Publicité pour chaussettes noires « Stem » de chez Prouvost, vers 1961 (inv. MRc1391).

Quel rapport peut-il exister entre Jean Prouvost (1885-1978), la Lainière de Roubaix, Eddy Barclay (1921-2005) et un certain Claude Moine? Cette question, qui peut paraître des plus saugrenues, est pourtant très éclairante pour l’histoire du rock and roll français et pour celle de l’industrie textile du Nord/Pas-de-Calais. De plus, elle met une fois encore sur le devant de la scène le génie inventif d’un des plus grands patrons du Nord qui sut comprendre, dès l’entame de sa carrière, « le poids des mots et le choc des photos »…
Une publicité ancienne, conservée dans les collections du Musée de la Rubanerie cominoise, porte comme slogan : « Stemm Nylon, qualité Prouvost. Des chaussettes noires ?… oui, c’est la mode ! » Mais pourquoi diable des bas « Stemm » et de cette couleur ?
Tout simplement parce que Jean Prouvost, patron de la Lainière de Roubaix, a fondé en 1923 la « Laine Pingouin », produit décliné en pelotes à tricoter, et qu’en 1948 il crée « Stemm », une marque de chaussettes qui utilise à la fois les fibres de la Lainière et de ses filiales ainsi que les machines à tricoter de chez Stemm. La politique publicitaire de Prouvost fait florès : événements publics, réclames aux lignes graphiques dynamiques intégrant notamment la photographie… appellent à la consommation du produit.
Mais Eddie Barclay dans tout cela ? En 1961, Jean Prouvost, cherchant à donner une image jeune de son entreprise de chaussettes, désormais noires et tricotées avec du nylon, décide de sponsoriser un quintet de rockeurs appelé « The Five Rocks » (« Les 5 rochers »), pourvu que ce dernier se rebaptise « Les Chaussettes Noires ». La suite est connue : Claude Moine (né en 1942), le chanteur de la formation, surnommé Schmoll par ses acolytes, prend le pseudonyme d’Eddy Mitchell, le groupe enchaîne les succès et Jean Prouvost dope la vente de ses produits ! En plus, quand la promotion de tout cela est assurée à la fois par Paris-Match, France-Soir, Marie-Claire… tous ces titres faisant partie de l’empire Prouvost, la boucle est bouclée.
En 1964, les Chaussettes Noires se séparent, Eddy Mitchell privilégiant sa carrière en solo depuis 1963. Mais la marque « Stemm », désormais bien installée, poursuit son succès commercial pour la plus grande gloire de l’industrie textile du Nord. Cette belle saga prendra terme à la fin des années 1980, avec l’effondrement du marché du fil à tricoter. Mais avec « Stemm », le groupe Prouvost aura tout de même marqué à la fois l’histoire des fibres et celle du rock and roll français !

Épisode 69 : « La fête des épeuleurs… »

Avant de le mettre sur navette, les fileuses préparent le fil. Comines-Belgique, rubanerie Plovier, vers 1930 (inv. MRc 193)

Jadis, à côté des festivités liées au monde rubanier et touchant principalement des adultes, des coutumes permettant de mettre au pinacle la jeune génération existaient aussi. Ainsi en allait-il de la « fête des Epeuleurs » (ou « épeuleux », c’est-à-dire ceux qui réalisent les canettes ou bobines de fil de trame à insérer dans le ventre de la navette). Aujourd’hui disparue, cette célébration, dédiée aux jeunes de 12 à 14 ans, a laissé des traces écrites bien vivantes, à l’image de plusieurs articles issus du « Journal de Comines », organe de presse d’obédience libérale, fondé en décembre 1907 par Aristide Gatti.
En effet, dans son édition du 11 juillet 1908, le journaliste A. G. (sans doute Aristide Gatti, directeur de la publication) la décrit en ces termes : « Pendant la nuit du vendredi au samedi qui précède le dimanche de la kermesse de Comines, tous les petits épeuleurs de la ville, enfants de 12 à 14 ans, se promènent par les rues portant en mains de longues tiges d’orties et chantant les naïfs refrains qu’on lit plus loin. Plusieurs jours à l’avance ils organisent entre eux leur escapade et conviennent du lieu de rendez-vous : jour venu, ils doivent se trouver à l’endroit désigné à 10 h. du soir ; les retardataires sont signalés et accueillis par des caresses d’orties.
Quand le beffroi martelle dix heures, la bande des jeunes épeuleurs se met en marche et commence ses pérégrinations, en chantant sur le ton aigu et suraigu : « Y a fait des babelaeres /Tout plin l’après-déneu / Y alot dir’ à sin peure / Qui savot épeuleu / Et y a eu un neu / Comme un chabeu. » Après ce refrain lancé dans le plus pur accent patoisant de Comines, les épeuleurs entonnent celui-ci, qui vaut autant que le premier et qu’ils jettent aux échos sans perdre le diapason, avec une insistance digne de leur âge : « O nichu, o cabru / Des babelaeres / Tout plin sin car / O Gueulaere / O Gueulaere ! » Ils se promènent ainsi à travers tout Comines, s’arrêtant aux coins de rue pour chanter avec plus d’ensemble leurs refrains favoris… Quelque camarade manque-t-il à l’appel ? Dès que la bande enfantine s’en aperçoit, elle se dirige vers sa demeure, heurte à la porte pour le réveiller et lui chante ironiquement : « Y a fait des babelaeres… » jusqu’à ce qu’il se décide à se mettre de la partie.
Si l’un d’eux est réfractaire et ne paraît pas à la fête, son affaire est claire, il sera réveillé dix fois au cours de la nuit et le lendemain il trouvera, à l’usine, son petit métier fleuri de tiges d’ortie. En outre, il devra se laisser « broutter » par les camarades toute la matinée, jusqu’au moment où le patron passant, à midi, donnera quelques sous aux petits épeuleurs en les congédiant pour 8 jours par ces mots : « Bonne ducasse ! »
Certes, cette petite fête nocturne et tapageuse n’est pas du goût de tout le monde mais, que voulez-vous, c’est la coutume ! Un commissaire, jadis, voulut y mettre le hola ! Peine perdue, comme des moineaux effarouchés les petits épeuleurs noctambules se dispersaient et allaient reformer leur bande à un autre coin de la ville. » On notera encore qu’en 1908, la fête des épeuleurs connaît déjà un début de déclin lié à l’industrialisation galopante, les « faiseurs de canettes » étant remplacés par des machines (les canetières) dès la fin du dix-neuvième siècle. La Grande Guerre et son cortège de désolations auront bientôt raison de ce moment festif. N’en demeurent désormais que des coupures de presse…

Épisode 68 : « Des rubans et des géants ! »

Aristide, géant rubanier cominois créé par les équipes du carnaval de…. Nice en 1989
(inv. MRc1700).

Si l’entité de Comines-Warneton, à l’image de l’Eurorégion, est une « terre de géants », cette tradition ne se veut pas figée. Comme pour la Fête des Louches, de nouvelles effigies voient régulièrement le jour pour ancrer encore un peu plus le patrimoine dans le cœur des Cominois, mais aussi pour se souvenir d’un métier singulier : la rubanerie.
Les figures gigantesques rubanières les plus anciennes sont nées à Comines-France vers 1890 afin d’étoffer le cortège de la Fête des Louches, créée six ans plus tôt. Grande Gueuloute (Grosse dame) et son mari P’tite Chorchire (petite sorcière) sont donc deux rubaniers de la fin du dix-neuvième siècle. « Chorchire » rappelle le nom du petit bateau que monsieur utilisait pour se livrer à la fraude en traversant la Lys. Le couple apparaît en fin de cortège. Détruits lors de la Grande Guerre, les époux renaissent en 1923, prennent une éphémère retraite en 1957 et entre 1960 et 1963, puis reviennent avec de nouvelles têtes après que leurs corps aient été brûlés sur la Grand’Place. En 1991, l’histoire se répète et deux nouvelles effigies remplacent celles créées en 1963.
En 1930, sur l’autre rive de la Lys, on fête le centenaire de la Belgique. Pour émailler ces réjouissances, deux géants sont mis au monde et s’apprêtent à coloniser les rues de Comines pour la première fois : Jean Prout et Sophie Patard. Mais ils ne sont pas rubaniers.
Les décennies suivantes répareront cet oubli. Après la création, par le Comité des Fêtes du Centre et de l’Amicale des Marmousets, du couple Aristide le Meilleur et Eugénie la Douceur, en 1989, deux nouveaux rubaniers géants voient le jour le 7 mai 2009 et sont baptisés sur l’esplanade du Musée de la Rubanerie, avant de participer à leur premier cortège, en juillet : Simon le rubanier, et Luc le marmouset. Le premier n’est autre que l’ancien contremaître fondateur du Musée de la Rubanerie, Simon Vanhée (1923-1994). Le second prend les traits de Luc Claes, membre du Comité de la Fête des Marmousets, décédé en 2007.

Épisode 67 : « Sous la filterie Devos, une plage d’histoire ! »

Étiquette pour le fil de lin « Au roi de trèfle », une marque de chez Devos-Frères à Comines-France, 1868 (inv.MRc2762). 

Le travail et les hommes ont laissé de nombreuses traces à Comines. Côté français, à l’orée de la Grand’Place, sur une parcelle de terrain en « L » à cheval entre la rue d’Hurlupin et celle du Château, un équipe d’une dizaine d’archéologues d’Archéopole a opéré une fouille avant qu’une nouvelle construction vienne la recouvrir (voir le site internet www.archeopole.fr : la société Archéopole qui s’occupe, entre autres, de fouilles préventives et de médiation culturelle, est basée à Linselles).
Comme cela est souvent le cas à Comines, le lien qui unit l’histoire au textile a, au fil des excavations, déroulé ses souvenirs… En effet, sur une partie du site se tenait, avant sa destruction pendant la Grande Guerre, la filterie Devos (fondée en 1833 par Antoine Devos-Leclercq puis dénommée « Devos Frères »). Les fondations en sont encore visibles, de même que les traces laissées par les bases des piliers soutenant la toiture. 
Mais d’autres éléments sont venus parfaire la connaissance de ce petit morceau de Comines (la fouille couvre une surface d’environ 3000 mètres carrés, ce qui est assez rare dans un centre urbain contemporain). A titre d’illustration, on notera la présence de caches d’armes datant de la Grande Guerre mais aussi trois puits d’ensevelissements : deux pour un cheval (dont les pattes ont été cassées afin qu’elles soient en adéquation avec la conformation du trou creusé) et un pour un bœuf mais encore d’autres puits et des citernes. Des habitats du XVIIIe et du XIXe siècles ont pu aussi être identifiés, de même que le fossé du XIVe siècle bordant le Hoccart.
Par ailleurs, la découverte la plus importante réside dans le recoupement de deux fossés du XIe siècle, témoignant que cette partie de Comines était déjà peuplée à cette époque, alors qu’on a coutume de remonter l’émergence de la ville au douzième siècle. Enfin, à côté des excavations, un matériel archéologique important a été exhumé : ossements d’animaux, tessons de céramiques, éléments métalliques (clous, épingles…) ainsi que quelques monnaies d’époque (liards de France…). Si ces trouvailles mobilières ne revêtent pas un caractère exceptionnel, elles s’avèrent de précieux témoins permettant une datation plus accrue de l’occupation des lieux. De plus, elles documentent également la façon de vivre des Cominois d’alors.

Épisode 66 : « Charles Dalle, patron enrubanné ! »

Un ruban tissé au jacquard pour rendre hommage à un patron : Charles Dalle, vers 1947 (inv. MRc476).

Au sein de ses collections, le Musée de la Rubanerie cominoise recense nombre d’objets ayant à la fois un caractère textile évident et d’autres travaillant la mémoire collective, des miettes d’histoire ou des publicités aux slogans efficaces. En effet, plus de deux cent pièces de ce type colonisent les vitrines de la rue des Arts. Parmi eux, certains font écho à la vie intime des patrons d’entreprises et de leurs familles. Ainsi, les représentations en plan buste de Charles Dalle et de son épouse Hélène Duriez sont porteuses d’un pan important de notre histoire industrielle, sociale et affective.
Réalisés en hommage à un couple de patrons paternalistes de premier plan (Charles Dalle dirigeait des usines à Wervicq-Sud et à Bousbecque), ils témoignent de l’impact laissé par ces chefs d’entreprises exigeants mais proches de leur personnel, s’investissant dans la vie active de leurs cités, n’hésitant pas à œuvrer pour le bien de tous, que ce soit dans la mise sur pied d’équipements collectifs de première nécessité, dans l’amélioration des conditions de vie et de travail ou encore dans nombre de cercles philanthropiques.
Quelques pièces d’archives, comme l’homélie prononcée l’honneur de Charles Dalle, le 14 juillet 1947 par le curé de Wervicq-Sud, évoquent cet engagement total. On y découvre l’image d’un patron paternel, compréhensif, cordial et discrètement généreux, dont l’accès de tous au bien vivre était un axe principal de sa quête. Commandée par les membres de son personnel, ouvriers et contremaîtres, cette cérémonie religieuse en est le couronnement.
Après son décès, en 1947, « l’empire » de la famille Dalle a vu se développer des entreprises de premier plan dont le Musée possède quelques exemples de production textile tels les échantillons de rubans décoratifs reliés dans des chemises et destinés aux représentants de la firme. Traditionnels ou influencés par les dessins animés pour enfants (inspirés par le célèbre « Bambi » de Walt Disney), ils sont le reflet du savoir-faire d’une dynastie fière de ses racines et du travail de ses collaborateurs, des « petites mains » aux commerciaux, directeurs…

Épisode 65 : « Images de marques. »

Mise en carte pour étiquette en ruban « Petit Bateau », vers 1950, fonds Derville et Delvoye. (MRc246)

Un fonds important a été exhumé des réserves du Musée de la Rubanerie cominoise il y a quelques années puis a été patiemment inventorié : il s’agit de plusieurs centaines de mises en carte pour le tissage des rubans de type « jacquard ». En effet, le tissage au jacquard permet la réalisation mécanique de motifs et de lettres impossibles à tisser sur un métier traditionnel (qui ne peut donner que des figures géométriques simples). La grande ingéniosité du système inventé par Joseph-Marie Jacquard tient dans la mise sur pied d’une mécanique à cartes perforées rappelant les premiers ordinateurs.
Outre cette sensibilisation aux diverses étapes relatives à ce type de tissage (création du motif, mise en carte, réalisation des cartons, reliure, installation sur le métier…), notre collection de mises en carte prouve la place prépondérante de Comines sur l’échiquier textile du vingtième siècle. En effet, si le grand public connaît des marques de référence comme « Petit Bateau », « Chantelle », « K Way », « Jacadi »… bien peu de gens savent que les rubans reprenant la marque et les indications de taille, de température de lavage, de composition des fibres etc. étaient réalisés à Comines et dans sa région.
Le dépouillement de ce fonds s’est avéré une mine d’informations sur l’histoire du design, du slogan publicitaire (« Docteur Piécho » pour les chaussettes thermolactyles), de la maîtrise technique des ouvriers-dessinateurs mais aussi sur la façon de préparer un métier avant de lancer la production : ainsi, de précieuses indications quant au nombre de cartons, au battant moyen… sont reprises à l’arrière de presque chaque pièce. Mieux encore, les rubaniers, par souci d’économie, réalisaient des « compilations » de diverses pièces afin d’en changer la date, le numéro de référence, la taille ou encore la composition même du tissu.
Si certaines marques sont encore présentes dans les rayons des bonneteries et des supermarchés, d’autres ont aujourd’hui disparu. En témoigne une mise en carte au slogan d’un autre temps et qui, de nos jours, ferait se dresser les cheveux des défenseurs des droits de l’homme : « Petit Négro », dont la naïveté du cliché rappelle entre autres « Tintin au Congo » ou « Spirou chez les Pygmées », montrant un indigène africain entouré de deux chiens éprouvant la solidité de son slip, histoire de vanter les mérites du coton du continent noir ! Bien sûr, cette image désuette est soumise à caution à l’heure où le respect des droits de l’homme et le recul critique quant à la colonisation et à ses travers s’avèrent devoir de mémoire. Il n’empêche qu’elles constituent une part de notre histoire qu’il serait dangereux et imbécile d’occulter, au risque de tomber dans le négationnisme. En ce sens, les rubans cominois permettent aussi d’aiguiser le regard critique des publics fréquentant le musée et d’appeler ainsi au dialogue !

Épisode 64 : « Le ruban de la victoire de la Grande Guerre : un monument ! »

Humanité vs Kultur, le ruban de la Victoire des Alliés en 1918 (inv. MRc483)

Parmi les collections de rubans du Musée de la Rubanerie cominoise, certains évoquent de façon directe les quatre années de la Première Guerre mondiale. Si d’aucuns ont trait à des batailles ou aux chefs des armées, d’autres traduisent l’esprit de victoire sur le Mal en usant d’images fortes.
Face aux idéaux promulgués par la Révolution française de 1789, après que des intellectuels (comme Hegel ou Hölderlin) y aient adhéré avec intérêt, les guerres napoléoniennes et l’occupation des terres allemandes font naître un mouvement nationaliste. Les peuples germaniques y développent un sentiment de supériorité basée sur des critères ethnologiques et culturels s’opposant au concept de « civilisation » (cette dernière n’étant, selon les romantiques allemands, faite que d’apparences). L’idée continue à se développer au cours du XIXe siècle et devient un véritable ciment pour les Teutons.
Ainsi, la langue allemande devient le point commun permettant de qualifier moralement ou non un peuple. Elle lui permet, en finalité, d’exprimer son « vouloir être allemand », la culture étant l’expression d’une « essence durable ». Ces principes fondent le pangermanisme, c’est-à-dire la volonté de réunir, sur la base de liens culturels, les peuples germaniques afin de fonder une nation, supérieure, sensée abreuver le reste du monde par ses lumières…
À l’aube de la Grande Guerre, quasi tous les partis politiques allemands souscrivent à ce genre d’idées tandis que d’autres manifestations du nationalisme touchent le reste des pays d’Europe. En entrant dans la Grande Guerre, le Reich de Guillaume II entend bien mettre en pratique ce programme. C’était sans compter la défaite de 1918 !
Dans le ruban « Humanité/Kultur » (MRc478), une allégorie de la victoire, parée de la couronne de lauriers et de la palme des martyrs, sur fond de drapeaux témoignant de la coalition alliée, foule une aigle impériale alors en proie de dominer le globe terrestre. Ce triomphe de l’humanité sera vécu comme inconcevable par les Allemands qui, perdant ainsi leur référent identitaire, se sentent d’autant plus humiliés par les termes du traité de Versailles, conclu en 1919. Jumelé au refus de la défaite et à un antisémitisme populaire, ce sentiment formera le terreau du national-socialisme et, par là-même, la base du second conflit à venir en 1939-1945.

Épisode 63 : « Faune et flore au service du ruban cominois ! »

Le solide gaulois, mise en carte pour un ruban de marque tissé chez Derville et Delvoye à Comines-France, vers 1950 (inv. MRc1413)

Le rapport entre industrie textile et environnement passe aussi par l’emploi, à des fins publicitaires et/ou de marketing, de la nature et de ses colonisateurs.
Certains usent même de la figure animale afin d’asseoir leur réputation : le lion de la rubanerie Ducarin (la force tranquille d’une firme solide), le coq gaulois associé à la marque « Le Coq Sportif » (évoquant tout à la fois la pugnacité et l’orgueil), l’aigle ou le phénix des produits Schoutteten et Froidure (traduisant la confiance dans la marque et son éternelle renaissance) ou encore le chamois (pour la qualité de sa laine isolante et imperméable), tandis que le chat des pantoufles du docteur Jeva invite au repos douillet, tranquille…
On dit du pouvoir des fleurs qu’il ne souffre aucune concurrence. Au sein des rubans tissés depuis Comines, les iris et les pensées sont les deux essences plus représentées.
L’iris tient son nom d’une déesse de la mythologie grecque. Messagère des dieux, et plus particulièrement d’Héra, Iris était très appréciée de cette dernière car elle ne lui apportait que de bonnes nouvelles. C’est la raison pour laquelle on offre traditionnellement des iris lors d’heureux événements. La couleur de la fleur renforce encore cette symbolique en y ajoutant les sentiments de l’amour (blanc), du bonheur (jaune), de la passion (violet), de la flamme (orange) ou de la félicité (bleu).
Vénéré depuis l’antiquité grecque et romaine, le lis a toujours été associé à la pureté, à l’innocence et à la fertilité. Blanc, il évoquera la pureté ou le deuil, rose, la tendresse et l’affection, rouge, la fierté de l’amour, jaune, le même sentiment toutefois teinté d’orgueil !

Épisode 62 : « Culture nature… dans l’activité textile cominoise ! »

Le rouissage du lin dans la Lys, vers 1900 (inv. MRc2301)

Patrice de Mac-Mahon (1808-1893), l’auteur présumé du célèbre « Que d’eau, que d’eau ! », aurait sans doute été davantage surpris par l’usage de l’eau en rubanerie que par les grandes inondations de la Garonne (1875) qu’il commenta par cette lapalissade.
En effet, le creusement de la Morte-Lys, au XIIe siècle, a permis de domestiquer l’eau de la rivière pour les bienfaits du tissage, des phases de lavage et d’apprêtage à celles transformant l’or bleu en énergie, via la chaudière à vapeur ou par les turbines hydro-électriques de l’usine EDF de Comines II (1950-1958). En outre, la Lys s’est aussi vite avérée voie de communication pour l’acheminement des matières premières comme des produits finis.
En outre, la rubanerie cominoise a toujours cultivé un rapport fort avec son environnement naturel, notamment dans le développement et la transformation de fibres. On se remémorera tout d’abord l’emploi de la laine, dès le Moyen Âge. En effet, grâce à ses propriétés (finesse, robustesse…), cette fibre, à l’époque importée d’Angleterre, permit à nos tisserands de créer des pièces de qualité qui s’exportèrent bien au-delà du bassin cominois.
Par la suite, le lin, bien que moins luxueux, prit la relève jusqu’à conférer à la Lys, au XIXe siècle, le surnom de « rivière d’or ». Derrière ce vocable poétique se cache pourtant un problème lié à la pollution de la rivière dans laquelle on faisait pourrir les gangues immergées de lin (cette phase se nomme « rouissage »). Si la couleur rappelait celle du métal cité plus haut, l’odeur s’avérait pourtant pestilentielle !
Au cours du XIXe siècle, l’offre de matières premières s’étoffa. Si Comines essaya de travailler la soie naturelle, cette tentative éphémère fut vite remplacée par la production et l’usage de fibres artificielles (soie chardonnet, rayonne…). Aujourd’hui, les fibres tissées à Comines sont en grande partie importées (jute du Bangladesh, coton d’Egypte…) à l’exception des fils en polypropylène, réalisés au sein de l’entreprise « Zébulon fibres ». Ils résultent du processus d’extrusion, c’est-à-dire de la transformation, par mélange puis cuisson, de petites billes de plastique transformées en pâte pressée dans des filtres. Chaque brin ainsi formé se voit encimé (ou doté d’un apprêt spécial) et refroidi avant d’être conditionné, seul ou par retordage avec d’autres brins, sur des bobines. Il ne reste plus alors qu’à l’employer sur des métiers à tisser.

Épisode 61 : « Chez Plovier-Bonduel à Comines-Belgique : rubanerie et fermages. »

État des fermages de la rubanerie Plovier-Bonduel, 1958-1960  (inv. MRc2314).

Pour le grand public, l’usine textile se résume à ses bâtiments, ses machines et sa production. Pourtant, afin de se réserver une poire pour la soif et d’assurer un avenir des plus prospères, les patrons rubaniers comme ceux d’autres industries, ont créé des sociétés immobilières, à l’image de celle appartenant à la rubanerie Plovier (Comines-Belgique), fondée en 1910 et aujourd’hui connue sous le nom d’Eclair-Prym (après passage de témoin de la famille de Joseph Plovier à celle des Edouard Bonduel père et fils).
Les pièces justificatives les plus parlantes sont les registres de comptes (où la part des loyers perçus mais aussi les profits et les apports personnels des dirigeants témoignent de l’importance d’une réserve foncière conséquente), les extraits bancaires de la firme et de ses actionnaires dirigeants mais aussi les fermages. Ces derniers consistent en terrains, bâtis ou non, mis à disposition de tiers moyennant un loyer fixe dont le montant est déterminé annuellement par les autorités sur la base de la qualité des biens mis en location et de la durée du bail consenti (à l’inverse, le métayage est un système locatif pour lequel le propriétaire des terres percevra une part des produits de l’exploitation) 
Le bail à ferme, apparu vers le XIIIe siècle, procède du droit médiéval. Régi dès l’indépendance de la Belgique par le Code civil de 1804, il est défini en profondeur pour la première fois en 1929 et voit ses dispositions évoluer entre 1951 et 2014.
En France, le 13 avril 1946, le fermage et le métayage ont connu une grande révolution puisqu’une loi, similaire à celle existant en Belgique, leur a été dédiée. En effet, elle fixe un statut pour le fermage : la durée minimale du bail est portée à neuf ans, renouvelé si le fermier le désire ; le propriétaire ne peut contester le droit au renouvellement du bail que s’il veut reprendre l’exploitation à son compte ; en cas de vente de la terre, le fermier a un droit de préemption ; enfin, s’il quitte la terre qu’il a mise en valeur, il a droit à des indemnités de sortie mesurées en fonction des améliorations apportées.
Quand la nécessité se fait sentir, les biens immeubles affermés (c’est-à-dire faisant partie du fermage) peuvent être récupérés par l’entreprise puis vendus ou employés à d’autres fins (par exemple pour construire une usine plus moderne, comme le fit Bonduel en 1985, quittant les bâtiments de la chaussée de Wervik pour une ancienne pâture lui appartenant située avenue de la SIDEHO, dans la zone industrielle). Il va de soi que tous ces biens et fermages s’avèrent décisifs, notamment lors de construction de nouvelles unités de production, d’agrandissements, de recapitalisation des avoirs… En ce sens, les documents  de la rubanerie Plovier-Bonduel constituent des exemples saillants de premier plan pour l’étude complète de la gestion financière d’une société.

Épisode 60 : « Derville et Delvoye : de l’usine au ruban. »

Plan de la reconstruction à l’identique de la rubanerie Derville et Delvoye à Comines-France, vers 1920
(inv. MRc)

Parmi les usines ayant travaillé de très près avec les grandes marques de l’habillement, Derville et Delvoye, fondée en 1905 par Joseph Derville, occupait un terrain le long de la rue du Vieil Dieu à Comines-France. Reconstruite après la première guerre mondiale, elle s’est spécialisée dans la réalisation de rubans identifiant des vêtements et tissus en tous genres, du slip et linge de corps (Petit Bateau, Caddy) au soutien-gorge (Lou, Rosy, Simone Pérèle), du tissu employé en chirurgie aux marques de boutiques.
Le plan de l’édifice témoigne de la fonctionnalité de l’entreprise : on remarquera l’atelier de menuiserie et de retorderie (préparation et assemblage des fils), ainsi que le département d’encollage (apprêtage, lustrage et repassage du produit fini), jouant en faveur de l’autonomie de l’usine. En outre, les salles de travail sont toutes orientées de manière à bénéficier de la lumière du nord (via des toitures, les fameux « sheds », aux rampants couverts de vitres sur un de leurs côtés), rendant possible les économies d’énergie par un ensoleillement maximal. Les locaux recevant les générateurs, la cheminée et la réserve de charbon, sont parfaitement isolés des autres structures, ce qui prouve toute l’attention portée par l’architecte et le patron à la sécurité des biens et des personnes.
Dans les classeurs qui jonchaient les étagères des bureaux, des « fiches de recettes », en plus de présenter le ruban fini, avec le logo et parfois le slogan du client, donnent des précisions quant au nombre de fils, à leur qualité, au type de métier à utiliser. Y sont également consignés les dates de production et le métrage à effectuer. De plus, le Musée de la Rubanerie possède encore les mises en cartes de ces produits qui constituent une véritable vitrine du savoir-faire et de la qualité des rubans tissés depuis Comines.
Mais il ne faut pas oublier que Derville et Delvoye a également développé sa propre ligne de sergés déclinée sur quatre présentoirs de poche destinés aux représentants de l’entreprise. Outre les étiquettes frappées à l’effigie de « Bayard sans peur et sans reproche », de « L’Aiglon », « Au Marocain », dont des échantillons de diverses grosseurs soulignent le titre, d’autres rubans à gros grains, extra forts, dépassants, tubulaires, pour talonnettes ou bonneterie, ainsi que des étiquettes pour des institutions aussi diverses que l’hôtel Carlton de Cannes ou une fabrique de chaussures de Lima (au Pérou) y furent créés. Cette production date des débuts de l’entreprise.

Épisode 59 : « Signé Sigier ! »

Emmanuel Sigier III expliquant ses machines à Alain Mispelaer, Françoise Denturck et Laurie Fauquenoit, le 23/01/2020 (photo OC).

Le 23 janvier 2020, une délégation composée d’Alain Mispelaer, président du Centre de la Rubanerie cominoise, de Laurie Fauquenoit, employée administrative, de Françoise Denturck, administratrice et d’Olivier Clynckemaillie, délégué général, était reçue à l’usine Sigier-Capelle par son PDG Emmanuel Sigier, troisième du nom. Cette nouvelle visite d’’entreprise, en plus de conforter les liens unissant le monde actif au service de l’excellence textile au Musée de la Rubanerie cominoise, présagea d’une belle collaboration entre les deux firmes. D’ailleurs, quelques cadeaux, à destination des collections du Musée, furent reçus : une ensouple pyrogravée « Sigier » (étudiée dans le livre à paraître « La Rubanerie… sans masque(s) ! ») et un vidéogramme promotionnel pour le ruban « Netarm. »
Mais la visite fut aussi émaillée par les souvenirs émus d’Alain Mispelaer au moment de découvrir les installations électriques, notamment le coffret aux circuits imprimés mettant en branle la machine à couper la tresse « Netarm ». En effet, si le produit, révolutionnaire, avait été entièrement créé par Emmanuel Sigier, la conception des circuits électroniques relevait des compétences d’Alain Mispelaer, comme le révélait d’ailleurs entre les lignes l’ouvrage « C comme centenaires, industries centenaires en Nord », paru en 1992.
En guide expert, passionné autant que passionnant, le jeune PDG, aux commandes de Sigier-Capelle depuis 1997, fit découvrir tous les départements au quarteron de rubaniers belges. Ce fut l’occasion de rappeler que, comme nombres de firmes misant sur la qualité avant tout, l’usine Sigier-Capelle disposait de plusieurs salles dédiées au tressage, au tissage mais aussi à la teinture, au conditionnement et à l’expédition, sans compter le secrétariat et la vente depuis ses bureaux contigus.
Cette séance fut encore l’occasion de percer les mystères de fabrication des menottes textiles à usage unique (encore une invention 100% Sigier), de découvrir les fils de lin retordus à destination du monde de la chaussure de haute qualité mais aussi de la volonté de valoriser un patrimoine familial présent à Comines depuis sa création par Edouard Sigier en 1848 !
Soucieux de préserver à la fois son personnel, la qualité de ses produits et la diversification de ses activités, Emmanuel Sigier III montra encore comment une partie désaffectée des bâtiments industriels avait été reconvertie en lofts de grande qualité, la résidence « La Manufacture » : un bel exemple de gestion contemporaine au service de l’histoire, des fibres, des hommes !

Épisode 58 : « Eau, air, terre, feu et  matières à tisser… à Comines ! »

 Spiraleuse » utilisant la chaleur pour thermo-souder les dents d’une fermeture à glissière, vers 1990 (MRc031) !

Si l’émergence, au Moyen Age, d’une activité textile à Comines et dans la région est due, bien entendu, au savoir-faire du tisserand et à l’usage de matériaux de qualité – la laine d’Angleterre – entrant dans la fabrication de produits de luxe, la survie de l’industrie rubanière au vingt-et-unième siècle participe du même esprit. C’est en effet autant dans les matières innovantes que dans le maintien d’une main d’œuvre séculaire que réside la clef du succès rubanier à Comines.
Après la laine, l’usage du lin, matériau français, a été imposé par décision royale. Plus tard, d’autres matières ont été tissées comme le coton, la ramie (herbe chinoise), le chanvre (qui a laissé dans le vocabulaire français le terme « canevas » désignant, entre autres, les voiles des navires), la soie (naturelle ou, au vingtième siècle, devenue artificielle par le biais d’un procédé chimique), le téflon (matériau isolant conçu chimiquement en 1938 et utilisé dans la conquête de l’espace)…    
Parmi les matières premières neuves, le procédé de réalisation de fibres synthétiques par extrusion vaut le détour. Des petits copeaux de plastique de couleurs diverses (mélangés pour obtenir la coloration voulue) sont placés dans une chambre de chauffe soumise à une haute pression. La fusion des matières donne une pâte pressée à travers un filtre d’où émergent des brins très fins que l’on enduit d’un liquide oléagineux (cette phase est appelée « ensimage »). Les fils obtenus sont étirés, séchés puis bobinés avant d’être retordus si nécessaire. A Comines-France, « Zébulon fibres » se charge d’une telle méthode.
Dans le même ordre d’esprit, le procédé de teinture par autoclave permet une homogénéité de couleur sur toutes les parties du ruban. A Comines-Belgique, l’entreprise « Eclair-Prym » l’emploie pour les couleurs de ses fermetures à glissières. L’ensouple (ou bobine-mère), munie de petits trous sur son axe principal contenant le produit fini, est placée dans un caisson hyperbare dans lequel la teinture est envoyée. Le colorant se répand de façon uniforme puis on le fixe définitivement.   
La rubanerie contemporaine emploie encore la matière plastique dans la confection de sangles diverses, qui pour des ustensiles liés à l’industrie automobile (poignées, ceintures…), qui pour le monde du tourisme et du design (sangles pour bagages, courroies de sacs…). Le ruban auto-agrippant, souvent appelé « scratch », en contient également. La firme « Alfatex » de Deinze a même trouvé le moyen, en plus de le rendre ininflammable, d’éviter qu’il ne coule ou  brûle en cas d’incendie.   
Enfin, une nouvelle génération de colorants permet de rendre les courroies et sangles, notamment celles destinées à l’armée, complètement indétectables aux rayons infra-rouges. Une usine du groupe Fauchille, à Comines-France, en détient la recette !

Épisode 57 : « Qui veut prendre du gallon avec Dalle ? »

Parmi les grandes entreprises rubanières de notre région, « Dalle & Cie », située à Wervicq-Sud, s’est fait une spécialité dans le ruban décoratif et, plus particulièrement, dans le domaine de la passementerie. Mais elle fut aussi la créatrice de pièces de tissus en tous genres. A sa grande époque, elle aura, en plus d’une salle d’exposition de prestige à Paris (boulevard de Sébastopol), une autre usine à Saint-Etienne.
Dans les années 1980, en plus d’une collection dénommée « Les Mercenaires de la paix », remettant en valeur le vrai kaki et les vraies couleurs de camouflage héritées de la mode militaire, le tout mêlé aux motifs dits « ethniques », Dalle créa même un kit permettant aux dames d’assembler elles-mêmes les différentes pièces d’un soutien-gorge ! 
Fondée en 1896 et inaugurée le 10 juillet 1897, rue de l’Abbé Bonpain à Wervicq-Sud, la rubanerie Dalle compte parmi ses premiers ouvriers, une partie des fortes têtes syndicales cominoises licenciées suite aux grandes grèves qui ont émaillé la fin du dix-neuvième siècle dans la région. Très vite, la jeune société fait florès et diversifie ses activités comme les matières qu’elle emploie (coton, laine, lin, jute puis aussi les rayonnes-viscoses, les polyamides, les acryliques, les polyesters…). 
Nombre d’archives évoquent le passé prestigieux de cette firme : publicités, livres d’échantillons, fiches techniques, circulaires et rapports… Parmi ces trésors, une série de comptes-rendus de Comités d’Entreprises datant des années 1945 à 1947, livre des renseignements de premier ordre sur la vie à l’usine et les rapports entre le patronat et le personnel. Ainsi, le procès verbal du Comité d’Entreprise du 8 novembre 1945 s’appuie sur la nouvelle ordonnance française du 22 février de la même année ayant trait au « rôle et au fonctionnement des Comités d’Entreprises », devenus obligatoires. L’assemblée est présidée par Charles et Albert Dalle et débute par la désignation d’un secrétaire provisoire, O. Snauwaert, qui signe le rapport final. A noter que le même Snauwaert deviendra le secrétaire attitré du Comité d’Entreprise pour tous les documents conservés au Musée de la Rubanerie (1945-1947).
À la lecture des autres paragraphes, cette réunion apparaît des plus importantes car elle précise la volonté des dirigeants de « voir se normaliser peu à peu la situation », de repartir « d’un bon pied et (de) retrouver un peu à la fois l’activité d’avant guerre. » Outre le fait que le Comité se réunira une fois par mois et que les délégués seront appelés à remettre leurs suggestions au moins trois jours avant la réunion, afin de fixer l’ordre du jour, un appel est lancé à tous les délégués pour trouver des solutions de rentabilité, de méthodes de travail efficientes…
Le volet social n’est pas oublié puisque le Comité propose la création d’une caisse d’entraide. En outre, une modification du temps de travail est apportée : la semaine sera constituée de 4 journées de 9 heures et d’une demi-journée de 4 heures, avec un jour de repos par semaine (date susceptible d’être mobile). Enfin, Albert Dalle propose à ses ouvriers de récupérer une journée perdue (suite à une panne électrique) en travaillant un samedi, ce qui sera soumis par les délégués au vote des ouvriers.

Épisode 56 : « Les rubans cominois : de Leroy-Merlin à Airbus en passant par… »

En cours d’inventorisation, la collection de rubans de La Rubanerie dévoile petit à petit ses trésors. Commémorations de découvertes (l’expédition Peary au Pôle Nord, en 1909), d’actions insolites (une partie de tennis sur les ailes d’un avion biplan en 1925), émanation des idées nouvelles autour d’une esthétique en phase avec l’histoire, évolution des logos d’entreprises confirmées (« Sud Aviation », une des sociétés à la base du géant « E.A.D.S. », anciennement « Airbus industries »), création d’images et mise en forme de groupes aujourd’hui mondialement célèbres (« Stocks Américains de Bruay-en-Artois », aujourd’hui devenu « Leroy-Merlin »)… ces bouts de tissus se sont, au fil des décennies, chargés d’histoire(s), de légendes, de mémoires humaines et industrielles.
L’étude approfondie de ce patrimoine nous permet de mieux appréhender -et donc de mieux comprendre- la vie culturelle, sociale, artistique et économique de notre région. La qualité du produit livré par les maîtres-rubaniers en atteste. Il en va de même pour les pièces fournies lors des différents salons « ITMA » (pour « International Textile Machinery » ou « Salon international de machinerie textile »). 
Dans ce cas, de véritables prouesses de tissage au jacquard font montre du savoir-faire de l’entreprise qui diffuse la pièce d’étoffe  mais aussi de celui qui la dessine, en crée la mise en carte puis la réalise. Ainsi, les calendriers issus des usines « Vaupel » (à Wuppertal, en Allemagne) ou « Obiols » (en Espagne) apparaissent comme de véritables bijoux de par l’impressionnante gamme chromatique utilisée ou par la qualité des fils mis en œuvre (des fibres guipées, c’est-à-dire tressées, d’or, par exemple). 
Aujourd’hui, l’ITMA apparaît comme une manifestation mondiale incontournable, durant laquelle les entreprises exposent toute leur science. Une des dernières éditions a eu lieu à Barcelone en 2011 et fut annoncée comme les « Jeux Olympiques de la Machinerie Textile » ! D’ailleurs, à La Rubanerie, un métier jacquard « Unival 200 » à 6 têtes de chez Staubli (Lyon), testé dans une des rubaneries de Comines-France, chez Schoutteten et Froidure, est en attente de remontage dans une nouvelle salle à construire. Cette machine, des plus ingénieuses, a remporté la palme lors d’une édition de l’ITMA et est considérée, tout comme sa concurrente des usines Müller (Suisse), comme une véritable « Rolls Royce » du genre !

Épisode 55 : « Quand mon oncle dévoile les dessous de Tati au pays de Monsieur Hulot ! »

Bien des grands noms du cinéma, de la chanson ou du théâtre ont eu ou entretenu des rapports privilégiés avec le monde du textile. Qu’ils furent tisserands, stylistes, mannequins, publicistes… ils ont laissé des traces souvent méconnues de leur passage dans le monde de la mode. Si les vêtements dessinés et portés par Jean-Claude Pascal (entre autres pour les maisons Hermès, Dior et Piguet) ou Roger Moore (et sa collection de prêt-à-porter disponible chez Debenhams à Londres) ont fait l’objet de publications et/ou d’expositions (que ce soit au prestigieux Musée des Arts décoratifs de Paris ou au Musée de la Chemiserie et de l’élégance masculine à Argenton-sur-Creuse), d’autres acteurs du monde culturel demeurent oubliés de la mémoire collective, du moins pour leur travail au sein des fibres tissées.
Parmi eux, l’immense (au propre comme au figuré) Jacques Tatischeff, dit Jacques Tati (1907-1982). Aujourd’hui reconnu comme l’un des maîtres absolus du cinéma du vingtième siècle (de « Jour de fête », en 1947, à « Parade », en 1974), Jacques Tati a entretenu des rapports étroits avec le monde de la mode et, plus particulièrement, avec la firme Gillier.
En effet, tandis que les mentions publicitaires des vêtements « VITOS » (appartenant à la famille Vitoux) apparaissent au détour d’une rue de Playtime (tourné de 1964 à 1967), Tati réalise, en 1968,  un spot publicitaire pour le linge de corps d’une autre entreprise textile basée à Troyes : « JIL ».
André Gillier (1882-1935), le fondateur de la marque, fut un brillant polytechnicien qui se distingua très vite par son sens inné des affaires mais aussi par son engagement social (il instaura dans ses usines un système de congés payés bien avant 1936 et le Front Populaire). Après avoir inventé, en 1929, « JIL », le slip à poche (dénommé plus tard « slip kangourou »), il s’allie en 1933 au tennisman René Lacoste, ce dernier venant tout juste d’annoncer sa retraite, pour créer la marque au petit crocodile et surtout mettre au point le fameux polo (appelé « Chemise Lacoste ») et sa maille singulière. Le groupe grandit et connaît de beaux succès commerciaux en France mais aussi à l’international.
La fin de l’ère Gillier date de 1961, année où la famille cède ses parts au groupe Devanlay, mené par l’industriel Pierre Lévy (1907-2002), par ailleurs grand amateur d’art contemporain. Bref, avec ou sans mon oncle (comme avec ou sans Tati), l’univers de la lingerie parvient toujours à faire son cinéma ! Mais qui se serait douté un jour (de fête ?) que Monsieur Hulot portât des slips estampillés « JIL » ?

Épisode 54 : « Le labeur des enfants indigents dans l’industrie textile vers 1891. »

Certificat de « quasi-indigence » délivré à l’enfant Robert Lesueur,
datant de 1891 (MRc787).

La mise au travail des enfants a toujours interpellé le grand public, même si la jeune génération actuelle ne s’imagine que fort peu les conditions qui existaient à l’époque de nos arrière grands-parents. Dans les collections en cours d’inventorisation du Musée de la Rubanerie cominoise, outre quelques clichés d’époque, de nombreux carnets en attestent. Ceux-ci témoignent que l’instruction obligatoire est chose récente dans l’histoire des hommes et que si, aujourd’hui, un enfant ne peut quitter l’école avant d’avoir accompli ses dix-huit ans, nos anciens se souciaient fort peu de cet acquis. On connaissait les livrets d’ouvriers (tel celui ayant appartenu à Eugénie Mélina Mazurier, inventorié MRc779), instruments traditionnels de contrôle et d’enregistrement des tâches confiées aux adultes, agrémentés de textes légaux portant sur les droits et les devoirs de chaque partie (le patron comme l’employé). Ainsi, sur celui de Madame Mazurier, bobineuse de profession, dans la case réservée aux signes particuliers, on apprend que les mouvements répétés de son métier lui ont valu de posséder une « main droite difforme ». On y découvre aussi que la retraite à 60 ans n’était pas de mise…
Mais il est des réalités laborieuses encore plus cruelles… Dans notre société contemporaine qui mise tout sur la réussite sociale et intellectuelle de l’enfant, l’on a parfois tendance à oublier les sacrifices consentis par ceux qui nous ont précédés. Un bel exemple nous est fourni par le livret du jeune Robert Lesueur (MRc787) qui, pour permettre à sa famille nombreuse d’échapper à la misère, se voit délivrer par le Maire de Perruel (Eure), un « certificat de quasi indigence » en date du 5 juin 1891. Robert Lesueur n’avait alors que 12 ans accomplis :  « Nous soussigné Maire de la commune de Perruel certifions que les époux Lesueur Désiré Eugène et Canu Ernestine, mariés en la commune de Perriers-sur-Andelle (Eure) le 24 novembre 1875, ouvriers aux tissages domiciliés au Mesnil-Perruel, père et mère de l’apprenti Lesueur Octave Robert né à Perruel le 2 octobre 1878, ont en plus à leur charge trois enfants bas-âge de trois mois à huit ans, et une mère âgée sans ressources personnelles et impropre au travail qu’ils se trouvent par conséquent dans une situation des plus nécessiteuses et de quasi-indigence ».
Non seulement la lecture de ce texte en dit long sur les problèmes liés à une natalité galopante (la contraception étant, soit proscrite, soit peu efficace) mais elle attire encore l’attention sur la condition ouvrière à la fin du dix-neuvième siècle (travail difficile, ménages constitués des enfants, des parents et des grands-parents…). Ce type d’attestation accompagnée, dans le cas de Robert Lesueur, d’un certificat scolaire, mentionnait que le quidam avait suivi un cursus minimum de 6 années (1874-1880) ouvrant la voie à une dérogation à la loi de 1872 et lançant Robert Lesueur dans le monde du travail.
Ces précieuses archives, souvent délaissées voire détruites au fil du temps, portent un enseignement saillant : derrière les machines et leur ingéniosité se cachent des réalités humaine au goût amer qui s’avèrent jalons essentiels pour l’historien mais aussi pour la construction d’une réalité sociale et laborieuse plus humaine et davantage solidaire.

Épisode 53 : « Un drôle de « Lustig » en guerre dans Comines et ses rubaneries… »

Le pont sur la Morte-Lys, juste devant la rubanerie d’Ennetières, photographie aux sels d’argent de Curt Lustig, 1914 (MRc2597).

Si nombre de cartes postales privilégient l’aspect décoratif, voire folklorique, à faire parvenir aux siens, certains clichés pris sur le vif n’en demeurent pas moins éloquents pour l’historien. À Comines, durant l’occupation de 1914 à 1918, de nombreux détails disséminés ça et là au cœur des photographies, témoignent à la fois de l’organisation allemande hors-pair mais aussi d’éléments stratégiques tout comme des relations plus amicales qui ont pu exister entre soldats occupants et populations occupées. Dans ce dernier cas, la guerre prend un visage un peu plus humain, loin des boucheries sans nom qui baignent les champs de bataille avec le sang d’innocentes victimes guidées par la folie de certains puissant.
Durant le conflit, des photographes, imprimeurs et éditeurs officiels ont travaillé pour le Reich, concevant des « Feldposkarte » à destination des soldats. A Comines, les réalisations de qualité dues à Curt Lustig, que l’ont peut dater de fin 1914-début 1916, sont très éloquentes. Lustig est connu dès avant la Grande Guerre comme étant à la fois éditeur de livres d’art et photographe. Son atelier est basé au numéro 3 de la Klosterstrasse à Görlitz, petite ville du länder de Saxe à cheval sur le fleuve Neisse, dont les quartiers est ont été rattachés depuis 1945 à la Pologne. On doit notamment à Curt Lustig un guide illustré de sa ville (édité en 1904) et le catalogue de l’exposition industrielle « Niederschleisiche Gewerbe Industrieaustellung » de 1905. Après la Der des Der, il semble que l’entreprise de Lustig soit devenue un magasin de machines à écrire et de matériel de bureau, toujours à Görlitz, comme l’atteste un document (inv. 001612) conservé au Musée des Machines à écrire de Parcines (en Italie, dans la province de Bolzano).
Ainsi, parmi les photographies prises par Curt Lustig et éditées en photo-cartes par les autorités allemandes, celle représentant une troupe franchissant le Pont-Neuf, dans le quartier belge du Fort, mérite un certain déchiffrage accompagné de notes d’histoire. Si les Allemands y prennent fièrement la pose, il est à remarquer que le pont autrefois en dur a laissé place à un ouvrage en bois. C’est que l’occupant avait cru bon de le dynamiter au début du conflit, pensant freiner la progression putative de l’ennemi. L’explosion avait été si forte qu’en plus de détruire ce point de passage sur la Morte-Lys, les bâtiments bas de la rubanerie d’Ennetières en avaient été pulvérisés, ne laissant apparent que le squelette de sa charpente encore timidement en équilibre. De l’autre côté de la rue du Fort, la façade de l’estaminet « Au pont neuf » porte, dans les briques de son pignon, les stigmates de la déflagration : de nombreux trous la défigurent. Plus loin, les fenêtres de la maison Ferrant, autrefois garnies d’un remplage Art nouveau dit « en coup de fouet », on laissé la place à des baies obturées par de simples cartons, les vitres neuves venant à manquer… Enfin, barrant le poteau d’entrée du nouveau pont, un écriteau affiche « Rechts fahren », ce qui se traduit par « Tenir la droite ». L’organisation pratique des Allemands y trouve d’ailleurs toute sa plénitude ! Par ailleurs, au dos du cliché, un soldat a noté en allemand « Comines. Pont sur la Lys. Nous sommes en repos à Comines. »

Épisode 52 : « Agriculture, aliments et rubans.

À côté des fibres artificielles dérivées de la pétrochimie, l’industrie du textile a aussi développé des produits respectueux de l’environnement. Si les fibres de lin, célèbres depuis des temps immémoriaux, ont, au fil du temps, quitté leur stricte condition d’élément textile pour devenir huile, fromage ou farine, d’autres matières demeurent méconnues du grand public. Pourtant, elles témoignent de l’implication sans cesse croissante du monde agro-alimentaire dans les textiles d’aujourd’hui et de demain.
Découverte dans les années 1930, servant de substitut à la laine réservée aux hommes servant sur le front lors de la seconde Guerre Mondiale et rencontrée depuis sous le nom de marque déposée « Lanital », la fibre textile à base de caséine, c’est-à-dire de protéine de lait, est aussi connue sous les vocables « Létamil », « Chinon » ou « Wipolan ». Si la fibre de lait revient en force aujourd’hui (un des plus gros producteurs au monde est le fabricant de fils japonais Toyobo), c’est essentiellement pour son impact écologique mais aussi pour ses propriétés anallergiques et de conduction/répartition de la chaleur. Du linge de lit pour hôpitaux  aux chaussettes, tee-shirts et robes, la fibre de lait est actuellement bien présente dans notre paysage textile.
À Comines-France, au sein des établissements Derville et Delvoye, des rubans en « Létamil » ont été réalisés pour des produits de la marque Tistra (vers 1950-1952). Cette firme strasbourgeoise aujourd’hui disparue, a même développé un rapport encore plus fort avec l’industrie agro-alimentaire puisqu’en plus d’utiliser des fibres à base de ferments lactiques, elle a occupé les bâtiments d’une ancienne laiterie !
D’autres produits tels la betterave sucrière, les algues marines, la noix de coco, le maïs… participent également à la nouvelle réflexion sur les textiles du futur. Entièrement recyclables ou biodégradables, peu ou pas du tout énergivores dans leur conception, ils sont le garant d’une gestion raisonnée autant que raisonnable des ressources de la planète. Mais la rubanerie cominoise a aussi travaillé pour une forme d’agriculture prônant la diffusion d’organismes génétiquement modifiés. Dans les années 1980, l’entreprise D.M.R. a ainsi fourni des kilomètres de ruban en fibres synthétiques pour la firme Monsanto, aujourd’hui montrée du doigt pour la dangerosité de certains de ses produits, dont ceux résistant aux antibiotiques.

Épisode 51 : « Des entreprises laissées en plan(s) ? »

Construire une usine relève de la patience et de la connaissance approfondie et des matériaux et des éclairages naturels, le tout sous-tendu de fonctionnalité. A voir les plans des entreprises textiles des deux Comines, force est de constater combien leurs maîtres d’œuvre ont respecté ces règles et contraintes.
À Comines-Belgique, entre 1928 et 1929, l’entrepreneur Léon Berghe-Pillaert a été choisi pour suivre les plans de l’architecte mouscronnois Marcel Hocepied lors de la construction du tissage Buyse-Frères, dans la rue de Ten-Brielen (dont les bâtiments encore sur pied sont actuellement occupés par la menuiserie communale).
Le dossier complet, comprenant plans, mémoires et lettres-circulaires envoyées aux adjudicataires et autres impétrants mais aussi de multiples offres de prix consciencieusement motivées, témoigne de l’ampleur de la tâche ! Pas moins d’une quinzaine de sociétés entrent en jeu, des ciments d’Eecloo aux vitreries Glorieux-Lagast (de Mouscron), en passant par le Comptoir Tuilier de Courtrai ou les ateliers de construction d’Hérinnes-lez-Enghien.
Au final, le bâtiment de 769 mètres carrés sera réalisé pour un budget total de 218531 francs belges de l’époque. Au fil du temps, l’entreprise connaîtra, à l’image de nombre d’autres usines textiles de l’Eurorégion, les effets de la modernisation du parc des métiers, les restructurations et sera même victime d’un incendie qui la ruinera partiellement, avant d’être vendue et de changer d’affectation. Ses façades subiront aussi des mutations tandis que les toits en sheds demeureront intacts.
Mais après qu’elle ait été, en tout ou partie, restructurée ou vouée à la fermeture, la vie d’une usine n’est pas toujours un long fleuve tranquille !
À Comines, si les bâtiments détruits sont nombreux (Bonduel, Derville et Delvoye…), il en est d’autres qui ont été requalifiés et, parfois, sauvegardés dans le respect de leur conception. Ainsi en va-t-il d’une partie des établissements Lambin-Ravau, place du Château à Comines-France, dont la rubanerie, toujours en fonction, a été intégrée au groupe Géry Fauchille tandis qu’une partie des anciens locaux administratifs et de stockage s’est métamorphosée en habitations modernes dans lesquelles l’éclairage zénithal offre une qualité de confort incomparable.
Un autre bel exemple, à vocation culturelle cette fois, est la reconversion du bâtiment principal du tissage Désiré Ducarin, devenu depuis novembre 2013 une très belle médiathèque municipale.

Épisode 50 : « Le ruban cominois au service des arts et de l’Histoire… »

S’il fallait animer un cours d’histoire, la rubanerie cominoise, en plus de son patrimoine séculaire, pourrait en illustrer sans rougir les grandes périodes. C’est que les marques textiles aiment les arguments d’autorité de ce type : faire référence à un passé glorieux est toujours payant. En plus de s’avérer gage de sérieux, c’est aussi mettre en avant le poids d’une tradition qui n’a nullement peur de se pencher sur son patrimoine tout en regardant résolument ver l’avenir, histoire de perpétuer une tradition fortement ancrée dans l’imaginaire collectif.
Parmi les archives en attestant, La Rubanerie peut ainsi voguer de l’Egypte antique (les pyramides et le sphinx de Macoba tissés chez Derville et Delvoye ou le ruban aux hiéroglyphes conçu et tissé chez Dalle) à la contemporanéité (la Tour Eiffel pour la marque Aurélia, tissée chez Derville et Delvoye), en passant par la grandeur de Rome (via l’emblème des chemises « Imperator », tissé chez Dalle ou le fil « A la Louve » de chez Ignace Lambin), le fonds grec (la chimère de la marque « Rex », tissée chez Derville et Delvoye), le Moyen Âge et ses héros (« Bayard », un sergé de Chez Derville et Delvoye), Colbert et le Siècle d’or français (mise en carte de chez Derville et Delvoye), Napoléon II (« L’Aiglon », marque de fabrique de chez Derville et Delvoye) ou encore l’art islamique avec ses mosquées et autres édifices du même type (toujours chez Derville et Delvoye), la commedia dell’arte avec Polichinelle (tissé chez Dalle)…
Les grands moments de l’histoire des arts apparaissent aussi tout enrubannés depuis Comines. Ainsi, à côté des putti de style Renaissance des retors « A la Boucle » de chez Derville et Delvoye, se dévoilent une interprétation de la Dentellière de Vermeer (fil « A la travailleuse » de chez Hassebroucq-Frères), un moment de peinture baroque avec le Christ souffrant de Guido Reni (tissé chez Derville et Delvoye), toute la sève du réalisme avec l’Angélus de Millet (fil « A l’Angélus » de chez Hassebroucq-Frères), une scène de genre (« La partie de billard », d’après  Marino, tissée chez Derville et Delvoye),  une variation pop art dans la veine de celle de Roy Liechtenstein (« My admirer », conçu et tissé chez Dalle)…
Parallèlement, au sein des collections de La Rubanerie, d’autres rubans d’exception y font écho, de la retranscription textile de la Joconde de Léonard de Vinci (un calendrier textile de la firme Müller), à celle de la photo de Marylin Monroe en 1953 extraite du magazine Photoplay (entreprise Pianezza à Varese, en Italie, dont la réalisation est due à leur collaborateur belge Karl Noonan). La bande dessinée n’est pas oubliée du lot puisque s’y retrouvent avec bonheur, tissés par la firme alostoise « Nominette S.A. » les grands créateurs belges Jean Roba (avec le petit Boule et son chien Bil), Peyo (et ses schtroumpfs), Dupa (et son célèbre chien philosophe Cubitus), Roger Leloup (avec Yoko Tsuno, une des premières égéries de la bande dessinée fantastique), mais aussi les étrangers avec l’Américain Walt Disney (Mickey fête Noël) ou le fameux ourson Petzi (des Danois Vilhelm et Carla Hanssen). Tous ces exemples démontrent qu’en histoire et en art, la rubanerie cominoise ne connaît ni frontières ni limites de genre, son humanisme demeurant seul maître à bord !

Épisode 49 : « Aux taquets pour les cliquets : la rubanerie c’est aussi le pied !  »

« Impossible n’est pas français ! » disait Napoléon Bonaparte (°1769-†1821) à l’un de ses généraux pusillanimes. Certes, l’homme d’état voulait mettre en évidence la pugnacité teintée d’ambition de ses compatriotes. Mais qu’eût-il pensé des rubans cominois ? Si l’Histoire n’en a pas laissé de trace, son neveu, Louis-Napoléon (°1808-†1873) alias Napoléon III, dut, lui, avoir son idée sur la question. En effet, comme le rapporte un document conservé aux Archives départementales du Nord (cote M-124/28), Sa Majesté eut l’infime honneur de converser, le 26 août 1867, avec le Cominois Henri Lauwick « dont les produits rivalisent avec ceux des fabriques anglaises sur tous les marchés de l’Europe et de l’Amérique. » L’entrevue se passa à Lille où Henri Lauwick présenta à l’empereur un rapport concernant l’état de la rubanerie. A cette époque, Comines comptait quatre entreprises de tissu étroit, organisées à l’image de nos usines modernes : celles de Charles Catteau , de son frère Louis, de Charles Schoutteten et de Lauwick-frères (dirigée par Henri Lauwick). Les affaires tournant à plein régime et la main d’œuvre nécessaire devant être à proximité de l’outil, Lauwick érigea une cité ouvrière de 125 maisons à l’angle des rues de Quesnoy et d’Armentières. L’essor industriel de Comines devenait irrésistible et n’allait pas s’arrêter en si bon chemin. De même, les patrons en profitèrent pour développer et créer de nouvelles machines.
De fait, quelques décennies plus tard, Henri Gallant déposa son fameux brevet de régulateur à cliquet pour métier jacquard (1883). Même la Grande Guerre et la destruction quasi-totale de la cité des louches n’enraya pas le moins du monde l’esprit d’entreprise des textiliens cominois. A titre d’exemple, Raymond Dautricourt et sa fabuleuse machine à tisser le ruban sinueux portent cette réalité à bout de bras. A partir de 1955, ce grand patron cominois inventa, une machine pour tisser un ruban sinueux de type « croquet », employé, une fois coupé, comme contrefort de talon d’espadrilles. Sur l’aire de travail, la chaîne se voit divisée en fractions de 3 fils avant de passer par des donneurs à cliquet commandés par une « jacquarette » (sorte de mécanique jacquard miniaturisée). Ce système permet le tissage du ruban avec cintrage une fois à droite puis une fois à gauche, tout en gardant les fils de chaîne sous tension. Cette invention est d’autant plus révolutionnaire qu’elle est hybride, mêlant tissage traditionnel et travail au jacquard. Une autre particularité réside dans son battant, totalement fixe. C’est le peigne qui bouge afin de faire avancer le ruban tissé alors qu’une fenêtre de contention s’ouvre et se ferme automatiquement pour maintenir la tension des fils.
Malheureusement, ce métier, l’œuvre de toute une vie, ne connut jamais de production. Afin de garantir son invention, Raymond Dautricourt garda son secret et ne conçut pas de mode d’emploi. Depuis sa translation au Musée de la Rubanerie, quelques bénévoles aguerris se sont mis en tête de faire fonctionner ce métier unique. Ils ne trouvèrent pourtant jamais de résultat satisfaisant leur idée de perfection textile. Toujours est-il qu’un mariage de techniques qui n’étaient pas faites pour vivre ensemble fut rendu possible par le savoir-faire d’un patron au faîte de la chose textile. Vous vouliez tisser au son de la sardane, eh bien, grâce à Raymond Dautricourt, vous pouvez aussi danser maintenant !

Épisode 48 : « Lys qui coule amasse la mousse. »

Les préoccupations écologiques contemporaines n’ont pas toujours eu la cote dans l’industrie textile, y compris à Comines. Les plus de 40 ans se souviennent sûrement de la mousse âcre et collante qui s’échappait de la Lys et venait frapper, les jours de grand vent, le visage de ceux qui traversaient le pont frontière ! Il faut dire qu’en plus d’être fortement polluée, la Lys était marquée à cet endroit par des écluses dont le barrage favorisait l’amas de ces dépôts fétides.
Mais cette réalité n’était pas neuve puisque, si l’on se réfère aux justifications de construction, par Désiré Ducarin (°1859-+1918), d’un établissement de bains publics (avec piscine mais aussi toute une série de douches et baignoires privatives), on préconise aux Cominois de ne plus utiliser l’eau de la rivière pour leurs ablution ni pour leur consommation personnelle d’eau ! C’était en juin 1908 et Désiré Ducarin, élu maire de Comines en 1904 après un an d’intérim, mettait en pratique son grand-œuvre social.
Il n’empêche que, des décennies durant, les industries (textiles et autres) ayant pignon sur Lys ou sur ses affluents cominois (notamment le Hocquart et la Morte-Lys) déversaient leurs eaux usées à qui mieux mieux. Ainsi, les Cominois pouvaient savoir de quelles couleurs les teintureries et autres rubaneries avaient paré leurs produits.
Pour étayer la chose, un reportage photographique de René Mispelaer (alors employé comme chauffeur et magasinier chez Ducarin) s’avère particulièrement éloquent. Une des berges de la Lys y dévoile une conduite en béton crachant un liquide bleu-mauve moussant au contact de l’eau et colorant les pierres et autres gravats qui bordent et soutiennent la conduite ! Le précipité se répand alors dans le lit de la rivière auquel il donne une autre coloration opaque… Et ce n’est là que le déversement d’une seule usine !
Dans les années 1980, des organismes de défense de la nature, dont le CADEC (Comité pour l’Aménagement et la Défense de l’Environnement à Comines-Warneton) tirent la sonnette d’alarme tandis que, petit à petit, le monde politique et industriel s’émeut de la chose et tente de pallier aux pollutions massives. Des filtres et d’autres citernes font leur apparition, de même que les stations d’épuration des eaux usées.
A l’heure de la ruralité partagée et du respect de l’environnement, les clichés de la Lys en mousse semblent dater d’une autre époque, même si, régulièrement, des incidents impliquant des industries riveraines ou étrangères aux deux Comines sont dénoncés. Pourtant, ces photos, comparées au cours actuel du fleuve, témoignent que la situation s’est bien améliorée. Quoi qu’il en soit, sur le plan patrimonial, elles illustrent un morceau d’histoire industrielle et offrent un prétexte à réfléchir sur le sens, parfois éminemment paradoxal, donné à l’engagement de protection de la nature tout en continuant une activité économique vitale pour l’économie régionale.

Épisode 47 : « Un métier pour « roi du jacquard » en passe d’être timbré !  »

Parmi les métiers à tisser les plus anciens de La Rubanerie, une magnifique machine de la fin du XIXe siècle fut, après avoir œuvré des décennies en usine, le terrain de jeu privilégié de celui que les Cominois appelèrent affectueusement « le Roi du jacquard » : Jackie Ghesquière (°1933-†2004). Ce bijou a  été construit (bâti et battant) par la firme Edm. Finkensieper à Barmen (Allemagne). Il a la particularité de tisser simultanément 4 rubans à 4 couleurs de trame dont le motif est identique. Le passage des navettes de couleurs est commandé par des perforations dans le carton qui, via un système d’aiguilles horizontales et verticales, donnent ordre à 3 tiroirs de positionner le battant sur 4 niveaux différents (le niveau zéro étant garanti par la position nominale du battant). Latéralement, le chasse-navette (appelé aussi « marionnette » ou… « marmouset » dans la région picarde) règle le passage des navettes correspondant à la hauteur du battant afin d’introduire le fil de trame.
« Rapatrié » depuis la firme Lambin-Ravau à La Rubanerie par Simon Vahnée (°1923-†1994) et installé dans la grande salle du musée, il n’en fallait pas plus à Jackie Ghesquière, ancien rubanier ayant fait sa carrière dans le textile tissé au jacquard, pour faire montre de sa virtuosité en la matière. Composant toute une série de motifs sur papiers millimétrés (dont un bel échantillon est désormais préservé et archivé), Jackie les traduisit en cartons perforés (une carte postale, éditée vers 1990 le montre en plein travail), les relia patiemment et les installa sur la tête de mécanique du métier en question. Jackie en surveilla le tissage, aidé entre autres par Daniel Masschelein, ouvrier mis à disposition du musée par la Ville de Comines-Warneton, qui transmettra à son tout son savoir jacquard à plusieurs générations de rubaniers, notamment à des étudiantes en master design textile de La Cambre et de l’ARBA.
On doit à Jackie Ghesquière le ruban dédié au musée (et qui est toujours tissé devant les visiteurs de l’institution), celui exécuté en 1992 pour « Comines-Europe », le marmouset commémoratif de 1995, « Comines, le pays du ruban » (avec ses quatre motifs de cartes à jouer), l’écusson de la ville de Comines-Belgique, le visage de Simon Vanhée (1994), le ruban présentant le métier à barre… ainsi que des mises en cartes jamais traduites en textile, un vrai roi du jacquard en somme!

Épisode 46 : « Le faste des rubans en habits de sacre… »

Alors qu’il venait de fonder le Musée de la Rubanerie, Simon Vanhée eut l’idée de créer une Confrérie qui lui serait attachée. Le 28 octobre 1985, l’acte officiel est ratifié par les six premiers membres (Marcel Bouckhuyt, Remi Broucke, Tony Cosyns, André Decroix, Michel Oubraham et Simon Vanhée) puis publié aux annexes du  Moniteur belge du 12 juin 1986. Auparavant, le 21 juillet 1985, pour l’inauguration officielle du nouveau musée, les confrères avaient déjà revêtu leurs toges d’apparat.
Il fut alors décidé d’introniser chaque année, à l’occasion de la ducasse à pierrot de la Sainte-Catherine, des personnes ayant œuvré à la défense du textile et de son patrimoine. Le premier convent vit le Grand Maître Simon Vanhée déclamer le texte devenu rituel en même temps que de décerner diplôme et médaille au nouvel impétrant : « La Confrérie des Maîtres Rubaniers désire  réunir tous ceux qui, par leur profession ou leur dévouement, contribuent au rayonnement du Musée de la Rubanerie cominoise, au développement du métier de rubanier dans ses aspects socio-économiques et culturels. Considérant que vous avez participé à cet objectif, la Confrérie des Maîtres Rubaniers décide de vous recevoir en son sein au titre de chevalier. »  La tradition était initiée !
Après une dernière cérémonie exceptionnelle hors-les-murs le 21 juillet 2005, en pleine rue de la Régence à Bruxelles durant les festivités des 175 ans de la Belgique, les activités de la confrérie (absorbée en 2006 par l’ASBL Centre de la Rubanerie cominoise) entrèrent en léthargie. En 2018, avec la nomination d’un nouveau président et le concours du conservateur du musée, Alain Mispelaer et Olivier Clynckemaillie la firent reprendre du service. Pour marquer cette renaissance et afin de conférer la solennité qui se devait à l’intronisation, en plus du diplôme, un ordo (ou rite sacramentaire) fut mis en place. Désormais, après lecture d’un petit texte le présentant, chaque membre se voit marqué par la navette avec laquelle l’officiant lui touche la tête (évoquant le savoir), les épaules (la force), le cœur (la passion), et la main (la transmission) en récitant la formule suivante : « par les pouvoirs qui nous sont conférés, au nom de notre patronne sainte Catherine, de la navette, de la lice et des fibres, nous vous faisons Chevalier de la Confrérie des Maîtres Rubaniers. Que ce titre soit le reflet de la reconnaissance que les gens du textile cominois mettent à porter haut les couleurs rubanières et tissées dans notre Cité des Louches depuis presque un millénaire et qu’il vous permette de faire rayonner pendant bien des années votre vocation rubanière pour le plus grand bien des deux Comines et du monde textile. »
Parmi les chevaliers du ruban, de grands noms du monde industriel, ouvrier, politique et médiatique ont mis un point d’honneur à partager leur amour du ruban cominois, à l’image d’Hubert Masurel (PDG de La Lainière de Roubaix), Guy Lemaire (journaliste à la RTBF), Chantal Bertouille (députée-échevine honoraire), Henri Séguard ancien maire de Comines-France), Gilbert Deleu (Bourgmestre honoraire de Comines-Belgique), Emmanuel Sigier (ancien patron de Sigier-Capelle), Bruno Schoutteten (ancien patron de Schoutteten et Froidure, la plus ancienne rubanerie cominoise encore en action), Géry Fauchille (à la tête du groupe textile cominois qui porte son nom et reprend les grandes rubaneries locales)…  Ils ne sont que le début d’une longue liste qui prendra encore plus de lustre dans les années à venir !

Épisode 45 : « Ebénisterie et rubanerie, une équation résolue par Louis Masson ! »

Si d’aucuns ne restent pas de bois devant le métier de rubanier, assurément, le Cominois Louis Masson (°1873-†1947) est de ceux-là ! Acquis comme ses parents aux gestes du textile (il était tisserand de formation), perfectionniste et intéressé par le développement des machines, le jeune Louis, après avoir exercé comme mécanicien pour le compte de la rubanerie Gallant à Comines (puis à Bernay, dans l’usine délocalisée suite à la Grande Guerre), fonde son entreprise rue des Trois Ballots à Comines-France en 1922 sous l’appellation « Atelier Mécanique de Louis Masson ».
Très vite, il a à cœur d’améliorer l’outil des ouvriers d’usine, s’inspire de ce qui se fait ailleurs et développe des battants de métiers à tisser le ruban permettant de doubler a minima leur production. S’il est communément admis à Comines qu’on lui doit le métier dit « à demi-lune », la création de cet élément révolutionnaire n’est pourtant pas à mettre à son crédit. En effet, il a été développé avant la Grande Guerre en Allemagne sous l’appellation « métier double. » A l’origine, les constructeurs de Ludorf, Reinshagen et Barmen avaient doté leur machine de deux battants en y mettant le double de navettes, dont certains modèles les chassaient selon une course semi-circulaire. Louis Masson récupéra le système et le breveta, de même que le bâti (ou châssis) du métier, désormais en fonte, autre innovation venue d’Allemagne.
Néanmoins, la réputation de Louis Masson n’en ressort pas ternie puisque, en plus de rendre la pièce plus sûre en lui conférant une ergonomie plus efficace et en commercialisant son travail en France puis à l’étranger, il a permis à son entreprise de traverser les décennies et de se spécialiser dans les domaines de pointe. Ainsi, en suivant l’évolution de la raison sociale de sa firme, passe-t-on de l’« Atelier Mécanique de Louis Masson » (1922), à « Louis Masson et Fils » (1932) puis aux « Fils de Louis Masson » (1942-ca. 1985). Sur les neuf garçons nés de son union avec Léonie Marie Roelens (dont deux sont morts en bas âge et Henri Charles, mort pour la France à Fleury, dans la poche de Verdun, le 23 octobre 1916), cinq travaillèrent avec lui, en plus de son frère Henri (°1879-†1949). Dans Comines reconstruite, les Masson seront les fournisseurs exclusifs des rubaneries nouvelles : Lambin-Ravau, Ferlin, Mahieu…
Loin de se reposer sur leurs lauriers, Louis Masson et ses fils entreprennent de s’attaquer aux autres outils textiles. Ils mécanisent ainsi les ourdissoirs (machine garnissant les bobines-mères et autres canettes des métiers à tisser), les dévidoirs (pour préparer les fils des bobines) et les machines à rouler (pour conditionner le produit fini). Mieux,  avec l’intégration de compteurs de duites (comptabilisant le nombre d’allées et venues des lignes tissées), le mesurage à la main est supprimé. Enfin, cerise sur le gâteau, en 1939, Louis Masson crée un métier dit « rapide » : bien que gardant la même cadence (160 coups/minute), la souplesse de son chasse-navette permet d’obtenir un rendement supplémentaire de 20%. Plus tard, les fils Masson travailleront pour de grands groupes comme l’Air Liquide, en plus de concevoir des machines pour le monde agricole et industriel. Comment ne pas rester de marbre devant cette belle saga textile cominoise dont les branches cadettes se sont nourries à un arbre solide, de ceux dont le bois marque l’Histoire ?

Épisode 44 : « L’inventivité textile d’Emmanuel Sigier ? 100 % Made in Comines, bien sûr ! »

Parmi les grands noms du textile cominois, il en est un qui sort du lot, n’en déplaise à son humilité naturelle : Emmanuel Sigier (°1940), second du nom. Fils, petit-fils et arrière petit-fils de patron d’usine, Emmanuel, représentant la septième génération de cette famille cominoise emblématique, est destiné à reprendre l’entreprise fondée en 1848 (qu’il dirigera de 1978 à 1997 avant d’en céder les rênes à son fils Emmmanuel III). Mais avant toute chose, il devra faire ses gammes textiles en apprenant toutes les étapes de production mais aussi en allant travailler chez les concurrents et néanmoins amis de son papa ! C’est ainsi que, œuvrant chez Customagic, il créa le procédé de couture de mousse sur tissu élastique ou qu’il mit sur pied l’usine de linge jetable FMR à Saint-Amand-Les-Eaux après en avoir supervisé la production sur le site de Comines devenu trop exigu pour répondre à la demande en la matière.
Les souvenirs d’Emmanuel Sigier père ont donné lieu à une récolte de récit de vie, capté au Musée de la Rubanerie le 25 juin 2019. Dans son témoignage, en plus de décrire les phases de son travail, d’en révéler les expressions dialectales (le retordage au mouillé se dit, en picard « au frek »), d’évoquer les arcades pour métiers jacquards, les fils de lin pour yoyo et pour les semelles de chaussures, les lacets fluorescents et les bracelets brésiliens qui firent fureur auprès de la jeunesse des années 1980, l’ancien patron parle avec émotion du passage des écritures comptables réalisées encore à la plume (nous étions en 1978) au profit d’un programme informatique. Mais, outre ce clin d’œil non dénué d’humour, Emmanuel Sigier raconte comment quelques inventions cominoises sont nées et se sont développées. Par exemple, en parlant du ruban « Netarm », véritable révolution pour le nettoyage des canons d’armes à feu (sans avoir recours à un tirant métallique encombrant), Emmanuel Sigier révèle que le premier contrat fut passé avec l’armée allemande, après quoi la France suivit. Pour différencier les produits, Sigier adopta un « code couleur » : les mèches de coton blanches étant réservées aux « Teutons », les rouges aux Français. Quant aux menottes à usage unique, le pari nécessitant une assise solide, Emmanuel Sigier s’allia avec un homme d’affaires d’origine  arménienne, Georges Kumuchian (°1958), créateur de la firme GK en 1984. Les lettres « LSK » sérigraphiées en gras sur le coupe-menottes « handcuffs » peuvent donc se comprendre comme l’acronyme de « Liens Sigier Kumuchian ». Il fallait y penser ! 
Autre petite perle d’histoire textile cominoise : la mise à disposition, dès 1970, d’une partie des bâtiments pour le lancement d’une nouvelle firme : Customagic. A l’époque, la rubanerie et le tissage Ducarin, repris par Prouvost-Masurel (La Lainière de Roubaix), employaient la totalité de leurs surfaces. Emmanuel Sigier avait eu l’heur de travailler avec eux et, sous le regard bienveillant et malicieux de son père, proposa ses services pour le développement de ce nouveau défi : mettre sur le marché des housses pour sièges domestiques. Une fois de plus, Sigier mit son savoir-faire et son inventivité au service du nouveau produit, Emmanuel inventant le procédé de couture de tissu élastique sur de la mousse. « Custo » était lancée ! D’ailleurs, comme le rappelle Véronique Aspeel, ancienne employée de « Custo », les premiers bureaux trouvèrent place rue d’Hurlupin dans ce qui allait devenir un petit supermarché emblématique de la Cité des Louches : « Les 2 rives ». Décidément, tous les chemins textiles cominois mènent à Sigier-Capelle !

Épisode 43 : « Quand la Rubanerie pétille et donne soif… »

L’année « rubanière » cominoise est jonchée de moments festifs incontournables dont les ducasses dédiées à sainte Anne et à sainte Catherine d’Alexandrie sont les plus populaires. Pour rappeler ce patrimoine oral et immatériel hantant les usines, les ateliers, les maisons ouvrières, les cafés et d’autres lieux de détente des tisserands du cru, en plus de la création, en 1985, du Musée de la Rubanerie, un breuvage a été conçu pour leur rendre hommage. Simon Vanhée et ses confrères Maîtres Rubaniers lui donnèrent le nom de « Bleu Vinte » (expression patoisante picarde signifiant « Ventre Bleu », en référence au tablier de travail).Quoi de mieux qu’une bière blonde, élégante et racée, pour pérenniser par le palais le caractère entier des rubaniers cominois ? Le premier conditionnement fut opéré en bouteilles de 75 centilitres tandis que la boisson titrait 6,5 degrés d’alcool. Pour la magnifier, une étiquette fut créée spécialement. Sur un fond bleu en dégradé, un ovale présente la photographie d’un ouvrier du textile en train de manier le métier jacquard à quatre niveaux de navettes de la fin du XIXe siècle sur lequel étaient réalisés les écussons de l’institution. Le cliché est l’œuvre du Cominois Christian Debosschère (°1950-†2011), par ailleurs réalisateur de toutes les photos du premier dépliant promotionnel du musée.
Le succès fut immédiatement au rendez-vous et d’autres mises en bouteilles suivirent. Avec le temps, en plus d’un verre sérigraphié à son effigie, la Bleu Vinte connut un nouvel habillage. En lieu et place de la photographie du tisserand, une représentation graphique d’un rubanier de vers 1700 occupa un espace circulaire. Le dessin, qui avait entre-temps été employé pour devenir le logo du musée, fut exécuté par l’artiste plasticien cominois Philippe Van Achter. Ce dernier reprit une planche de l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert, dans sa version revue et augmentée par leur éditeur et suiveur, le Lillois Charles-Jospeh Pancoucke (°1736-†1798). Le maître rubanier, en costume d’époque, y actionne la barre du premier métier à tisser mécanique de l’histoire cominoise, apparu sur le sol de la cité des louches dès 1681 puis généralisé par Philippe Hovyn vers 1719.
La bière, réalisée sous l’égide d’Olivier Heughebaert pour son commerce de boissons dénommé « La Houblonnière », avait été conçue et brassée à Quenast par Philippe Lefèbvre au sein de sa prestigieuse brasserie familiale fondée en 1876. A la fin des années 1990, elle a été conditionnée en bouteilles de 33 centilitres, avant de disparaître vers l’an 2000. Depuis cette époque, si la tradition festive de la rubanerie cominoise demeure intacte (elle a même été réactivée en 2018 avec l’ordination de nouveaux chevaliers du ruban par Alain Mispelaer et Olivier Clynckemaillie, à la tête de la confrérie renouvelée), Comines n’a plus connu de boisson fermentée à la gloire de son textile, à l’exception de La Marmouset, une exclusivité du pub cominois « Special One », arrivée sur les tables en 2019.  Mais s’il fallait concocter une nouvelle recette originale en commençant par le menu, la générosité, la délicate amertume et le côté épicé en seraient les principaux ingrédients, le tout enrobé de passion, condition sine qua non de réussite : on ne tisse des liens sensibles qu’en brassant les substantifiques moelles des échos laborieux de nos gens du textile… Affaire à suivre !

Épisode 42 : « Une chapelle pour sainte Catherine ! »

Le folklore textile cominois se pare de légendes et de fêtes votives depuis plusieurs siècles. Si l’on ne peut pas affirmer avec exactitude que les saintes Anne (la mère de la Vierge) et Catherine d’Alexandrie aient été célébrées par le monde textile avant les années 1700, ces deux personnages ont laissé des traces vivantes dans le calendrier cominois, et plus particulièrement sainte Catherine qui continue de voir sa fête honorée en grandes pompes par les rubaniers et autres gens du textile à travers le traditionnel « souper à pierrot ».
La tradition veut que, les trois jours qui suivent le 25 novembre, soient dédiés à Catherine d’Alexandrie. Les lundi et mardi sont déclarés chômés tandis que le mercredi, le travail ne se fait que du lever au coucher du soleil (c’est le jour le plus court de l’année). Le soir, patrons, ouvriers et employés se retrouvent autour d’un plat démocratique : le pierrot. Celui-ci est composé d’une saucisse pur porc, de haricots chauds et de chou rouge cru mariné. En en prenant une bouchée, le légume semble croquer dans le palais comme de petites pierres qui roulent avec gourmandise… d’où le nom de « pierrot » donné à ce plat.
Pour honorer sainte Catherine, de nombreuses représentations ornaient les lieux de travail, qui via des gravures, qui via des toiles ou encore des sculptures. En 1985, au moment de l’inauguration du Musée de la rubanerie, son fondateur et ancien rubanier Simon Vanhée se rendant compte que cette fête, suite à la crise industrielle textile amorcée dès 1976, partait à vau l’eau, décide de lui redonner le lustre qu’elle mérite. Pour ce faire, il crée la Confrérie des Maîtres Rubaniers et met sur pied une cérémonie durant laquelle de nouveaux chevaliers du ruban sont intronisés. Ces derniers se démarquent par leurs mérites et, plus particulièrement, pour avoir défendu bec et ongles le textile local, son histoire, ses gestes et traditions. La confrérie a d’ailleurs pour devise « Vaincre l’indifférence ! » Dès le premier convent, ce rendez-vous tient ses promesses. Il est encore d’actualité de nos jours.
Parallèlement, Simon Vanhée fait appel à des artistes afin d’étoffer la représentation de la sainte et de lui donner une place dans l’art contemporain. Cette volonté ne s’est pas démentie puisqu’en 2015, le sculpteur John Bulteel a donné sa propre vision de Catherine en bois et plâtre, dans un langage plastique subtil alliant l’archéologie du souvenir au geste suspendu. Le sujet en devient intemporel et universel, tout comme l’humanisme généreux des rubaniers… Un autre projet de Simon Vanhée, exhumé en inventoriant et classant des caisses d’archives, a refait surface : l’érection, dans la cour du musée, d’une chapelle faite d’une base en pierre bleue de Tournai et de briques « fleur de lin » couronnées d’ardoises naturelles. A l’époque (vers 1990), les travaux avaient été estimés à 25 000 €. Peut-être que le futur verra sa réalisation pour accueillir la sculpture de John Bulteel et rappeler aux passants, croyants ou non, la force d’un patrimoine oral et immatériel lié à une activité qui fut pourvoyeuse de plein emploi jusqu’en 1976 et qui a retrouvé sa place dans le concert des produits de haute qualité. Cela témoignerait qu’après plus de 850 ans, l’excellence textile n’est pas près de quitter les rives cominoises de la Lys !

Épisode 41 : « Dans l’atelier « maquettes de rubans » de chez Dalle »

Véritables petites unités autarciques, bien des rubaneries possédaient différents ateliers accompagnant la pièce tissée de sa conception à sa réalisation finale. Cela incluait même une forge pour les outils, un département de teinture, une menuiserie pour les bâtis et les navettes… A cheval sur les communes de Comines-France et de Wervicq-Sud, l’entreprise  Dalle et Cie (fondée en 1896)n’échappait pas à cette situation. Avant l’arrivée des logiciels informatiques de dessin (autocad…), une horde des metteurs en carte était chargée de peindre, sur cartons millimétrés, les motifs à reproduire à l’aide de métiers jacquards. Avec la simplification du système, le nombre de ces ouvriers spécialisés se réduisit comme peau de chagrin. A la fin des années 1980, un maquettiste, qui s’avérait véritable designer textile, était chargé de créer de nouvelles collections en accord avec l’évolution de la mode mais aussi avec les possibilités offertes par les machines. Pour ce faire, il peignait, à la gouache sur carton, de véritables petites œuvres d’art. Si les motifs étaient soumis à de nombreuses variations de couleurs, il photocopiait les images seulement composées de leurs lignes de force avant de les rechampir à la main. Lors de la liquidation de la branche « rubanerie » du groupe familial, en 1992, un classeur et une kyrielle de cahiers et de fiches d’échantillons pour représentants ont pu être sauvés et conservés au Musée de la Rubanerie.
Le petit cycliste au képi (un facteur ou un agent de police) permet de saisir toute la maestria de l’artiste qui l’a conçu. Dans une atmosphère délicatement nocturne, la silhouette noire enfourchant sa bicyclette illumine la route avec sa dynamo tandis qu’un réverbère à l’ancienne projette son délicat halo de forme ovale sur une clôture dentelée en bois. Jouxtant des affiches se superposant, un chat aux aguets assiste à la scène tandis qu’une fenêtre allumée d’un immeuble répond à un croissant de lune dans une nuit d’encre. Si l’ensemble revêt un caractère naïf, il n’en est pas moins doté de poésie et de vitalité. Ce projet devait se traduire en ruban à coudre afin de customiser des vêtements. Car la rubanerie Dalle, du début des années 1980 à sa fermeture en 1992, s’était faite grande spécialiste de ce type de produit. Si ce cycliste ne semble jamais avoir été tissé, d’autres motifs comme une feuille de passeport tamponnée de visas, un ensemble de hiéroglyphes égyptiens, une carte de membre dans un club de golf, un planisphère avec l’effigie et les voyages de l’aventurier James Cook… connurent un franc succès.
Face à cette réussite, le monde de la mode du prêt-à-porter tendance fit aussi appel à Dalle. Naf-Naf, Viotti, Ragazza vinrent grossir les carnets de commande, de même que l’enseigne sportive Décathlon qui lui confia la réalisation des étiquettes de ses fameux « coordonnables » tandis que Dalle, surfant sur ce plébiscite, sortit un ensemble de rubans dédiés à la célébration du bicentenaire de la révolution française. Pionnière en la matière, la rubanerie Dalle réalisa même une série de rubans à coudre mettant au pinacle la sauvegarde des ours blancs. La mondialisation à outrance eut pourtant raison de cette branche textile qui ferma en 1992 et fut remplacée par « Planorga », une usine de matériel de bureau du groupe Dalle, présente sur le site depuis 1963 et toujours active.

Épisode 40 : « Désiré superstar »

Parmi les grands partons textiles cominois de tous les temps, il en est un qui sort du lot et s’impose à la fois comme le parangon de l’ascenseur social et du paternalisme de bon aloi : Désiré Ducarin (°1859-†1918). Issu d’une famille nombreuse du hameau de Sainte-Marguerite dont le père, Carlos, est maréchal-ferrant, Désiré a sa voie toute tracée dans ce domaine. Manifestant des dons certains pour les études, il est pris sous l’aile bienveillante des acteurs de la République. Après avoir été diplômé vétérinaire, Désiré rencontre celle qui deviendra sa femme. Sous la pression de ses beaux-parents et avec l’aide d’Henri Lauwick, maire de Comines-France, il crée en 1887 un tissage qui fera vite florès. Devant la misère des ouvriers, Désiré Ducarin décide d’opérer un virage social en rendant à la République ce qu’elle lui a donné. Il crée des fonds d’entraide pour les ouvriers de son usine, vient au secours des veuves de rubaniers, mène une politique conciliante avec ses collaborateurs (même s’il n’aime pas beaucoup les syndicats), fait ériger des logements à bon marché modernes dont les travailleurs peuvent devenir propriétaires, fonde un hôpital, une crèche, une goutte de lait, un abattoir et fait construire un établissement de bains publics, le peuple se lavant alors dans les eaux allègrement polluées de la Lys.
Tout cela le mène assez rapidement sur la voie du combat politique. Suite au décès inopiné de son mentor Henri Lauwick van Elslande (°1827-†1903), chef de file du parti catholique cominois, c’est pourtant dans le camp adverse, le parti Radical, que Désiré Ducarin bat la campagne et devient maire ad interim en 1903. Un an plus tard, les élections municipales le portent aux nues. Il gardera son siège mayoral jusqu’à son décès en février 1918 et fera de Comines-France une ville au développement industriel et humain sans pareille.
En 1906, la campagne pour la députation bat à nouveau son plein. Désiré Ducarin y est opposé à Henri Grousseau (°1851-†1936). Favorable à Désiré Ducarin, le journal « La vie flamande illustrée » du 18 avril 1906 sort une édition dans laquelle, à coup de récit panégyrique et à l’aide de force caricatures féroces, il appelle les électeurs à battre le député sortant, insistant sur son mépris de la question sociale. Au terme du vote, Désiré Ducarin devra pourtant s’incliner et se reposer, sa santé étant contrariée par des problèmes cardiaques. 6 ans plus tard, le 4 août 1912, Désiré Ducarin opère un nouveau coup de maître qui fera parler de lui dans les médias et alimentera d’abondance le puits de ses détracteurs. A l’occasion de ses noces d’argent, il offre un banquet à ses 800 collaborateurs. Son usine principale est débarrassée de ses métiers à tisser, la salle est décorée de guirlandes et garnie de 14 longues tablées. Tout débute à midi pile, quand l’harmonie des ouvriers, accompagnée de tout le personnel, vient donner l’aubade à l’entrée du domicile des jubilaires, place de la Liberté. Le cortège prend alors la route de la « salle des fêtes », accompagné des membres de la famille Ducarin-Debbaudt. L’événement fait mouche puisque, dans l’édition du 15 août 1912 du Nord Illustré, un article sur plusieurs pages richement accompagnées de photos titre : « Un bel exemple d’Entente Sociale. » En 1914, à nouveau candidat à la députation contre Henri Grousseau, Désiré Ducarin, apparemment victime de fraude électorale, manquera le siège au Palais Bourbon de quelques voix. Néanmoins, juste avant que n’éclate la Grande Guerre, il est devenu superstar du textile bien au-delà de Comines et de son département.

Épisode 39 : « La chorégraphie des gestes rubaniers : tout un art… »

Chaque métier possède ses gestes et attitudes. La rubanerie n’y fait pas exception. A la demande de Simon Vanhée (°1923-†1994), rubanier de profession et fondateur du Musée de la Rubanerie cominoise, l’artiste cominois John Bulteel (°1945) a étudié la chorégraphie des gens du textile en action en les retranscrivant sur de grands supports. Réalisés en prises directes, le plasticien y a privilégié le trait au fusain qu’il rehausse à certains endroits de pastel bleu. Cette dernière couleur n’est en rien innocente puisqu’elle réfère à l’un des éléments permettant d’identifier d’emblée le rubanier : son sarrau, ce tablier fermé d’un nœud juste au-dessus de sa large poche ventrale. L’ouvrier y conserve ses deux outils principaux : sa passette ou crochet (dénommé « atche » en patois local) ainsi que sa paire de ciseaux. Il y enfouit aussi les déchets de fils et de rubans au moment où il change les canettes ou opère une réparation. Une autre particularité des dessins de John Bulteel réside dans l’absence de signe distinctif du visage. Cette voie permet de mettre au pinacle le véritable objet recherché : le labeur. Entre esquisse et réalité fixée, entre rêve et oubli, les pastels « rubaniers » de John Bulteel rendent un hommage appuyé aux âmes des fibres et des hommes. Cinq phases essentielles sont décrites. En premier lieu vient l’habillage, ce moment même où le travailleur sort du vestiaire et que son vêtement lui donne sa raison d’être à l’usine. Suivent l’ourdissage (ou préparation du métier), le tissage du ruban via le métier à barre (apparu à Comines en 1681 et qui sera à la base de la mécanisation de l’outil) puis le moment de pause, devant un métier à tisser à navettes de l’ère contemporaine. Dans chaque moment décrit, une attention toute particulière a été portée aux muscles en tension, à la position des mains, du dos, et de tout le reste du corps. Un dernier instantané a été réservé à la mise en carte, travail exclusivement féminin consistant à enrouler le ruban fini sur un support. Pour exécuter cette tâche de conditionnement, la plieuse (c’est le nom donné à ce métier) est assisse en amazone sur un baudet dont elle tourne la manivelle tout en guidant le ruban à enrouler, ce dernier sortant d’un panier en osier et étant tendu par un statif appelé « perroquet ».
Chaque feuille mesure 105 sur 77 centimètres et le rapport sujet/humain y est presque à l’échelle 1/1. La même année, en 1987, John Bulteel a aussi offert au Musée de la Rubanerie cinq petits croquis préparatoires au fusain. Ceux-ci décrivent plus particulièrement le travail du rubanier sur un métier à tisser des années 1920. A cette époque, les avancées technologiques ont permis de multiplier le nombre de pièces tissées sur l’aire de travail (de 20 à 50). L’économie de moyens et la notation vive du fusain participent du même esprit que les cinq grands pastels rehaussés de bleu. Ils fixent un patrimoine immatériel qui s’est transmis oralement durant des générations, avant d’être enseigné en cours professionnels dès les années 1920 puis de disparaître, rongé par les nouvelles technologies, l’automatisation à outrance et les crises industrielles de la fin du XXe siècle.
Études de gestes en suspension, semis de mémoires, ces œuvres d’art témoignent à la fois du labeur et de sa (ou ses) chorégraphie(s) : sous l’esquisse laissée brute, pour mieux célébrer la prégnance de chaque action, quelques nuées de bleu campent une troisième dimension confinant autant à l’onirisme qu’à la réalité… Une célébration !

Épisode 38 : « Rubans et mythes… au logis ! »

Pour asseoir leur notoriété et pour diversifier la gamme de leurs produits, les gens du textile cominois ont eu très souvent recours aux dépôts de marques. Ceux-ci ne sont jamais anodins et offrent même une vision assez complète de l’entreprise, de son ancrage dans l’Histoire des hommes et de la nation. A titre d’argument d’autorité, l’emploi de figures mythologiques, religieuses ou historiques a fait florès à Comines. Ainsi, sous la période du Second-Empire (1849-1870) et de la fin du XIXe siècle, le renvoi systématique à des allégories (l’Aigle impériale -figure héraldique de premier-plan de l’épopée napoléonienne- ou encore la Victoire), des personnages religieux (la Vierge, Notre-Dame du Chêne), des figures emblématiques de cartes à jouer (le Roi de trèfle), des œuvres d’art (« l’Angélus » de Jean-François Millet), des acteurs de l’Histoire (le gladiateur) ou de mythes (la louve romaine, le phénix)…
Au début du XXe siècle, apparaissent d’autres marques, à l’instar de celles déposées par la rubanerie Schoutteten et Froidure, reprenant les produits de leurs aînés César et Paul qui semblent eux-mêmes les avoir conçues en écho aux fils déposés par Auguste et Ignace Lambin mais aussi d’autres filtiers de Comines et de la région lilloise. A la suite de la Grande Guerre, l’industrie textile cominoise se reconstruit dès 1919 et assortit cette renaissance de multiples dépôts de marques de fabrique. Ainsi, les établissements Schoutteten et Froidure créent les rubans « A la Baleine », « Au Gladiateur », « A l’Eléphant », « Au Phénix », « A Ninon », « A la Cigogne », « Au Vainqueur »… Ceux-ci viennent compléter les sergés « A la Boucle », « Au Marocain », « A l’Iris », « A l’Aiglon », « A Bayard sans peur et sans reproche » et « A la Cocarde » de chez Derville et Delvoye, tandis que Lambin-Ravau mise plutôt sur le Faucon et Cousin-Frères sur « Herculex »…
En plus de témoigner de la vitalité retrouvée des entreprises textiles cominoises, ces marques s’avèrent porteuses de messages forts : après le conflit qui venait d’endeuiller le monde, il fallait envisager l’avenir avec optimisme et détermination. Le fait d’invoquer à la fois les gloires nationales (Bayard), les symboles et personnages immémoriaux (Hercule ou le phénix renaissant sans cesse de ses cendres), l’apport des colonies (le Marocain), en atteste. Quelques années plus tard, en 1926, le ruban cominois célèbre non seulement la victoire de la paix (« Le Vainqueur » y met au pinacle le Poilu de 14-18) mais aussi le rythme renouvelé des saisons avec les marques « A Ninon » (reprenant les traits d’une déesse couronnée de fleurs et accostée de feuillages comme des cornes d’abondance) et, en 1927,  « A la Cigogne », où la mère nourrit le cigogneau calfeutré au fond du nid).
Les exemples de ce type se sont multipliés au cours des décennies marquant 1850 à 1940. Si les figures mythologiques et religieuses sont aujourd’hui beaucoup moins connues de la jeunesse, elles ont contribué à la renommée d’une industrie, à véhiculer ses valeurs fortes et à donner du sens à leur action jusque dans les maisons qui achetaient ces produits. Ainsi, sans en avoir l’air, les rubaneries cominoises introduisaient nombre de mythes… aux logis !

Épisode 37 : « La nouvelle usine Sigier-Capelle (1921) comme un drapeau de modernité dans la cité… »

Depuis la seconde moitié du XIXe siècle, Comines est devenue la capitale mondiale du ruban utilitaire et son patronat le fait savoir urbi et orbi. Pour ce faire, en plus de vanter la qualité des produits tissés depuis leurs usines, il est de bon ton de montrer, dessins à l’appui, à la fois l’emprise au sol et la rutilance architecturale des fabriques. Si d’aucuns offrent des représentations cavalières réalistes, d’autres jouent la carte de l’emphase pour asseoir leur puissance, tout en y distillant çà et là quelques détails d’apparence anodine mais qui plaident pour une inscription au cœur même de la modernité.
Une carte de visite lithographiée de l’entreprise Sigier-Capelle en donne une belle illustration. Tout d’abord par la qualité de la gravure, réalisée au point, avec une précision époustouflante allant presque jusqu’à détailler chaque brique. Les différents bâtiments témoignent de la répartition des aires de travail : la cour d’honneur close par des grilles ouvragées donne accès aux bureaux et aux locaux de conditionnement tandis que de l’autre côté, séparée par un sas, la chaufferie, son altière cheminée et la réserve de charbon défient les autres monuments civils et religieux de la ville (églises et beffroi). Reliant ces deux corps, les salles de travail répondent à la typologie des sheds dont la partie nord, vitrée, offre une luminosité homogène en tout temps. Mais ce qui frappe encore le spectateur réside dans le parti-pris du graveur, sous les ordres du patron commanditaire : à part l’usine en question, le reste de la ville semble vide de toute autre construction industrielle, la fabrique émergeant depuis des terrains vagues dont celui du coin inférieur droit est bordé de trottoirs. Les seuls autres signes de modernité sont savamment distillés au premier et à l’arrière-plan. Si la cour close et les grandes rues adjacentes accueillent huit luxueuses automobiles dernier cri, la partie située à l’extrême-gauche dévoile une locomotive suivie de son tender et de quelques wagons. Le message est clair : en plus d’être rutilante, vaste et bien conçue sur le plan esthétique et architectural, l’usine Sigier s’avère profondément ancrée dans la contemporanéité, tout comme ses produits !
Il faut toutefois nuancer le tableau, l’usine du début du siècle n’étant pas seule sur ce pâté de maisons (autour d’elle, il y avait le tissage Ducarin, l’usine de César Schoutteten, celle d’Henri Gallant, de Froidure…). De plus, l’emprise au sol semble ici démesurée (le nombre de sheds est carrément doublé), même si l’ensemble des constructions Sigier avoisinait déjà les 5000 mètres carrés. Fondée en 1848 par Edouard Sigier, la fabrique a connu quelques péripéties dont un incendie qui la détruisit entièrement en 1890. Reconstruite et agrandie trois ans plus tard, elle ne résistera pourtant pas à la Grande Guerre. Ré-érigée en 1921, ses bâtiments sont toujours debout et ses produits de niche continuent d’inonder la planète. Seules la cour et la cheminée ont disparu, remplacés par une aire de stationnement et une construction plus récente. Mais la mise au pinacle des bâtiments et son inscription comme facteur de son temps n’est pas nouvelle ! Déjà, sur le papier à en-tête de 1893, une représentation cavalière, moins emphatique que celle de 1921, participait du même esprit : des calèches richement attelées et un jardin intérieur à la française avec pergola-belvédère jouxtant l’usine rutilante montraient que Sigier-Capelle était un fleuron cominois incontesté !

Épisode 36 : « La rubanerie et l’entomologie malgré elle : « Vas-y pou, pou ! » »

Soldats allemands à l’épouillage dans la cour de la rubanerie cominoise Schoutteten-Frères en 1915 (MRc 2599)

Depuis le 6 octobre 1914 et la fixation définitive de l’armée allemande sur le sol cominois, les rubaneries et autres usines des deux Comines, en plus des maisons privées, sont réquisitionnées afin de permettre à l’occupant de s’organiser. Il faut dire que la ville était encore intacte, qu’elle se trouvait à quelques kilomètres du front fraîchement fixé et qu’elle possédait des infrastructures modernes de premier choix. Ajoutons à cela le gaz et l’électricité, quelques grandes plaines pour les manœuvres et la proximité d’un réseau routier, fluvial et ferroviaire efficient et l’on comprend aisément que la cité des louches soit vite devenue une base arrière importante pour les Allemands ! Bien entendu, l’état-major se réserve le droit d’habiter les demeures les plus luxueuses. Les Lambin, Catteau et autres grands magnats du textile cominois sont sommés de faire bonne figure et de « partager » les lieux, ce qui ne se fait pas toujours avec gaieté. Quant au sort des usines, ces dernières se voient d’abord spoliées de leurs stocks importants. Une partie des biens est envoyée en Allemagne, l’autre est recyclée : les rubans servent de litière pour les chevaux ou de matériel de bourrage pour les matelas des soldats, les métiers à tisser sont démontés, on en récupère la ferraille tandis que les bâtis de bois se transforment en cadres et autres longerons pour lits.
Très vite, le conflit que l’on croyait, des deux côtés des lignes, éclair, s’enlise. Les blessés sont de plus en plus nombreux et il faut les soigner au plus vite. Des rubaneries et des écoles sont alors transformées en hôpitaux que les Teutons appellent Lazaret. Chez Ducarin, c’est la patronne elle-même, par ailleurs secouriste de formation, qui se voit sommée de jouer l’infirmière, tout comme la fille de son concurrent le plus féroce : César Schoutteten !
Mais il n’y a pas que des blessés qui reviennent en nombre du front. En effet, l’hygiène toute sommaire des tranchées, alliée à l’humidité, à la promiscuité et aux conditions climatiques, invite de drôles de petits compagnons à fraterniser avec les soldats du Reich : les poux. Pour éviter la propagation de ces insectes nuisibles dans les tignasses saines, les services de santé du Reich prennent la décision de transformer une des rubaneries situées en périphérie du centre urbain en… centre d’épouillage ! Et c’est la toute flambant-neuve usine Schoutteten-Frères, érigée en 1907 rue de la Chaîne qui le recevra. La raison du choix est aisée à comprendre : d’abord par sa situation excentrée mais aussi parce qu’elle répond à la nouvelle typologie des usines, c’est-à-dire de grands espaces à un seul niveau couvert de sheds, ces toits en dents-de-scie éclairés par la lumière homogène venant du nord. De plus, les infrastructures se dessinent autour d’une large cour. Il est alors facile de proposer une déambulation à sens unique, évitant ainsi de contaminer à nouveau ce qui a été traité. Les salles de déshabillage, de douches, de pulvérisation et de rhabillage se succèdent pour une organisation efficace, à l’allemande ! Quant à la localisation exacte de l’endroit, elle a été rendue possible par un examen minutieux de la photo d’origine, dévoilant par-dessus le toit du bureau principal, la tour toute proche de la « rubanerie-château » de César Schoutteten. Tout cela pour dire qu’à Comines, il n’a pas fallu attendre la grande époque du tour de France pour entendre crier à tout crin « Vas-y pou, pou ! », d’autant plus que les insectes en question semblaient, à l’inverse de Raymond Poulidor, toujours faire la course… en tête(s) !

Épisode 35 : « Maman pique et maman coud… »

Derrière les machines et les bureaux des usines se cachent les souvenirs des gens qui y ont travaillé. Ce patrimoine oral, que l’on qualifie aussi d’immatériel, possède lui aussi toute sa saveur comme son lot d’indications précieuses pour mieux documenter les objets exposés. Ainsi, depuis quelques années, le Musée de la Rubanerie se constitue une collection de récits de vies, histoire d’apporter aux générations futures des jalons essentiels pour comprendre la réalité laborieuse. Si certaines photographies s’avèrent éloquentes, leur adjoindre la voix de la personne qui s’y trouve donne tout son sens aux gestes suspendus, aux machines employées… Au sein de la rubanerie, les métiers de piqurière, de bobineuse, d’épeuleuse (celle qui garnit les canettes des métiers à tisser), de rubanière… se dévoilent sous les mots et les images de Gisèle Debacker, Renée Roman, Henriette Debunne, Jeanine Vulsteke… Si la parité des salaires entre sexes n’est alors qu’un vague espoir, les femmes travaillant dans le textile ont aimé passionnément leurs tâches. Leurs vies de travail en sont le reflet.
Tout débute par l’apprentissage. Renée Roman (1924), dévideuse puis ourdisseuse à la rubanerie Lambin-Ravau, témoigne : “J’ai commencé à travailler dès la sortie de l’école. Tout de suite à l’usine parce que maman était veuve, qu’elle se saignait assez comme ça et que je ne voulais pas qu’elle fasse encore plus de sacrifices pour que je suive des cours supplémentaires. A l’usine, on apprenait son métier avec les plus anciens.” Henriette Debunne (1931), épeuleuse puis bobineuse dans la même maison, avant de migrer à Tourcoing chez Masurel-Frères, acquiesce : “Je n’avais pas encore 14 ans. J’ai tout appris à l’usine. J’ai été chez Lambin-Ravau parce que mon grand-père y travaillait et que mon papa connaissait cet endroit. En outre, on ne gagnait pas beaucoup à ce moment-là. Alors mes parents m’ont envoyée à Tourcoing, chez Masurel-Frères.” Renée Roman d’ajouter : “On était payée mais c’était souvent un moindre salaire. D’ailleurs, mon oncle Emile a quitté Lambin pour aller chez Mahieu car on y gagnait beaucoup plus. Mais moi, je suis restée 43 ans chez Lambin parce qu’ils étaient compréhensifs vis-à-vis de ma situation (j’étais mariée à une personne handicapée de la guerre)…
Avec le temps, les jeunes recrues de la rubanerie gagnent en expériences, donc en maturité, et deviennent aptes à former les générations suivantes. L’apprentissage se fait naturellement et dans un bon esprit : “J’ai eu au moins 20 apprenties. C’était très important de transmettre aux jeunes. Une là, une après. Parfois, l’une d’elles changeait d’usine pour gagner plus. Quand je revenais à la maison, comme on était tous dans le métier, on en parlait !” (Renée Roman). Henriette Debunne, elle, se remémore les cours dispensés à Tourcoing par les usines Masurel-Frères dans un petit château : “On allait à l’école à Tourcoing, on apprenait le métier. On allait 15 jours à l’usine et 15 jours à l’école…” En outre, comme le souligne Renée Roman, il y avait aussi des spécificités propres à Comines et à son savoir-faire textile : “Il y avait la rubanerie de la place du Château. Après, Jean Ravau, Louis et Jules Lambin ont construit une usine de l’autre côté de la place pour les ceintures de sécurité. (…) Ils faisaient du beau ruban jacquard avec des fleurs et tout ça, c’était magnifique. J’ai fait des chaînes pour ces produits mais ce n’était pas facile !
Voilà bien des mots qui prennent tout leur sens pour célébrer à la fois la vie et le travail !

Épisode 34 : « La victoire en cousant (air cominois connu chez Ignace Lambin) ! »

Le 28 février 1872, sous le numéro d’inscription 782, la filterie cominoise Ignace Lambin dépose au Greffe du Tribunal de Commerce de Lille une marque pour un fil « cœur de lin qualité extra » nommé « A la Victoire. » Le texte, suivi des initiales I.L.B., est accompagné d’une allégorie féminine ailée, habillée d’un drapé bleu, blanc et rouge, portant dans la main gauche un sceptre terminé par un phénix tandis que de sa main droite, elle tient au-dessus de sa tête une couronne de lauriers. Une théorie de rayons blancs émane de son corps pour irradier tout le support. Les pieds de la Victoire sont posés sur un disque d’or accosté de phylactères grenat aux lettres blanches, ces éléments contenant le nom et la description sommaire du produit. L’étiquette est l’œuvre de l’imprimerie lilloise Léonard Danel dont la famille est apparentée à la grande bourgeoisie textile du Nord.
La symbolique des couleurs de cette vignette est particulièrement forte puisque, en plus de se référer au drapeau national français, la composante or amène lustre et autorité. En outre, l’or est considéré depuis la nuit des temps comme la chair des dieux. Inutile donc de douter et de la qualité et de la postérité que ce fil à coudre est appelé à connaître.
L’entreprise cominoise se porte alors très bien et s’apprête à lancer une autre marque qui lui survivra jusqu’à la fin du XXe siècle : le « Fil à la Louve » (premier dépôt de marque en 1876, dernier en 1894, avec réception de deux distinctions de poids : la médaille d’argent lors de l’exposition de Paris en 1878 et l’or lors de la même manifestation en 1889). La clairvoyance des Lambin sera payante puisque, se référant à un moment clef de l’histoire antique, la fondation légendaire de Rome, elle rassure le client en le renvoyant à un modèle qui a traversé les époques et les styles pour demeurer un point d’attraction irrésistible. Le fait d’avoir placé Romulus, Rémus et leur louve nourricière sur un piédestal en marbre veiné ajoute encore à l’argument d’autorité : la marque de fil cominois est destinée à durer dans le temps, par sa force et par la qualité des fibres retordues (à savoir du lin). Le succès est tel que « La louve », à défaut de conquérir la Cité Eternelle, envahit la Ville Lumière, chez Regniault-Frères, une prestigieuse mercerie de la rue de Turbigo.
En 1920, la filterie Ignace Lambin, dont le siège à entre-temps été relocalisé à Paris (avec succursale à Charenton-le-Pont), rejoint les « Filatures et Filteries de France », nées par association entre Hassebroucq-Frères, deux autres grandes entreprises lilloises (Pouillier-Longhaye et H. et L. Rogez) et l’usine Ovigneur à Halluin. Bien entendu, la renommée de la marque « A la Louve » est aussitôt récupérée par le nouveau bulldozer du fil à coudre français dont l’usine principale était à Comines. Si les « Filatures et Filteries de France » ont disparu en 1977, la marque vedette de la filterie Ignace Lambin a survécu et a retrouvé les chemins du succès. En effet, la maison parisienne Sajou a relancé en 2014 la mode des fils en carte et a repris les marques les plus emblématiques du Nord dont le « Fil à La Louve » de chez Ignace Lambin ! Grâce à de telles initiatives mais aussi aux inventions nouvelles des usines Cousin, Sigier-Capelle et à celles du groupe Fauchille, les produits textiles cominois ont donc encore de beaux jours devant eux…

Épisode 33 : « Ô saisons, ô châteaux textiles… »

À la fin du XIXe siècle, l’industrie voit sa typologie architecturale répondre à deux principes : celui du château d’industrie (en tant qu’emphase de l’Histoire) et celui du bâtiment à sheds ou toitures en dents-de-scie (image de modernité mais aussi révolution architecturale permettant une homogénéité dans la distribution de la lumière, venant du nord). A Comines, les textiliens rivalisent d’audace pour se démarquer de leurs concurrents et font construire de magnifiques exemples des deux types. Mais la différenciation ne s’arrête pas à la porte de l’usine puisque ces mêmes patrons rivalisent d’audace pour leurs demeures privées. Ainsi, voit-on fleurir à Comines des émanations de tous les styles en vogue à l’époque, de la grosse bâtisse éclectique (c’est-à-dire mélangeant allègrement les vocabulaires et styles architecturaux) au « palais des mille et une nuits », en passant par le néo-classicisme et le néo-gothique.
Dans la rue de la Gare fraîchement percée entre 1875 et 1886, des édifices de styles divers se suivent dont la maison Ducarin (d’obédience éclectique et qui se caractérise par son énorme « jardin d’hiver » aux larges baies sous charpente métallique, terminé par une abside semi-sphérique), celle de Zoé Froidure (singeant le style gothique) et, à la jonction avec la rue de la République, la filterie des frères Cousin, bâtie en 1829 par Désiré et César Hassebroucq et cédée vers 1900 à Vincent Cousin. Son imposante façade à 5 étages et son pignon à gradins dépassent de loin, tant en hauteur tant qu’en largeur, les autres édifices du quartier et témoignent de la puissance industrielle du textile cominois.
Plus loin, sur la Grand’place, les maisons des frères rubaniers Louis et Charles Catteau montrent deux options différentes. A la demeure néoclassique de Louis, toute de blanc enduite, à l’angle de la rue d’Hurlupin et de celle du Château, s’oppose la lourde façade en front à rue de la maison patricienne de Charles. Une riche ornementation y rivalise d’emphase : atlantes, guirlandes, pilastres, bossages, balcons….  Son cachet saura d’ailleurs séduire l’occupant allemand lors de la Première Guerre puisqu’il y installera ses plus hauts gradés ! Une autre particularité est que la maison donnait directement, via sa cour intérieure et une voie d’accès (aujourd’hui rue Pasteur), sur la rubanerie.
En périphérie, un autre bâtiment tout oriental sort de l’ordinaire : le château mauresque de Victor Hassebroucq. Acheté à Paris au terme de l’exposition universelle de 1889, il a été entièrement remonté à Comines et s’est même vu adjoindre un pavillon dans le même style, vers 1900, en remplacement d’une dépendance de style traditionnel, au toit pentu bordé de rampants en bois ouvragé. Ayant « survécu » aux deux conflits mondiaux, il fut rasé dans les années 1950 par sa dernière propriétaire… Plus loin, route de Wervicq, un autre membre de la famille avait opté pour une demeure castrale en briques composée d’un agglomérat de volumes géométriques : le château de l’Ermitage. Dernier autre bel exemple, le patron filtier Auguste Lambin avait fait construire deux châteaux éclectiques identiques au bout de la rue d’Armentières. Distants d’une centaine de mètres, le premier abritait les services de monsieur tandis que l’autre était réservé à son épouse : on savait vivre en ces temps-là !

Épisode 32 : « Visa pour le monde au fil du fil ! »

Depuis la fin du XIXe siècle, tout le monde connaît les célèbres « images » de l’imprimerie Pèlerin à Epinal. Surfant sur la vague de ce succès, la filterie lilloise Crespel et Descamps décide de frapper un grand coup en lançant une bande dessinée publicitaire. Pour ce faire, elle fait appel à sa mascotte et denrée phare du moment : le « Fil au Conscrit ».
La marque de ce fil de lin a été déposée une première fois à Lille sous forme de vignette par l’entreprise Crespel et Descamps en 1861, avec renouvellement en 1883 et 1891. Distribué en capsule, c’est-à-dire dans de petites boîtes métalliques empêchant l’entremêlement des fils (à l’époque, les autres fils à coudre étaient présentés sur de petites cartes aux multiples arrêtes), c’est précisément cet argument que Crespel et Descamps utilisera pour asseoir la renommée de son produit.
Second coup de génie : montrer au monde entier que le « Fil au Conscrit » est le roi des articles de ce type. Pour ce faire, le petit personnage portant la casaque n°13 prend congé de la capitale du Nord et de son usine pour sillonner le globe, « visiter ses nombreux clients et pour proposer sa marchandise aux rares étrangers qui ne le connaîtraient pas. »  Les trois premiers épisodes l’emmènent par mer, sur terre et dans les airs en Angleterre, en Afrique noire puis au Maroc. Chaque planche de douze cases illustrées, soulignées de quelques textes, est l’occasion de démonter que le fil de chez Crespel et Descamps n’a pas son pareil pour résoudre toutes les situations problématiques !
Si les considérations historiques et humaines liées aux colonies y sont à prendre avec des pincettes (l’étranger y est décrit comme faible, ignorant, rebelle), elles permettent de situer la réalisation des planches à l’époque de la Guerre du Riff et plus particulièrement en 1926, au moment de la victoire des troupes françaises sur Abd-el Krim (Président de la république confédérée des tribus du Riff de 1922 à 1926). Bien entendu, la soi-disant prééminence de la société occidentale sur les colonisés a depuis volé en éclats. Il n’en demeure pas moins que ces aventures du Conscrit offrent un reflet de l’Histoire qu’il ne faut en aucun cas oublier, à défaut de verser dans le négationnisme et de répéter les mêmes erreurs de nos jours.
Mais alors, quel rapport entre le Conscrit et Comines ? L’équation est simple. En 1920, la filterie Hassebroucq-Frères s’associe avec d’autres pour former le groupe « Filatures et Filteries de France », aussi connu sous le nom des « Trois F ». Crespel et Descamps y intègre ses marques dont le fameux « Fil au Conscrit » qui sera aussi stocké en partie à Comines, d’où les étiquettes retrouvées au sein des registres financiers de l’usine. Si elles s’arrachent aujourd’hui à prix d’or et sont collectionnées comme de vrais objets d’art, elles servaient de « pense-bête » ou de feuilles de brouillon aux comptables de l’entreprise. Nul doute que le Conscrit eût aimé conter cette anecdote dans ses aventures !

Épisode 31 : « Quand l’art s’enrubanne de soie chez Derville et Delvoye ! »

Si tisser est un art, l’esthétique du ruban peut aussi se traduire par la reproduction de tableaux célèbres. A Comines, la rubanerie Derville et Delvoye, située rue du Viel-Dieu, en est un bel exemple. Active de 1905 à 1980, elle réalisa nombre de pièces étroites d’exception, tant dans le domaine des produits de niche (étiquettes pour vêtements et sous-vêtements, galons pour matelas, rubans renforcés en cuivre étamé pour intérieur de pneus d’automobiles…) que dans le domaine décoratif.
Travaillant en collaboration avec l’entreprise Neyret-Frères (basée à Saint-Etienne, second berceau du ruban français), elle réalisa aussi nombre de reproductions d’œuvres d’art en tissus étroits. Au Musée de la Rubanerie, en plus d’une mise en carte et d’un échantillon de ruban dédié à sainte Thérèse de Lisieux, trois autres reproductions issues du même catalogue présentent deux scènes religieuses (« Tête de Christ avec couronne d’épine », d’après Guido Reni et « Calvaire ») et un sujet profane : « La partie de billard. »
Cette dernière consiste en un ruban jacquard aux dégradés noir et blanc présentant une scène de billard à quatre personnages, dans un intérieur du dix-neuvième siècle. Il reproduit l’huile sur toile intitulée “La leçon de billard”,  due à l’artiste espagnol Mariano Alonso Perez (°1857-†1930), typique de sa période parisienne de 1889 à 1910.
Ce type de reproduction était décliné en plusieurs grandeurs, allant du format timbre-poste à celui d’une carte postale ou d’une demi-feuille A4. Il était de bon ton de l’encadrer, de s’en servir à titre de précieux marque page ou encore de l’enchâsser dans un support en carton pour le transformer en carte postale.
Néanmoins, sur le plan technique, ce type de travail relevait d’une vraie gageure ; celle de reproduire le plus fidèlement possible le tableau d’origine. Ainsi, la mise en carte pouvait être très grande (1 mètres sur 50 centimètres) pour un ruban mesurant, au final, un bon vingtième de sa maquette. Et quand la matière employée est la soie, le ratio peut encore être plus impressionnant, chaque fibre étant aussi fine qu’un cheveu !
C’est qu’il fallait traduire chaque détail avec acuité afin qu’il puisse être exprimé au sein d’un carton troué du genre de ceux employés dans un orgue de barbarie ou dans les antiques ordinateurs via une carte perforée. L’opérateur doit alors suivre les indications de la mise en carte en réalisant, ligne par ligne et couleur par couleur, un carton pour la toile de fond et un carton par ton employé. Il va sans dire que les rubaniers de cette époque étaient eux-aussi de vrais artistes, n’ayant ni ordinateur ni logiciel adapté pour faciliter le travail. A l’aide de gouache et d’un papier millimétré, ils reproduisaient patiemment les motifs dans leurs moindres détails afin de coller au plus près de l’œuvre originale. On comprend mieux pourquoi ces petits trésors étaient précieusement encadrés et exposés dans les logis! 

Épisode 30 : « Des chèques rubaniers provisionnés de chez Ducarin.»

Parmi les documents imprimés conservés à La Rubanerie, quelques pièces d’apparence anodines s’avèrent de véritables petites îles aux trésors… Ainsi en va-t-il d’un mandat du 18 mai 1933 signé de la main d’Hélène Debbaudt, veuve de Désiré Ducarin et gérante, avec son fils adoptif Louis Rembry, des établissements de tissage et de rubanerie fondés par son mari.
En plus d’être un document comptable, ce chèque présente tout d’abord le logo et la raison sociale de la société d’où il émane : la « Fabrique de rubans en tous genres, anciens établissements D. Ducarin, Vve D. Ducarin & L. Rembry, Comines (Nord) », le nom de Désiré Ducarin étant suivi de la Légion d’Honneur, distinction qu’il avait reçue en 1900. Dans un cartouche richement orné de motifs floraux et géométriques puisant leur source dans les lignes végétales de l’Art nouveau, un lion à la langue sortante, sagement couché sur une hampe d’un drapeau terminée d’une pique, tient dans ses griffes un écusson frappé du chiffre « D D », les initiales de Désiré. Par ailleurs, une mention entourant cette figure apprend que la marque de fabrique a été déposée. Enfin, un cachet à l’encre bleue, traversant les inscriptions imprimées d’origine, précise : « Etablissements D. Ducarin, société anonyme Comines ». Plus loin, sous la référence « Un des Gérants » apparaît la signature d’Hélène Debbaudt sous la forme « Vve D. Ducarin ».
Qu’aurait pensé Désiré, créateur de son tissage en 1886 et de sa rubanerie en 1908, en voyant ses affaires à nouveau prospérer malgré la destruction totale des bâtiments durant la Grande Guerre ? Assurément, une immense fierté de voir sa chère Hélène reprendre le flambeau avec brio, secondée par leur neveu, devenu depuis fils adoptif Louis Rembry. Car les affaires ont repris dès l’année 1921, comme en attestent des photos de la reconstruction ainsi que le registre conservé au sein des archives précieuses du Musée de la Rubanerie.
C’est que les Ducarin-Rembry ont très vite compris l’importance des produits de niche. L’automobile (Citroën, Peugeot, Simca), l’aviation (Armée de l’air, Airazur), la plaisance (rubans pour voiles), la bonneterie (les maillots Sylvain, les soutiens-gorges et sous-vêtements Valisère) sont leurs principaux clients, comme en atteste un autre classeur recensant les années 1949 à 1964, reprenant les fiches-recettes, dûment datées et accompagnées d’échantillons, de chaque produit sortant de l’usine. Plus tard, le tissage fournira encore des toiles enduites pour les capotes des Citroën deux-chevaux, des rubans et d’autres éléments décoratifs pour Renault…  
Associés dès 1962 avec de Ménibus (Rouen) et Richard-Frères (Cholet), les établissements Ducarin prennent le nom de D.M.R (Ducarin, Ménibus et Richard), avant d’être acquis en 1970 par le groupe Prouvost Masurel, en 1987 par Chargeurs réunis puis par le groupe Géry Fauchille en 1988 qui les détient encore aujourd’hui. Depuis plus de cent ans, D.M.R. reste un des fleurons de la rubanerie cominoise et ses produits rayonnent de par le monde. Désiré Ducarin et ses descendants peuvent en être fiers !

Épisode 29 : « Les jarretelles « corruptives » de César Schoutteten… »

Qui eût pu croire qu’un corpus delicti, dans une sordide affaire d’espionnage industriel, se cachait derrière une paire de rubans nouveautés élastiques issus de la fabrique de César Schoutteten Fils Aîné ? Nous sommes en 1910 et l’affaire s’apprête à faire grand bruit puisque, en plus de rendre ridicule son corrupteur, elle a aussi mené à une perte d’emploi ! Car si, à juste titre, pour Louis Aragon, la femme est l’avenir de l’homme, elle est aussi bien présente pour celle de l’industrie textile cominoise ! En effet, quelques innovations issues de notre entité participent de la célébration, au féminin, des fibres.…
Mais de quoi s’agit-il ? Pour le découvrir, étudions cette petite énigme… « Je suis un ruban technique dont l’élasticité et la résistance ont fait mon succès dès sa création. Les femmes du temps jadis m’appréciaient beaucoup et j’ai ajouté sans réserve une part de sensualité, voire d’érotisme, dans la tête de nombreux hommes aimant effeuiller la « Marguerite » chez Madame Claude ou dans l’intimité feutrée du foyer ! Au début du XXe siècle à Comines, je fus la pièce principale d’un procès lié à la corruption d’une pauvre employée des postes. En effet, mon concepteur, César Schoutteten-Comère, m’avait employée comme « rémunération » pour ladite postière en charge d’espionner la correspondance professionnelle de mon principal concurrent rubanier : Désiré Ducarin. Je fus malgré moi traînée en ridicule mais, bien vite, mon utilité oblitéra (c’est le mot !) cette fâcheuse affaire. J’ajouterai enfin que, grâce à moi, le haut du bas ne risque pas de s’affaisser… »
La réponse est simple : il s’agit d’une paire de jarretelles, alors produit phare de l’usine de César Schoutteten. Autant pratiques que sophistiquées dans leur conception, ces petites bretelles permettent aux gentes dames de mieux soutenir leurs bas quand elles sont en mouvement. Quant à celui qui désirait coller au mieux à son prénom en devenant l’empereur du ruban cominois, il en eut pour ses frais. Moqué dans la presse et vilipendé dans la cité, César Schoutteten vit son étoile politique et personnelle pâlir. Membre éminent de la bonne société catholique engagée de l’époque, son action s’était avérée fort peu compatible avec les enseignements bibliques ! Quoi qu’il en fut, César Schoutteten ne baissa pas les bras, continua de faire prospérer ses affaires tout comme il ne lâcha pas son ennemi Désiré Ducarin devenu depuis maire de Comines (de 1904 à 1918), profitant même de l’occupation allemande pour se faire nommer premier citoyen de la ville d’octobre 1914 à avril 1916 !
Quant à son usine flambant neuve (1908) de la rue de la Chaîne, elle fut, tout comme celle, véritable château d’industrie, de la rue de la Planquette (aujourd’hui rue Carnot), détruite à la fin de la Grande Guerre. Ces catastrophes n’empêchèrent pas César de repartir de zéro en construisant une nouvelle unité de production, plus moderne et plus fonctionnelle, rue d’Armentières. Et le succès sera à nouveau au rendez-vous avec des produits tissés d’exception. Aujourd’hui encore, celle qui demeure la plus ancienne usine de rubans à Comines (fondée en 1786) tourne à plein régime et fait la fierté du groupe Fauchille qui l’a rachetée en 1994.

Épisode 28 : « De l’édit de Philippe le Bon (1456) aux louches d’aujourd’hui : une histoire de textile cominois !»

Véritable institution folklorique cominoise, la « Fête historique des Louches » tient son origine d’une crise… textile ! Petit retour historique sur les faits. Après avoir été une ville drapière de premier plan depuis la seconde moitié du XIIe siècle, Comines se voit ravagée par plusieurs conflits. Les soldats des différentes armées se battant pour conquérir le pont-frontière actuel la laissent exsangue et la pillent quand ils ne l’ont pas incendiée.  1454 s’avère annus horribilis pour Comines. Suite à ce nouveau malheur, la création d’une franche foire a pour but de relever le textile cominois, alors mal en point suite à la concurrence anglaise mais aussi à cause des incendies ayant ruiné la ville. Le duc Philippe le Bon, conscient de la situation, tente d’y remédier par des mesures fiscales favorables. Deux ans après l’introduction de la demande de Jean II de la Clyte (†1475), seigneur de Comines et proche conseiller du duc de Bourgogne, Philippe le Bon accorde enfin, par lettres de mars 1456, la foire que les Cominois appelaient de leurs vœux.  Malheureusement pour les Cominois, les dates attribuées par le duc, à savoir les trois premiers jours d’octobre, coïncidaient avec celles des foires de Roulers, d’Audenarde, de Douai, de Nieuport et de Saint-Omer. La première édition ne connut donc guère de succès. Suite à une nouvelle demande de Jean II, Philippe le Bon y répondit favorablement et la fixa aux 7, 8 et 9 octobre. Ces dispositions furent, par la suite, confirmées par Philippe le Beau (°1478-†1506) puis par Charles Quint (°1500-†1558) qui, en 1535, en réponse à la requête de Georges de Hallewin (°1470-†1536), fut fixée aux 9, 10 et 11 octobre afin de permettre aux marchands de bénéficier d’une période plus favorable pour leurs déplacements dans les foires de Flandre.  Malgré la foire, la prospérité textile ne revient pas et l’activité vivota durant deux siècles avant de rebondir dès la fin du XVIIe. Comines se spécialise alors dans le tissu étroit utilitaire, ce qui lui permettra d’en devenir la capitale mondiale de 1860 à 1914.
Mais les Cominois n’ont pas oublié leur histoire et la politique paternaliste de Jean II de La Clyte. En rappel de la franche foire, est créée en 1884 la « Fête historique des Louches » qui deviendra très vite un rendez-vous incontournable du calendrier cominois. En 1957, dans le but de fêter les 500 ans de l’édit de Philippe le Bon, André Schoonheere (°1921-†1998), historien local, lance la tradition des programmes et des années à thèmes. Il en profite aussi pour concevoir les habits et autres oripeaux du cortège, en dessine les affiches puis, vers 1962, crée un ensemble de vitraux historiés pour l’Hôtel de Ville de Comines-France. Ceux-ci apparaissent sur la première page du programme de 1969 et referont surface, en couleurs cette fois, sur l’affiche de 1994, marquant les 110 ans de la fête. Les armoiries textiles des corporations des drapiers et autres tisserands, ainsi que les gestes des rubaniers, n’y font pas défaut ! Et l’Histoire de Comines d’y retrouver ses lettres de noblesse… tissées de siècle en siècle !

Épisode 27 : « Dites-le avec des chromos ! Cela plaira aux enfants. »

Véritables petites madeleines de Proust, les cartes illustrées offertes dès la fin du XIXè siècle par les grandes marques permettaient aux parents et aux enfants d’étoffer leur culture et de s’ouvrir à de nouveaux horizons. On les appelait « chromos » parce quelles étaient imprimées en couleurs, souvent par procédé lithographique (une pierre calcaire sur laquelle était gravé le motif, à l’envers, servant de matrice).
Mais elles répondaient aussi à une politique léonine de publicité en attisant la « collectionnite aiguë » des utilisateurs. A Comines, les établissements Hassebroucq-Frères n’échappèrent pas à cette envie. Détenteurs de plusieurs dizaines de marques déposées, ils s’ingéniaient à créer des séries propres à chaque produit. Si certains mirent d’abord au pinacle la symbolique du nom qu’ils portaient (« L’Angélus », par exemple, qui, avant de passer à une série de chromos dédiés à la mode, déclina la célèbre peinture de Jean-François Millet à foison), d’autres invitaient à s’immerger dans le monde des arts, de l’histoire, de la faune et de la flore du monde… Quoi qu’il en soit, ces images étaient toujours réalisées avec le plus grand soin et s’avéraient aussi de véritables illustrations des prouesses esthétiques de leur(s) dessinateur(s). De l’art pour tous, en somme ! En 1885, Hassebroucq-Frères eut l’idée de déposer une nouvelle marque baptisée « Fil Géographique ». Et quoi de plus normal, pour l’illustrer, que d’amener les petits français à la découverte des départements de métropole et d’outre-mer de ce qui était encore un vaste empire. Bien entendu, le Nord ne fut pas oublié. Une première série représente la région avec, à côté d’une mini carte géographique, ses principaux atouts : l’industrie textile, l’exploitation des mines de charbon, la pêche et le monde brassicole. Au revers, place à un descriptif sommaire du département (extrait du Larousse Universel en 2 volumes, vers 1911) et à la publicité ! Le texte, comme très souvent pour les produits de chez Hassebroucq, se décline sous forme de poème : « Pour coudre à la main / Seul un fil de lin / Se recommande à la pratique : / C’est le Géographique. » Dan la partie gauche, un logo figuratif représente une jeune dame souriante, aiguille et fil à la main, vaquant à l’ouvrage, tandis qu’un encadré précise « Dites donc il est rien bon ce Fil Géographique. En vente dans toutes les bonnes merceries. » Un petit cœur placé dans le coin inférieur droit ajoute encore au charme de cette image et incite son détenteur à en collectionner d’autres…
Dans une seconde version, plus grande de quelques centimètres, le Nord perd un peu de son textile (seule une boîte d’étoffes de Roubaix et Tourcoing y est présentée) au profit de Jean Bart, de tonneaux de sulfure, de morue et de sacs de sel et de coton, tandis que le verso donne des indications quant à la production des frères Hassebroucq pour le Fil Géographique : 20 millions de pelotes par an, déclinées en boîtes de 12 ou de 48 pelotes ou cartouches, avec pour poème-réclame : « Tous les autres fils vous disent / Exigez la même marque sur chaque boîte / Pour le Fil Géographique au contraire / Exigez une carte différente sur chaque boîte. » Pour sûr, le Fil Géographique incitait à voyager !

Épisode 26 : « Les fiançailles tant désirées d’Hélène et de Désiré »

Fiançailles de Désiré Ducarin et d’Hélène Debbaudt,
photographie aux sels d’argent, 1886 (inv. MRc 2799)

Véritable « empereur » du ruban cominois d’avant la Grande Guerre, Désiré Ducarin est aussi la plus belle illustration de ce que nos politiciens contemporains ont appelé « l’ascenseur social »… Mais son parcours et, surtout, sa réussite industrielle auraient-elles été les mêmes sans qu’un certain Cupidon (ou Eros pour les fans de la Grèce antique) soit passé par là ? Pas sûr…
Dans les collections cachées du Musée de la Rubanerie, une photographie d’époque permet, sinon de répondre directement à la question, du moins de se pencher sur ce qu’elle raconte. Deux personnages clefs, un entourage bourgeois, des poses convenues, un décor qui ne laisse rien au hasard. Et si l’on s’amusait à en décoder les indices ?
« L’amour toujours, toujours l’amour… », chantait Michel Moers dans un des tubes du groupe belge Telex, sur la plage d’ouverture de l’album « Wonderful world » en 1984. Savait-il au moins que, un peu moins de cent ans avant son interprétation, une version « textile » de cette mélodie du bonheur se jouait entre Comines-France et Courtrai ?
En effet, en 1886, une certaine effervescence se fait sentir chez les parents Debbaudt-Vercruysse à Courtrai. Leur fille Hélène se fiance officiellement avec Désiré Ducarin, futur maire de Comines, en passe de devenir un des piliers principaux de l’industrie textile et des affaires sociales de la cité des louches.

Mais toute belle histoire cache une réalité qui, parfois, fait sourire. Car l’amour de Désiré Ducarin pour la belle Hélène lui a fait changer radicalement de destin… Né en 1859 au sein d’une famille nombreuse modeste (son père, Carlos, papa de sept enfants, était maréchal-ferrant au hameau de Sainte-Marguerite), le petit Désiré est repéré pour ses capacités à l’étude par son instituteur. Grâce au député Des Rotours, il reçoit une bourse et part étudier les sciences vétérinaires à la faculté de Maisons-Alfort, près de Paris. De retour à Comines en 1884, il installe son cabinet puis tombe amoureux d’une belle jeune fille : Hélène Debbaudt. Comme il est de coutume à l’époque, il s’en va demander la main de sa promise à son beau-père potentiel. Ce dernier, industriel textile à Courtrai, questionne Désiré et lui suggère d’avoir une profession plus… sérieuse !

Ducarin a compris : ce sera l’industrie textile sinon le célibat ! Avec l’aide du maire Henri Lauwick, il fonde un tissage en 1886 (sur le site de l’actuelle médiathèque Ducarin) puis se fiance. Le mariage est célébré un an plus tard, le 12 mai 1887. Pourtant, Joseph François Debbaudt n’y assiste pas : il est décédé inopinément le 28 avril de la même année… Dommage ! Il ne verra pas la réussite de son gendre, d’autant plus que ce dernier ajoutera à son escarcelle une rutilante rubanerie qu’il érigera en 1908 et qui lui a survécu jusqu’à ce jour sous le nom de DMR, une des entreprises textiles phares du groupe Fauchille.

Épisode 25 : « Un vitrail d’art pour la rubanerie cominoise… »

Vitrail de la Rubanerie cominoise, réalisé en 1985 par Bernard Delbecque 
(inv. MRc 080).

Au moment de l’ouverture officielle du Musée de la Rubanerie, le 21 juillet 1985, son fondateur Simon Vanhée, reçoit un cadeau de choix illustrant parfaitement le savoir-faire mêlant industrie et artisanat d’art. Bernard Delbecque, artisan-verrier à Comines, offre un vitrail tout à la gloire du patrimoine tissé entre les deux Comines. Pour ce faire, il a patiemment découpé des calibres (ou tessons) de verre coloré, les a assemblés avant d’en recouvrir certains de grisaille (il s’agit d’une peinture à base d’oxyde de fer, cuite sur le verre).
La verrière présente les armes des deux Comines (dont le blason de Comines-France auquel s’accroche la Légion d’Honneur, distinction que la cité reçut à titre de ville martyre de la Première Guerre mondiale). Si les armoiries de Comines-Belgique portent huit roses sur fond or (les roses et les couleurs historiques des seigneurs de Comines), celles de Comines-France n’en comportent que six sur fond argent. A noter aussi que les deux clefs n’ont pas le panneton tourné dans le même sens. Si ce symbole désigne la position stratégique clef de la ville (la Lys étant, depuis le Moyen Âge, un point de passage aisément franchissable à Comines, sur la route entre Lille et Ypres), c’est la cité belge qui possède la clef bien tournée ! Enfin, les deux villes voient leur écusson surmonté d’une couronne faite de murailles crénelées, rappelant le statut de « ville à loy » que Comines obtint dès avant 1196.
Au centre, dans un calibre en forme de lyre, l’inscription « Musée de la Rubanerie 1985 » est entourée de deux rameaux de laurier, symbole de félicité et de réussite. Cela réfère à l’histoire textile de l’entité, débutée vers 1150 et portée aux nues entre 1850 et 1914, au moment où 80 % des rubans consommés de par le monde provenaient de Comines, alors dénommée à juste titre « capitale mondiale du ruban utilitaire ». Malgré sa destruction à plus de 98 % en 1918, l’industrie textile cominoise retrouva du poil de la bête, mit sur le devant de la scène son savoir-faire, la qualité et l’inventivité de ses produits et repartit à la conquête du globe. Cet argument d’autorité est toujours d’actualité, de par les produits de niche réalisés quasi exclusivement depuis Comines par ses 9 dernières rubaneries.
Dans le bas, au centre de la composition, un instrument fait le lien entre les deux villes: une navette à crémaillère. Elle témoigne aussi de la richesse et de la pugnacité des textiliens cominois, acquis aux dernières techniques mais aussi enclins à les améliorer, notamment par de nombreuses inventions et de multiples dépôts de brevets. La navette crantée était mue par de petites roues dentées fixées sur le battant du métier, lui donnant un mouvement régulier de va-et-vient. Connue depuis la plus haute antiquité sous une forme plus rudimentaire, elle a été remplacée chez nous à la fin des années 1960 par des aiguilles, permettant la miniaturisation des métiers à tisser et décuplant leur rendement. Mais la navette rappelle encore qu’aujourd’hui, à la rubanerie Mahieu, des produits exclusifs destinés au monde de la Haute Couture, sont tissés à Comines et nulle part ailleurs !

Épisode 24 : « Lambin-Ravau : une rubanerie cominoise vue du ciel, avec harnais de sécurité ! »

Place du Château, à Comines-France, se dressent les anciens bureaux (aujourd’hui transformés en lofts) et les salles de tissage aux toits à sheds (architecture en dents de scie) de la rubanerie Lambin-Ravau. Cette prestigieuse firme cominoise est née en 1925, suite à  une association entre Léon Ravau (alors employé chez Gallant, la première rubanerie de France, par ailleurs créée à Comines puis délocalisée à Tourcoing après le désastre de 1914-1918) et ses cousins les frères Louis et Joseph Lambin. Ces derniers avaient créé en 1924 la firme L.J. Lambin en rachetant les anciens bâtiments de la filterie Cousin, ruinés par la Première Guerre mondiale. Un quatrième larron, Jules Lambin (le troisième frère), apporta des finances afin d’acheter des métiers à tisser. La direction du nouvel établissement inauguré en avril 1925 échoit à Léon Ravau et à Louis Lambin. Ils seront ensuite remplacés par Jean Ravau.
Jean Ravau est un grand humaniste : en plus de rechercher par tous les moyens d’améliorer le rendement de ses machines tout en développant une politique sociale vers son personnel, il crée en 1939 un centre d’aides familial ouvert à tous les ouvriers d’usine de Comines. En 1942, il ouvre une école d’apprentis rubaniers, aidé par un maître de la profession : le Cominois Raymond Dautricourt. Féru d’histoire et de patrimoine, il est aussi à l’origine de la société savante « Les Amis de Comines » et opère des recherches approfondies sur l’histoire de la rubanerie (son livre publié en 1979 par la Société d’Histoire de Comines-Warneton fait encore foi à ce jour). En 1976, Jean Ravau reçoit, pour services rendus à la nation (il a aussi été résistant durant la Seconde Guerre mondiale), le titre d’Officier dans l’ordre National du Mérite. Le président de la République, Valery Giscard d’Estaing, lui remet la médaille en personne à Douaumont, le 13 juin 1976.
Avec l’évolution de la mode et des pratiques culturelles, Jean Ravau a une idée de génie à l’aube des années 1960. Son usine tissant des sangles très résistantes, il décide de se lancer dans la réalisation de ceintures de sécurité et de harnais du même type. 1964 voit le dépôt d’un brevet révolutionnaire pour un produit connu sous le nom de « KISOV ». Conquis, les constructeurs automobiles Peugeot et Renault l’adoptent illico. Quelques années plus tard, en 1972, pour « relancer la machine », Jean Ravau fait venir un cascadeur professionnel qu’il installe sur le toit du bâtiment principal. Toute la presse est présente. S’élançant dans le vide, le « Belmondo » du jour se voit retenu en toute sécurité par son harnais « KISOV ». Le retentissement est total et l’usine continue de se bien porter.
En 1990, les héritiers de Lambin-Ravau revendent la société (et son fameux brevet) au groupe industriel créé par Géry Fauchille. Aujourd’hui, le harnais KISOV demeure le produit phare de la société et son logo stylisé (une silhouette anthropomorphe bleue retenue par des sangles jaunes) reste bien visible sur tous les supports de communication de e fleuron textile cominois.

Épisode 23 : « Un ruban cominois qui tient la forme… olympique ! 

En 1992, Bruno Schoutteten, alors PDG de la rubanerie cominoise Schoutteten et Froidure, créée en 1786 sous forme de manufacture et en 1788 en tant qu’usine, est au comble de sa joie. Trois ans après avoir fêté en grandes pompes le bicentenaire de son entreprise familiale, le voilà qui s’apprête à monter sur un podium… olympique !
En effet, la cité des louches vient de recevoir la visite d’un grand monsieur du sport mondial : Jean-Claude Killy (Saint-Cloud, 1943), triple médaillé olympique de ski (descente, slalom, slalom géant) aux jeux de Grenoble, en 1968, et champion au palmarès international époustouflant. Si ce dernier est à Comines, c’est parce qu’il est à la recherche de rubans de haute qualité pour les nouveaux jeux olympiques d’hiver qui s’ouvrent cette année-là à Albertville (Savoie).
La réputation de Comines en tissus étroits n’est plus à faire mais cette commande apporte une pierre supplémentaire à l’édifice de prestige de chez Schoutteten et Froidure. Des essais sont faits et le prototype a l’heur de plaire au comité organisateur des jeux. La commande est alors lancée. Le succès est tel que toute la presse, locale mais aussi nationale et internationale, permet de situer Comines sur la carte mondiale du textile d’excellence.
Cette année-là, derrière la flamme qui brûle dans le stade d’Albertville, ce ne sont pas moins de 171 médailles qui sont distribuées. Elles couvrent 12 disciplines pour 57 épreuves. Au cou des lauréats, le ruban tissé chez Schoutteten et Froidure a belle allure. Il est constitué des couleurs olympiques (noir, jaune, vert, rouge, bleu, représentant les cinq continents) sur un fond blanc argenté.
Le drapeau olympique, contenant les cinq anneaux colorés sur fond blanc, a été conçu par le baron Pierre de Coubertin en 1913, au moment où ce grand homme d’état fixe les symboles ressuscitant les olympiades antiques (les premiers jeux « modernes » ayant eu lieu en 1896 à Athènes). En plus de figurer les cinq continents, il réfère, par les anneaux entrelacés à l’unité de l’olympisme tandis que le blanc du fond, ajouté aux cinq autres couleurs, est la synthèse de toutes les teintes des drapeaux des nations participantes en 1913.
Et cela tombe bien puisque rouge, jaune, noir et blanc sont les couleurs des blasons des deux Comines, villes elles-aussi unies par l’Histoire (dont l’histoire textile qui y a joué et joue encore un rôle prépondérant) bien que séparées depuis 1713 en deux états. Les vertus de l’olympisme y sont aussi respectées : si l’union fait la force, l’esprit de concorde et d’excellence a porté la cité des louches sur les cinq continents ! N’est pas capitale mondiale du ruban qui veut. Et ça, c’est aussi du sport !

Épisode 22 : « En route avec René ou quand les rubans de chez Ducarin traversaient la France…  »

Depuis son arrivée à Comines vers 1150, le tissage s’est toujours accompagné de transports. Si la brouette du tisserand occupa des siècles de production, la charrette du patron et/ou du grossiste lui vola la palme dès le XVIIIe siècle, avant de laisser la place, dès après la Grande Guerre, aux camions acheminant les marchandises aux quatre coins de l’Europe et, via trains et avions (pour lesquels les rubaneries cominoises produisirent nombre de produits techniques), du monde entier ! Les rubaneries cominoises étaient ainsi fières de leurs outils de transport. Des photographies de la charrette “Dalle et Cie”, à l’extrême fin du XIXe siècle ou du second camion de chez Ducarin (acheté à Frelinghien chez le carrossier Defives”), vers 1950, en sont de beaux exemples. Tous portent en lettres capitales le nom et la raison sociale des entreprises auxquelles ils appartiennent et témoignent de la volonté de ces dernières de s’inscrire dans la modernité.
À côté de ces considérations techniques, il y a aussi les anecdotes, véritables petites miettes d’histoire(s) vécue(s). Ainsi, René Mispelaer, magasinier et chauffeur pour la rubanerie et le tissage Ducarin s’est longtemps souvenu de sa rencontre avec Fernand Raynaud dans un relais routier, peu de temps avant que le célèbre humoriste français, par ailleurs grand amateur de boissons fortes, ne se tue en voiture : il était pourtant si fier de l’acquisition de son nouveau bolide sportif… Il y eut aussi la rencontre fortuite avec Henri Salvador, place Vendôme à Paris, au moment où René et lui portèrent secours à une dame. Plus mémorable encore, ce moment de repos en Alsace, dans un établissement où, lorsque l’on laissait la fermeture métallique de sa chope ouverte, le serveur remplissait derechef la pinte devant un René qui se demandait quoi ! Le même se souvient aussi plus sérieusement des contrôles des matières, des délais à respecter, des kilomètres avalés par sa belle mécanique au service de la rubanerie cominoise…
Au sein même des établissements, les diables et autres transpalettes ont aujourd’hui remplacé les dos des ouvriers d’antan pour préparer les commandes, stocker les matières premières… mais la mémoire des magasiniers, tisserands, transporteurs et autres collaborateurs des rubaneries cominoises demeurent garnies de souvenirs féconds, véritable patrimoine immatériel à conserver.
Voilà qui montre bien qu’au-delà d’une photographie, d’un bordereau de transport, d’articles spécifiques, le patrimoine tangible s’offre une seconde naissance à travers le patrimoine oral et immatériel, et plus particulièrement par les récits de vie(s). A La Rubanerie, la collecte de témoignages d’ouvriers, de patrons et des autres « gens du textile » y participe, parce qu’un patrimoine bien conservé sous toutes ses coutures est le meilleur gage de transmission aux générations futures !

Épisode 21 : « Les grandes orgues rubanières, pour une symphonie allant de… soie ! »

Sur la scène du Musée de la Rubanerie, se dresse un imposant « buffet d’orgues textiles. » Composé de pièces de bois chantournées, d’une mécanique aux aiguilles de métal, de cartons dansants et de milliers de cordelettes en suspension, il frappe d’emblée le regard par ses dimensions colossales (500 x 450 x 180 cm). Obtenu à la suite d’un échange, ce métier à tisser des motifs au jacquard provient de la région de Lyon, plus précisément de Saint-Étienne, dans le sud de la France. Datant vraisemblablement de vers la moitié du dix-neuvième siècle, il fonctionnait grâce à une barre actionnée par le tisserand. Cette machine travaillait donc… à domicile ! Pour ce faire, les demeures stéphanoises dévolues au tissage comportaient une particularité : un orifice était ménagé dans le plancher afin de faire passer la couronne du métier à l’étage. On tissait donc dans le salon et on changeait les cartons ou graissait la mécanique dans la chambre à coucher.
La région lyonnaise a toujours été célèbre pour son travail de la soie. En effet, cette matière a fait les beaux jours des tisserands et manufacturiers et elle se matérialise dans le soin particulier apporté à la décoration de l’engin. Ici, de nombreux motifs marquetés (c’est-à-dire faits d’incrustations de bois de couleurs différentes dans l’âme du bâti) ou réalisés au tour à bois (pinacles, oves…) en témoignent. Ce qui atteste à la fois de la fierté de l’artisan envers sa profession mais aussi que le métier à tisser, propriété du rubanier, était un des plus beaux meubles, sinon le plus beau, du logis.
D’autres particularités attestent du caractère exceptionnel de la machine et du savoir-faire de ses concepteurs. En effet, chaque contrepoids et chaque lisse (ou anneau à travers lequel passe le fil de chaîne) sont réalisés en verre moulé, matériau depuis belle lurette remplacé par du métal. La proximité avec de grands ateliers de verrerie (comme ceux de Saint-Just-sur-la-Loire, spécialisés dans la réalisation du verre à l’ancienne et pourvoyeurs de chantiers de restauration à l’échelle planétaire) le justifie.
Les rubans que l’on y tissait servaient essentiellement à produire de la sangle usitée pour héler les domestiques dans les châteaux ou les riches demeures. Le Musée en conserve un exemple à travers un motif représentant une licorne entourée de rinceaux. Après avoir servi noblement au domicile du tisserand, la machine a été partiellement amputée (on lui a enlevé sa barre) puis mise en usine où, par le biais d’arbres et de poulies de transmission, la force vapeur a remplacé les bras de l’homme. Banalisé, sorti de son contexte historique et humain, le meuble avait perdu de sa signification jusqu’à ce qu’il soit remis en valeur à la place d’honneur du Musée de la Rubanerie cominoise, en attendant une restauration future garantissant l’historicité de l’œuvre. Il rappelle encore que Comines s’essaya au tissage de la soie naturelle à la fin du XIXe siècle. La Rubanerie a d’ailleurs introduit une demande de classement de ce bien unique auprès du Ministère de la Culture de la Fédération Wallonie-Bruxelles de Belgique. Affaire à suivre…

Épisode 20 : « Le « plus beau métier du monde cominois » mérite bien un diplôme ! »

Jusque vers le milieu des années 1970, le plein emploi était quasi assuré à Comines par l’industrie textile et ses services annexes. La rubanerie y était alors vue comme « le plus beau métier du monde », selon les témoignages des anciens. D’ailleurs, depuis le début du XXe siècle, afin de former le personnel des usines, des cours professionnels sont vite organisés des deux côtés de la frontière. Si certaines entreprises possèdent leur propre lieu de formation, d’autres « écoles » se chargent de mettre sur pied un enseignement qualifiant, à l’image du « Cours professionnel de rubanerie » dispensé, depuis sa création par Marcel Daels en 1950, au 9, rue de la Victoire à Comines (F).
Toutes les ficelles du métier sont alors expliquées patiemment aux élèves, à commencer par les matières premières (naturelles ou non), leurs particularités et la manière de les travailler. L’établissement du prix de revient, les aspects théoriques et pratiques du tissage, la réalisation de mises en cartes pour éléments jacquards, le montage et la marche d’un métier mécanique ou manuel, l’étude des armures et de leurs multiples déclinaisons… font aussi partie de la formation.
Il arrivait aussi que des Cominois « montent » à la capitale afin de suivre les cours. Le Musée de la Rubanerie conserve ainsi le diplôme de fin d’études de Raymond Dewyllie, délivré en 1950 par l’Institut Philotechnique et lui conférant le grade de « Technicien, Contre Maître [sic.] d’Atelier des Industries Textiles » (MRc528).
Au terme d’un cursus bien précis, l’étudiant se voit donc remettre un diplôme, à l’image de celui reçu par le fondateur du Musée de la Rubanerie : Simon Vanhée (1923-1994). Le document se présente comme une œuvre d’art entourée d’un encadrement particulièrement travaillé. Accostant les mentions « commerce, industrie, arts et sciences » et un ensemble de rinceaux (ou enroulements végétaux) et de guirlandes de fleurs et de fruits, Hermès (le dieu est, entre autres, messager de ses confrères mais aussi protecteur du commerce et inventeur des poids et des mesures) et une allégorie de la Renommée (une femme vêtue à l’antique portant une couronne de lauriers ainsi qu’un parchemin sur lequel est marqué « Travail, prospérité ») offrent une dimension historique et sacrée au titre délivré.
Au sortir de cette école, Simon Vanhée obtint un second diplôme (un certificat d’aptitude professionnelle de fabrication de « robe draperie », à Roubaix, en 1952) puis intégra directement les établissements Ducarin où il fera sa carrière en gravissant petit à petit les échelons le menant d’ouvrier à contremaître. C’est d’ailleurs ce parcours qui lui permit de connaître la réalité de toutes les phases de réalisation du ruban et de les décliner en créant le Musée de la Rubanerie cominoise

Épisode 19 : « Faire la navette en 1746 avec un métier d’époque : toute une histoire ! »

Un précurseur des Lumières, l’abbé Pluche, a entrepris dans la première moitié du XVIIe siècle, de décrire le monde en plusieurs volumes. Il s’est notamment penché sur le textile et les instruments entrant en compte dans le tissage de rubans et d’étoffes. Ces travaux ont été intégralement repris (à l’exception de petits dialogues théologiques et philosophiques liant les différentes parties de l’ouvrage) par Diderot et d’Alembert qui iront jusqu’à publier aussi les mêmes planches illustrées dues aux frères Le Bas !
Dans la dernière partie du tome VI du « Spectacle de la nature », la planche XXX et les pages 563 à 568 présentent et définissent les « Termes de la Rubanerie ». Sur la gravure apparaît un métier au bâti de bois muni de son banc amovible et de ses marches. Ce type d’engin est encore « traditionnel » et il est à noter que l’abbé Pluche ne présente pas le métier à barre, pourtant connu en France (dont à Comines) dès la fin du XVIIe siècle (comme le rappellent les Archives municipales de Comines). Néanmoins, la description que livre Pluche des pièces et outils s’avère des plus intéressantes, notamment afin d’étoffer un vocabulaire typique au monde rubanier et qui, par simplifications successives comme par oubli ou par requalification, a beaucoup évolué. Mieux encore, certains vocables, s’ils ont aujourd’hui disparu de la langue française, se sont cristallisés dans des langues étrangères ou demeurent bien vivaces dans les expressions vernaculaires. 
Ainsi en va-t-il de la navette. Dénommée « spoel » en néerlandais, « spool » en anglais, elle appelle pourtant des origines francophones ! Pour s’en souvenir, il faut en étudier l’évolution au fil du temps. A l’origine, la navette est une petite pièce profilée en bois, en ivoire, en os ou en métal, portant en son sein le fil de trame. De raffinement en raffinement, la navette primitive a laissé sa forme basique et ses petites encoches contenant le fil de trame pour un outil plus spécialisé. La trame y a alors été incluse via une petite bobine sur laquelle elle s’enroulait par l’entremise d’une petite broche : la canette. La frontière entre la petite bobine destinée à contenir le fil de trame et l’instrument qui la porte est donc des plus ténues en français, à l’exception, comme le prouve une étude approfondie du terme à travers les âges, du patois picard !
« Le Spectacle de la nature » démontre donc que l’abbé Pluche ne prétend pas livrer une somme immuable mais bien entretenir ses lecteurs (et/ou ouailles) à ouvrir les yeux et à s’émerveiller (car tel est bien le sens qu’il faille donner au terme « spectacle ») devant l’univers afin d’étoffer leurs propres connaissances. En ce sens, il s’inscrit parfaitement dans son époque tout en ouvrant les voies à une démarche scientifique plus cartésienne qui se cristallisera notamment dans l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert.
Quoi qu’il en soit, grâce notamment à l’abbé Pluche, toute la lumière a pu être faite sur la navette !

Épisode 18 : « Des rubaniers toujours prêts pour fêter le textile… à l’année ! »

Une année « rubanière » tout en fêtes, est-ce bien raisonnable ?  La réponse est affirmative !  En effet, s’il est bien connu que les Cominois, en bons picards, aiment faire la fête, le monde textile local, et plus particulièrement celui lié à la rubanerie, n’est pas en reste ! Ainsi, au gré des jours et des mois, les marmousets et autres « bleus vintes » (ou « ventres bleus », par analogie avec le vêtement traditionnel des rubaniers)  peuvent se raccrocher à un calendrier en phase avec leur patrimoine, tantôt sacré, tantôt profane, mais toujours ennobli d’expressions folkloriques typiques. Voici celui d’avant la Première Guerre mondiale. Si certains événements (et leurs jours ou heures chômés) ont disparu ou ont laissé place à une autre dénomination, la ducasse à pierrot de la Sainte-Catherine, la Fête des Louches et celle des Marmousets demeurent des traditions respectées par les gens du textile cominois.
– Autour du 6 janvier : fête des Rois (avec fermeture des usines à 16 heures).
– Carnaval : fermeture des fabriques l’après-midi du lundi et du Mardi gras.
– Dernier lundi de mars : fête des Lumières (fin du travail à l’éclairage artificiel).
– Nuit précédant le 3e week-end de juillet : fête des Epeuleurs (ou « Epeuleux »).
– 3e dimanche de juillet : ducasse Sainte-Anne (Fête des Marmousets depuis 1983), suivie de ses deux jours fériés (lundi et mardi).
– Fin septembre : cortège des allumoirs (autrefois dénommés « robots ») pour célébrer le retour du travail à la lumière artificielle.
– 2e week-end d’octobre : Fête des Louches (créée en 1884 en souvenir de la franche foire octroyée aux Cominois par Philippe le Bon en 1456).
– 25 novembre : fête de la Sainte-Catherine, suivie de ses deux jours fériés (lundi et mardi) et de son « souper à pierrot » le mercredi soir.
À ce cortège de festivités « rubanières », il faut encore ajouter les jours fériés qui s’y sont agrégés au fil des ans depuis les premiers congés payés de 1936, les épisodes des grèves et leurs manifestations solidaires, mais aussi des opérations spontanées unissant les patrons et leur personnel, comme le banquet offert en 1912, à l’occasion de leurs noces d’argent, par Hélène et Désiré Ducarin à leurs 875 collaborateurs ou encore les festivités du bicentenaire de la rubanerie Schoutteten et Froidure, en 1989, prélude à celles des 150 ans de Sigier-Capelle en 1998. Bref, chez les rubaniers cominois, on a le sens inné de la fête !

Épisode 17 : « La rubanerie cominoise aux champs… opératoires ! »

Émanation historique du textile cominois, le groupe Cousin (fondé en 1848) porte haut et fort à travers le monde les couleurs du textile qui soigne et sauve. Mais la participation « cominoise » au monde de la santé a connu aussi d’autres exemples. En effet, dès 1952, la rubanerie Derville et Delvoye, fondée en 1905, a réalisé des rubans et autres tissus pour de le monde médical et paramédical. Si les marques « Docteur Piécho », « Docteur Blackwhite », « Dr Aribel », « Docteur Delort », « Docteur Elef »… ont aujourd’hui disparu, la société française Hydrex, basée à Amplepuis dans le Roannais, demeure l’un des fleurons des compresses et des champs opératoires.
C’était l’époque où la fibre naturelle avait la cote, bien avant le retour au bio connu depuis quelques années. Au rayon des matériaux textiles incontournables était… le lait ! En effet, la caséine, c’est-à-dire sa protéine, une fois isolée et solidifiée, était extrudée, retordue, filée puis tissée. En plus de dégager des qualités thermiques sans pareil, elle donnait des tissus anallergiques et totalement biodégradables. L’usage de ce type de produit en milieu hospitalier devenait donc à la fois incontournable et nécessaire, ce que Hydrex, entre autres, comprit très vite.
C’est ainsi que la rubanerie cominoise aujourd’hui disparue Derville et Delvoye se vit confier la réalisation de rubans-étiquettes. En atteste une archive datée de 1952 : une « fiche-recette » décodant le processus de réalisation de ce ruban phare, destiné à estampiller chaque produit de la marque. Bien entendu, pas de fibres artificielles pour ce faire mais bien un fil naturel de coton. L’ensemble sera tissé sur un métier jacquard comportant un harnais (c’est-à-dire une structure reliée à la fois à la tête de lecture et aux fils de chaîne) de 208 cordes pour un produit fini mesurant 17 millimètres de largeur. Les lettres de la marque seront intégrées via un coton teint en bleu roi. Au verso de la fiche,  sont notés les dates et métrages réalisé. Les deux faces du document contiennent aussi le nombre de bandes et de cordes, ainsi que le numéro du métier à tisser utilisé pour la réalisation du ruban.
Quant à la société Hydrex, cette dernière a été fondée en 1931 et s’est spécialisée à cette époque dans la réalisation de compresses stériles. Plus tard, les champs opératoires et d’autres produits vinrent étoffer sa gamme. L’histoire de la société prend un nouvel élan en 1998, lorsque son laboratoire crée un élément médical révolutionnaire ; le champ opératoire à usage unique. Le succès est tel qu’en 2002, Hydrex décide de développer, en partenariat avec le monde hospitalier de pointe, un panel complet de drapage mais aussi de casaques chirurgicales à usage unique.
Voilà encore un bel exemple de savoir-faire tissé qui se jumelle à la recherche constante du bien-être de demain. Comme quoi, la santé vient aussi par le textile… cominois !

Épisode 16 : « De la maille « jetée » tressée à la force d’une « Semel » « 

Le hasard fait parfois bien les choses… A l’occasion d’une visite de groupe comprenant des représentants de l’industrie textile, un des participants questionne le conservateur quant à la collection de machines à tresse. Au terme d’une première réponse, le même individu, par ailleurs responsable de la firme Filmatech, basée à Roncq (Nord de la France), affirme : « Vous avez une machine à maille jetée ! » Le conservateur lui répondant par la négative, monsieur Librecht de rétorquer « Vous avez une machine à maille jetée ! » puis, après un temps d’arrêt : « Elle vous attend dans notre usine de Chauny, dans l’Aisne ! » Et voilà comment la vie d’un humble musée textile se voit embellie par un don fait en direct, en pleine visite guidée !
Le métier à tisser en question, un « Semel de type SK » datant de 2007, est des plus intéressants car il tricote un produit indémaillable (pour info, les étoffes en mailles jetées sont réalisées à partir de boucles de chaînette formées dans la longueur et entrelacées dans la largeur du tricot. Ce sont des tricots indémaillables. On les appelle aussi tricot chaîne ou bonneterie chaîne). En outre, il tourne à 40% plus vite que son prédécesseur de la même marque, le KB 212, et sert à produire des cordes rondes, avec ou sans âme à l’intérieur, d’une dimension allant de 2  à 7 millimètres de diamètre. Comme nous l’a certifié le généreux donateur, cette machine peut encore, en fonction de ses accessoires optionnels, réaliser des cordes élastiques et disposer d’un compteur et d’un dispositif de système d’enroulement. Par contre, elle ne permet pas de faire des tresses plates (comme certains lacets de chaussures ou comme certains rubans destinés à coudre les cahiers de livres à relier). L’entreprise Semel a été fondée à Correggio en 1973 et est active depuis l’Italie.
Fonctionnant avec un système de cylindres de rotation alternatifs (en lieu et place d’un guide-fil rotatif comme c’est généralement le cas sur ce type d’engin), elle tourne à 1400 coups par minute, se distingue par son travail quasi silencieux, ne demande qu’un entretien minimal et est adaptée pour travailler en continu 24 heures par jour en absence d’opérateur. Son alimentation standard est de 400 volts triphasé 50/60 Hertz.
Équipée d’un système de contrôle du fil avec arrêt automatique du mouvement en cas de rupture ou de manque de fil, elle dispose d’un système de bras qui sort le cordon final du bâti de la machine pour faciliter le remplissage boîtes à produits spécifiques pour les produits finis. La « Semel SK » s’avère une machine parfaite pour le tricotage du coton mais aussi de fibres artificielles contemporaines comme le polyester et le polypropylène. Conçue pour ces matières, elle peut néanmoins travailler avec tous les autres fils naturels et synthétiques.

Et voilà comment un cadeau textile est rendu au plus grand nombre dans un musée vivant !

Épisode 15 : « La « Couture Sans Force » » ? Cominois bien sûr : c’est mon Cousin qui l’a inventée ! »

Au moment où j’écris ces lignes, Charles Aznavour est en train de me raconter sa bohème. Ah, le temps que ceux qui ne sont pas d’antan ne peuvent imaginer… Cela tombe bien car, aujourd’hui, je vous donne des nouvelles de la grande famille textile cominoise à partir d’un produit phare créé chez les frères Cousin au début du vingtième siècle… Et pour corser le défi, je vais vous raconter cette petite perle des collections de La Rubanerie à la manière du grand Charles… Aznavour ! Oui, c’est promis : au terme de ce maudit confinement, je vous l’interpréterai a cappella lors de votre prochaine visite guidée au Musée… Chiche ?
Je vous parle d’un temps que les moins de cent ans ne peuvent pas connaître ! La couture en ce temps-là se faisait par le biais d’un fil au mètre sur carte. Quand elle le recevait, la cousette gémissait d’aise surtout s’il était estampillé des lettres CSF, synonyme de qualité. Le fil Cousin, le fil Cousin, ça voulait dire Couture Sans Force. Le fil Cousin, le fil Cousin, c’était le Graal textile d’alorssss…
Quand il se déballait lentement, doucement au fil des duites cousues, laissant apercevoir la beauté du slogan, la force des images, tour à tour renaissaient l’Oiseau Bleu de France, le fil de Normandie, produits de qualité, résistance assurée comme on ne le fait plus. Le fil Cousin, le fil Cousin, fibre sensible autant que résistante. Le fil Cousin, le fil Cousin, assurait travail précis, détente !
Même qu’un jour à l’usine quand sonna la grande Guerre, il fallut mettre en pause, toutes les ouvrières fières de leur bel ouvrage, dévouées à la cause, rêvèrent qu’Herculex, Gloria, Petit Prince et toutes les grandes marques renaîtraient à nouveau pour continuer l’histoire et créer d’autres lots. Le fil Cousin, le fil Cousin, sa devise, c’était de rester frères. Le fil Cousin, le fil Cousin, pour sûr n’était pas ordinaire !
Aujourd’hui au musée pour mieux s’en souvenir il trône dans la vitrine d’un passé révolu mais qui n’a jamais pu oublier ses promesses car s’il ne se fait plus il a laissé la place à d’autres aventures, envoyant sur les mers et les corps abîmés sa virtuosité. Le fil Cousin, le fil Cousin, une aventure jamais éteinte. Le fil Cousin, le fil Cousin, soigne et équipe, mais sans contraintes !
Quand un bateau s’en va faire le tour du monde au gré des océans, il emporte avec lui drisses de qualité et tresses hallucinantes. Tandis qu’à l’hôpital les ligaments croisés, les hernies réparées, célèbrent eux-aussi le savoir-faire génial et l’inventivité. Cousin-Biotech, Cousin-Trestec, on n’a pas fini de les entendre. Cousin-Biotech, Cousin-Trestec, c’est une histoire plus qu’éloquente…
Et je suis sûr que ça vous chante !

Épisode 14 : « Quand l’art de Degand ne fait pas tapisserie en criant « pouce » ! « 

Le tissage, c’est à la fois la manière et l’art d’entrecroiser des fils de chaîne et de trame. L’artiste plasticien Michel Degand (Loos-lez-Lille, 1934) l’a assurément bien compris, s’amusant à mettre en musique(s) le vol à voile du fil à toile !
Accrochée aux murs du Musée de la Rubanerie, une tapisserie contemporaine, acquise grâce aux subsides octroyés par le Ministère de la culture de la Fédération Wallonie-Bruxelles de Belgique, met en valeur le labeur des hommes à travers l’outil et son ennoblissement. Réalisée par Michel Degand, un artiste du Nord à la réputation internationale, « Empreintes » offre toute la maestria d’un tissage d’art réalisé selon la technique du jacquard. Avec ce qui constitue le point d’identité le plus propre à l’homme, le plasticien évoque combien le geste, combiné à la passion et à la précision, peut fédérer, mutualiser, donner naissance à… Le fait d’agrandir au maximum un détail intime sorti du patrimoine anatomique de tout un chacun participe à la célébration des temps de l’homme et à la cristallisation de ses actes.
S’il est célèbre depuis le début des années 1960 pour ses tapisseries réalisées dans les ateliers d’Aubusson et de Felletin, Michel Degand cherche à transcender son métier et à le faire coller à la réalité contemporaine, y compris industrielle. Ainsi, en 1975, l’artiste frappe une fois encore là où on ne l’attendait peut-être pas ! Délaissant pour un moment les lisses d’Aubusson, il réalise, sous l’égide de l’association « Art de la Lys », une série de deux tapisseries tissées au jacquard dénommées « Empreintes » et éditées chacune à 50 exemplaires.  L’œuvre se présente comme un diptyque rendant hommage au culte de la trace à travers ce que l’être humain possède d’unique : son empreinte digitale. Que cette dernière soit exprimée en positif comme en négatif, elle révèle l’incommensurabilité de l’être, la cristallisation de son patrimoine génétique, sa marque de fabrique et le prolongement de son instrument primordial : la main.
Difficile de croire qu’après avoir été dessiné, le motif ait été traduit en cartons perforés qui, lus par une tête de mécanique constituée d’aiguilles horizontales et verticales donnant les impulsions nécessaires à chaque lisse, ont patiemment tissé chacune des lignes de ce tapis d’art. Et pourtant, l’Atelier Art de la Lys qui l’a exécuté d’après les projets du maître-licier a respecté les moindres fioritures pour livrer une œuvre d’art d’exception offrant un prolongement esthétique inattendu à l’outil industriel. La machine et l’homme se mettent alors au diapason du Beau et de l’histoire…

Épisode 13 : « Le spectacle du tissage d’un ruban à l’époque de Philippe Hovyn… « 

Antoine Noël Pluche (1688-1761) est un de ceux par qui l’amour des sciences va connaître un développement significatif au début du siècle des Lumières. Homme d’église, acquis au jansénisme (cette doctrine rigoriste basée sur la prédestination de l’âme humaine), Pluche va passer son existence à réfléchir sur l’homme et son univers, tentant de le décrypter de façon tout autant littéraire que scientifique à une époque où littérature et sciences ne sont pas encore classées dans des catégories distinctes.
Dans le volume VI du « Spectacle de la nature », publié en 1746, l’abbé Pluche décrit de façon très poussée et en dehors de toute considération théosophique, non seulement les différents outils et métiers relatifs au tissage, mais il s’attarde aussi sur les types de fibres, leur mise en œuvre et les gestes des hommes qui les travaillent. Souvent considérées, à juste titre, comme de véritables gravures préfigurant le travail de Diderot et d’Alembert, les planches relatives au monde textile du début du XVIIIe siècle s’avèrent de véritables mines d’or, Pluche s’évertuant à la fois à décrire graphiquement (par le biais du graveur Le Bas) son sujet mais aussi en lui adjoignant force définitions et explications. D’ailleurs, lorsque l’on étudie les travaux similaires des encyclopédies de Diderot et d’Alembert ou de Charles-Joseph Panckoucke, force est de reconnaître que Pluche, dans la partie de son ouvrage consacré aux métiers du textile, a fait preuve de rigueur et d’esprit encyclopédique dans la mesure où il a cherché à faire œuvre exhaustive, même s’il n’avait pas encore le recul critique dont font preuve ses suiveurs.
Quelques passages moralisateurs franchis, l’abbé Pluche entame une description des plus intéressantes quant aux fibres et autres matières à tisser, précisant par exemple l’état de la science au moment même de la rédaction de son ouvrage : « jusqu’ici, même avec les meilleurs microscopes, on n’a pu distinguer au juste en quoi consiste l’artifice des fibres & des vaisseaux qui composent l’intérieur du cuir des animaux, & qui en sont un tissu capable de résistance, d’allongement, d’élargissement, de ressort, & de rétractation en tout sens. » Plus loin, il met en confrontation ses observations avec ses connaissances : « Mais quoi qu’encore aveugles sur la cause, nous voyons l’effet des fibres et des filamens (sic.) qui composent la peau de l’animal : cet effet consiste à pourvoir l’animal d’une couverture mobile qui en le mettant à l’abri des insultes du dehors, ne s’oppose en rien à l’agilité de tous ses membres. C’est aussi le double avantage que l’homme s’est procuré dans cette multitude de tissus qui le couvrent plus ou moins selon les exigences des saisons, & qui servent à le garantir des injures de l’air sans troubler la liberté de ses actions. »
Cela dit, au-delà de toute querelle théologique et/ou épistémologique, pour l’historien du textile, « Le Spectacle de la nature » demeure une source incontournable et d’une grande fiabilité tant dans la précision lexicale (ayant trait à la nomenclature des matières, des gestes et opérations, des éléments constitutifs des engins, etc.) que dans les planches descriptives et très largement fouillées jalonnant les textes.

Épisode 12 : « Un brevet cominois pour un métier à tisser des plus… Gallant ! »

La rubanerie Gallant, fondée en 1796, est l’une des plus emblématiques de Comines avant la Grande Guerre. En effet, n’en déplaise à son concurrent direct Désiré Ducarin, elle est la plus importante de la cité des louches.
Ses prestigieux bâtiments se dressent rue d’Armentières et occupent tout un pâté de maisons sur plusieurs hectares. En réalité, la rubanerie Gallant a pris la suite de celle fondée par Henri et Louis Lauwick : elle deviendra successivement, par associations, Lauwick-Frères et Henri Gallant en 1867 (le mécanicien Henri Gallant lui ayant permis de rayonner davantage grâce à la création d’un nouveau métier mécanique de sa conception), Henri Gallant et Cie en 1891, Etablissements Albert Gallant en 1903 et rubans Gallant en 2005.
Désirant renforcer sa place sur l’échiquier européen, Henri Gallant n’a de cesse de mettre ses connaissances au profit de son entreprise, en créant notamment de nouvelles pièces pour ses métiers à tisser. Ayant très vite compris la nécessité de protéger son invention, il entreprit de déposer des brevets. Le 2 avril 1884 est enregistrée sous le numéro 26530, par les services de délivrance de brevets de l’Empire d’Allemagne, une invention 100 % cominoise car, si l’entreprise, fondée en 1796 est alors la plus florissante de Comines, elle n’en cherche pas moins à conforter ses positions !
C’est la raison pour laquelle, en plus de la protection de ses marques de fabrique, elle entend se démarquer de ses concurrents en mettant sur pied des innovations techniques afin d’augmenter la productivité tout en maintenant une très haute qualité de facture. Le document de 1884 décrit de façon très précise, avec schémas à l’appui, le mécanisme d’un régulateur à cliquet pour métier à tisser le ruban que Gallant soumit aux autorités du Reich le 14 septembre 1883.
En effet, le système d’Henri Gallant permet de donner au fil la tension voulue au moment le plus opportun, grâce à un régulateur à cliquet. La qualité de la pièce tissée en ressort alors grandie, preuve que la connaissance approfondie du métier et de ses outils demeure le gage de la bonne conduite d’une entreprise par le patronat. En effet, comme nombre de ses confrères, Gallant avait appris la rubanerie poste par poste avant d’être porté à la tête de sa firme.
Ce système sera couronné de succès et démontre bien la volonté des dirigeants d’entreprise d’améliorer la machine en la différenciant de sa définition nominale, sur catalogue. Mais si Henri Gallant eut l’intelligence de déposer sa trouvaille et de la faire breveter officiellement, d’autres gardèrent leurs « transformations » de métiers à tisser secrètes.

Épisode 11 : « Et le groupe Fauchille se mit au service de Charles De Gaulle (rien que ça !)… »

Le groupe Géry Fauchille, qui regroupe entre autres 7 rubaneries cominoises (Sagaert, Lambin-Ravau, Schoutteten et froidure, Delevoye et fils, Mahieu, DMR, Gallant), possède aussi la firme de tressage STN (pour « Société des Tresses Normandes » mais qui réalise aussi des rubans élastiques), enregistrée à Comines le 1er janvier 1970 (avant cette date, elle était basée à Déville-lez-Rouen).
Délocalisée à Comines en 1970 pour alimenter en tresses l’usine de housses pour automobiles Customagic, STN gagne son indépendance en 1971. Rachetée par Schoutteten et froidure en 1992 puis par Géry Fauchille (via l’usine Sagaert) en 1994, elle vient parfaire la position dominante du groupe désormais propriétaire d’entreprises permettant à la fois des économies d’échelle mais aussi une parfaite indépendance dans ses productions.
Connue pour ses clôtures électriques, STN va très vite étoffer sa gamme de produits en misant sur l’excellence. D’où son impressionnante gamme de « sandows »  (traductible en français par les termes « tendeurs » ou « catapultes »), en réalité des tresses de très haute technicité.
Le câble de propulsion/rétention pour avion de chasse du porte-avions Charles de Gaulle est une belle illustration d’un savoir-faire jumelé à un pôle de recherches constantes. Il est constitué d’une âme de centaines de brins de caoutchouc naturel contraints dans une gaine en Polyester Multifilament Haute Ténacité. L’ingéniosité réside dans le fait qu’en plus d’être hyper résistant, le câble n’en garde pas moins une certaine élasticité ! Il fallait y penser : STN l’a fait !
Loin de se reposer sur ses lauriers, la firme cominoise a encore innové en développant des gaines de protection pour câbles électriques de centrales nucléaires, d’accélérateurs pour crash-tests automobiles, de tresses de jonglage non feu (c’est-à-dire ininflammable) en Aramid, de rubans protégeant les câbles électriques des avions Airbus A320 et Néo…
Quand vous verrez un avion voler, qu’il ait décollé du Charles de Gaulle ou qu’il possède dans son corps des morceaux de technologie rubanière cominoises, vous vous direz que le groupe Fauchille a réussi un pari fou : faire voler le savoir-faire cominois aux quatre coins de la planète !
Pour sûr, le « grand Charles » doit être heureux, lui qui a toujours misé sur un savoir-faire français de qualité et une armée dotée de produits d’exception, gage de victoire mais aussi de sûreté pour épargner au maximum la vie des soldats.

Épisode 10 : « Chez Custo y’a tout c’qu’il faut. Normal, ch’est Comènôs ! »

Sous l’égide de La Lainière de Roubaix et de son groupe Prouvost-Masurel, Comines a connu un développement textile irrésistible avec des produits conçus pour le domaine du garnissage de meubles et de l’automobile. C’est l’aventure Customagic.
En 1970, la rubanerie et le tissage Ducarin sont repris par le groupe roubaisien. Hubert Masurel, alors PDG, décide de donner au tissage Ducarin un nouvel élan avec une entreprise rachetée il y a peu en Angleterre : Customagic. Comme son nom l’indique, la firme est spécialisée dans la customisation de produits. Ces derniers sont destinés en grande masse à l’automobile mais l’usine produit aussi des couvre-chaises à bordures élastiques épousant parfaitement le coussin d’origine du siège. D’ailleurs, regardez bien au premier plan de la photographie : même les sièges des employés sont recouverts d’une housse Customagic !
Mais ce qui fait la différence dans les produits tissés depuis Comines, c’est l’invention géniale due à un autre important « textilien » de la cité des louches, Emmanuel Sigier, deuxième du nom : le procédé de couture de mousse sur tissu élastique. Cette révolution permet, en plus de garantir la solidité de la pièce créée, d’épouser parfaitement et confortablement tous les accidents et méandres d’un siège auto. « Custo » était définitivement mis sur ses rails !
Le succès étant très vite au rendez-vous, les dirigeants de Customagic décident d’étoffer la gamme de leurs produits en créant des collections similaires à celles pour la Haute Couture. Mieux, en 1975, ils conçoivent des campagnes publicitaires saillantes colonisant les ondes des deux plus grandes radios françaises de l’époque : RTL et RMC. Un groupe de pop-rock est mis sur pied, portant le nom des nouvelles réalisations de l’entreprise cominoise : « Les Câlines Sisters ». S’y adjoint un présentoir où les bassins de femmes voient leurs pubis  pudiquement protégés du regard des voyeurs par un… échantillon de housse Customagic ! Le buzz est une réussite. Quelques années plus tard, en 1981, « Custo » récidive avec une campagne plus cosy mettant en scène deux amoureux enlacés dans leur voiture, le tout surligné du slogan : « Un cœur, une maison … Et des housses Customagic ! » Tant et si bien que les documents promotionnels qui suivent cette seconde campagne présentent la mairie de Comines avec la mention «  Comines, capitale de la Housse ! »
Malheureusement, suite à la vente des sociétés de La Lainière, en 1987, et par faute d’une vision proactive, Customagic, après avoir été délocalisé à Halluin, tombera en faillite. Il n’en reste aujourd’hui que des archives, des échantillons de housses et des récits de vies conservés à La Rubanerie, ainsi qu’un bâtiment : les bureaux de l’ancien tissage Ducarin, transformés depuis 2013 en médiathèque. Drôle de reconversion pour… un siège !

Épisode 9 : « Ah, ces chers Cousin ! De vrais frères textiles… » 

Ah, les « cousinades » textiles ! Figurez-vous qu’une des plus importantes entreprises de pointe dans le domaine médical, Cousin-Biotech (et il en va de même pour sa « petite sœur » Cousin-Trestec, spécialiste du cordage de haute qualité), possède son origine à Comines…
L’histoire débute en 1840. Louis et Jean-Baptiste Cousin créent une entreprise de filterie et de retordage. La première usine, sise rue de la République, est construite sur le modèle du « château d’entreprise ». C’est le temple du fil à coudre, avec sa façade imposante de 5 niveaux et son magnifique pignon à gradins. Le succès est tel qu’une seconde implantation urbaine est créée, place du Château. Vers 1890, un site supplémentaire est construit à Wervicq-Sud. Entre-temps, les productions se sont diversifiées puisque Cousin, en plus de sa marque CSF (pour « couture sans force »), crée des lacets et des cordages, mais aussi des kits de coutures (appelés « cousettes ») pour les soldats. Ceux-ci connaîtront un grand succès durant les deux guerres mondiales.
Après la Grande Guerre, Vincent Cousin, par ailleurs maire de Comines, décide de privilégier l’implantation wervicquoise et de l’agrandir, les usines cominoises ayant été réduites à néant. C’est le début d’un nouveau souffle… irrésistible ! En 1948, Cousin-Frères fête son centenaire et le fait savoir, notamment par la réalisation d’enveloppes comprenant des mentions sur les deux faces. Au verso, on peut lire : « CSF. Cette marque symbolise des traditions de qualité maintenues de père en fils depuis 100 ans ! » Sous la houlette des familles Ferrant, Cousin et Dalle, l’entreprise ne cessera de s’affirmer comme un pôle textile d’excellence jusqu’à ce qu’une conversation entre François Cousin et un de ses amis chirurgien-orthopédiste ne transforme une gageure en un succès phénoménal et… international ! Nous sommes en 1993.
En effet, l’ami de François Cousin, voyant la qualité des tresses produites depuis Wervicq, lui demande s’il ne serait pas possible d’en concevoir afin de suppléer les ligaments croisés naturels du corps humain. Défi relevé. François Cousin crée sa première « salle blanche » (en réalité un endroit hyper protégé, débarrassé de toute forme de bactérie) et relève le gant. Cousin-Biotech était née. Depuis, elle n’a cessé d’inonder le marché avec d’autres créations phares comme l’anneau gastrique, les tissus pour soigner les hernies, les tendons pour la colonne vertébrale (remplaçant en partie les vis et structures en titane, ils permettent de réduire d’au moins un tiers le temps d’intervention), les rubans soutenant la vessie pour les personnes soufrant de fuites urinaires…
A la tête de cette division de prestige, son directeur passionné et passionnant, François Hénin veille au grain.
Avec ses 100 collaborateurs, sûr que l’entreprise, dont l’excellence textile n’est plus à démontrer mais qui demeure des plus proactives, a encore de très beaux jours devant elle, d’autant plus qu’elle joue actuellement la carte de la solidarité en mettant son savoir-faire au service du corps médical en lutte contre le COVID-19.
Des « Cousin-Frères » comme cela, on en voudrait dans toutes les familles, non ?   

Épisode 8 : « Amène, on monte à l’autel (une étole) ! » 

Saviez-vous que Comines, en plus d’avoir été la capitale mondiale du ruban utilitaire entre 1850 et 1914, était encore aujourd’hui un centre textile de premier plan pour tout ce qui est technique ainsi que pour certains produits de niche ? Saviez-vous que, malgré deux guerres mondiales (dont la Première détruisit la ville à plus de 98%), Comines a su chaque fois rebondir et proposer des articles de haute qualité ?
Ce n’est pas du chauvinisme gratuit mais bien une réalité ! Dans les collections du Musée de la Rubanerie cominoise, nombre de pièces en attestent. Franchissons la Lys et rendons-nous côté belge, rue de Warneton, dans la rubanerie mécanique Léon Berghe, fondée en 1926 à côté d’une entreprise de construction appartenant au même Léon, désireux de diversifier ses affaires. Cette maison cominoise a été dépositaire d’une marque de fabrique puis, vers 1949, d’un type de ruban peu commun : le ruban religieux.
En effet, en ces temps où les messes, processions et autres grands événements du calendrier liturgique faisaient recette, il fallait donner du lustre aux nappes d’autels mais aussi revêtir les habits du prêtre d’un article finement tissé. André Berghe, fils et successeur de Léon, prit alors la décision de réaliser des galons à coudre sur le bord des draps d’autels et créa aussi de somptueuses étoles. Le succès fut tel que de grandes maisons de mode religieuse lui commandèrent des quantités impressionnantes de métrages : Festraets, rue Lebeau à Bruxelles, connue pour inonder les paroisses, monastères et autres lieux de culte, fut son client principal. Mais Berghe livra aussi chez un grossiste de Lille et dans nombre d’abbayes et de monastères de la région brugeoise.
Comme on ne monte généralement pas à l’autel tout seul, Léon et André Berghe eurent l’idée de gagner d’autres marchés ! Ils réalisèrent ainsi des rubans techniques servant de poignées pour les automobiles Volkswagen et créèrent LBC, leur propre marque déposée, ainsi que d’autres tissus étroits au jacquard.
Les Berghe furent aussi pionniers dans l’emploi de matières nouvelles telle la rayonne ou soie artificielle. L’électricité statique libérée par le frottement de ce type de fibres laissa d’ailleurs des souvenirs vivaces chez les filles du patron comme chez ses ouvriers. Devenue « Rubanerie mécanique Berghe » en 1949, la société continua de prospérer jusqu’à l’arrivée des marchés à plus bas salaires, vers la fin des années 1950. Ainsi se termina l’histoire, débutée en 1926, d’une petite rubanerie cominoise belge qui rayonna bien au-delà de ses frontières durant plus de trois décennies. Ite missa est ? Amen !

Épisode 7 : « Une rubanerie cominoise qui fait… führer ! »

Et dire qu’il eût pu être totalement gazé à quelques kilomètres de chez nous (car il en réchappa…). C’était en 1918 à Wervicq. Qui ça ? Mais… un petit caporal moustachu pardi ! Enervé autant qu’énervant, à la gestuelle clownesque mais bien moins drôle que celle de Chaplin. En plus de tout cela, il était raciste, xénophobe, possédait un ego surdimensionné et se prenait pour un grand stratège de guerre ! D’ailleurs, c’est durant la Première Guerre mondiale qu’il choisit sa profession à venir : il ferait… Führer !
Oui, chers amis, cet être débectant répondant au nom d’Adolf Hitler, eut un rapport assez fort avec notre bonne ville de Comines et plus encore avec sa rubanerie. Petit rappel historique. Dès l’entame du conflit dans notre région, des soldats bavarois occupèrent Comines. Ils s’y installèrent définitivement le 6 octobre 1914, ne parvenant pas à enfoncer les lignes alliées pour joindre la mer du Nord. Comines, ville industrielle moderne, possède alors tous les atouts pour servir de base arrière aux armées du Reich. Les usines sont réquisitionnées, les stocks (alors très importants), pillés, les bâtiments transformés. Si les navettes se taisent petit à petit, ce sont les fusils et les aboiements des occupants qui vont les suppléer.
À Comines, toutes les rubaneries se transforment : en logement pour la troupe, en hôpitaux, en prison, en centre d’épouillage pour les soldats revenant du front, et même en… centre culturel !
Dans la rue d’Armentières, à Comines-France, la fière usine Gallant accueillera à la fois des compagnies et des soldats infirmiers de la Croix-Rouge allemande. Un cliché récemment acquis en vente publique par le Musée de la Rubanerie en atteste. Si le petit moustachu cité plus haut n’y figure pas, c’est qu’en mars 1915, il est ailleurs, un peu plus loin, dans les Weppes, près de Fromelles. Mais les archives militaires allemandes sont formelles : il a séjourné à Comines et, plus particulièrement, a été notamment cantonné chez Gallant. Ce qui n’empêcha pas ledit Adolf de s’éprendre de la fille du café « Au Fossoyeur », côté belge. Heureusement, la jeune Madeleine Coulie ne fut pas sensible à ses charmes ! Pourtant, lors de la Seconde Guerre mondiale, le 29 mai 1940, Hitler revenant sur les pas de sa carrière militaire dans les Flandres et s’arrêtant à Comines, chercha à la revoir, sans succès !
Toujours est-il qu’après la Der des Der, Comines ayant été détruite à pus de 98 %, monsieur Gallant, après avoir fui Comines pour Bernay, en Normandie (où il reconstitua une entreprise avec des rubaniers Cominois exilés), décida de transférer son usine de rubans à Tourcoing, rue d’Alger. Peut-être avait-il trop peur qu’en la reconstruisant à Comines, elle ne fasse à nouveau… fureur !

Épisode 6 : « Présentez… rubans! »

En 1905, l’industriel belge Joseph Derville fonde à Comines-France une nouvelle rubanerie rue du Vieil-Dieu, à quelques pas de la gare et de la ligne de chemin de fer. Peu avant le début de la Grande Guerre de 14-18, il s’allie avec Delvoye.
Pour vanter ses produits, Derville fait réaliser de beaux présentoirs qu’il destine à ses nombreux représentants. Au tout début de son aventure textile cominoise, ces outils de promotion sont rutilants, dotés d’une étiquette gaufrée Art nouveau sur couverture noire. Etant volumineux, donc peux pratiques à transporter, Joseph Derville les remplace, vers 1920, par un modèle réduit, plus sobre mais bien plus pratique. C’est celui présenté ci-dessus. Se dépliant comme un accordéon, la pièce de 21,5 x 12, 5 cm est bordée de deux couvertures de carton toilé rouge. Ouverte, elle mesure 1,50 mètres et possède 12 volets, chacun dédié à un type bien précis d’article : 7 sortes de sergés, un de retors, un de gros grains, un extra-fort, un dépassant 8mm/8mm, un padou, et un volet dédié au tubulaire, à la talonnette et au sergé bonneterie.
C’est une véritable rubanerie en miniature qui y est enserrée puisque tous les départements s’y trouvent… représentés! Le tubulaire est un ruban creux à l’intérieur et sert de gaine; le sergé bonneterie est employé pour les bretelles de soutien-gorges, les bords de slips…; la talonnette renforce le bas des pantalons; le padou (ou padoue) est un ruban de fil et de soie; les retors sont composés de fils plusieurs fois tordus, donc plus solides ; les gros grains sont des rubans à la résistance décuplée et les sergés sont des rubans aux côtés obliques.
En outre, les huit premières pages de la pièce vantent chacune une marque déposée par Derville et Delvoye, dont nombre célèbrent l’esprit de fierté nationale française : « A la cocarde », « A Bayard, sans peur et sans reproche », « A l’Aiglon ». D’autres mettent l’accent sur le patrimoine naturel (« A l’iris ») ou sur le côté exotique des colonies (« Au Marocain ») tandis que les deux derniers adressent un message plus voluptueux, voire sensuel, à travers deux putti (des angelots) enlacés, soulignés par deux alliances (« A la boucle »). Chaque produit se voit ensuite décliné à plusieurs reprises, selon le titrage (c’est-à-dire la grosseur) des fils employés ou la largeur de la pièce tissée.
Voilà, décliné en un mètre cinquante centimètres, tout le savoir-faire cominois du début du XXe siècle! Assurément, avec une science toute militaire, les représentants de chez Derville et Delvoye se voyaient alors en ordre de marche, prêts à répondre à l’injonction du patron : « Présentez… rubans! »

Épisode 5 : « Roger Coppe et le ruban de la vie… »​

Pardonnez-moi mais aujourd’hui, je laisserai de côté mes jeux de mots improbables et une partie de mon humour habituel car La Rubanerie est orpheline, depuis hier après-midi, de l’un de ses amis. Cette saleté de COVID-19 vient en effet d’emporter Christian Duhayon, un être à l’humanité et à la bienveillance exceptionnelle. Directeur de « l’usine au bleu » (à l’époque « Holliday pigments » devenue depuis « Venator Comines »), il fut l’artisan d’une politique de lutte contre la pollution par l’épuration à plus de 95 % des fumées émises par son entreprise. Il fut aussi un chimiste de renom et un patron qui aimait sincèrement tous ses employés. La Rubanerie pleure le grand départ d’un de ses compagnons de route dont le sourire vrai, le regard franc et la voix chaude lui manqueront. A toute sa famille, mon équipe et moi présentons nos sincères condoléances.
Christiaa Duhayon avait un autre ami très proche de La Rubanerie : Roger Coppe (1928-2012). Peintre, sculpteur et maître-verrier de renommée internationale, Roger, qui fut aussi un de mes amis personnels, avait offert en 2009 au Musée de la Rubanerie une oeuvre peinte sur toile représentant un ruban philosophique : celui qui balise nos vies… A travers le visage répété d’un même figurant jeune, au milieu de son existence, puis âgé, Roger Coppe voulait témoigner combien tous les temps de l’homme apportent leur lot de savoir, d’expérience, de remise en question, d’émancipation… Sa palette aux teintes sourdes et volontairement limitées, le travail « sculpteur » du trait de fusain, le réalisme sans concessions de ses sujets, la frontalité, voire le hiératisme de ses figures, tout dans son oeuvre appelle à la sincérité, sans fard, pour cheminer vers l’Absolu.
La vie est belle même si ses accidents semblent parfois insurmontables. Ce message ressort de la toile de Roger Coppe et nous ramène à l’essentiel : faire de nos chemins qui bifurquent des carrefours de rencontres apportant chacun le sel de ce qui nous fait exister, progresser.
Prenez bien soin de vous et de ceux qui vous sont chers. Mon équipe et moi vous souhaitons un bon week-end et vous donnons rendez-vous lundi pour l’épisode 6 de cette saga à durée indéterminée qui, nous l’espérons, vous apportera un peu de soleil dans ce quotidien confiné.

Épisode 4 : « Pétain, bon coup dans le textile ? »​

Depuis lundi dernier, La Rubanerie cherche à vaincre la crise du COVID-19 en ouvrant virtuellement ses portes et en rendant journellement public une partie de ses perles et bijoux. Aujourd’hui, destination Vichy pour prendre les eaux troubles dans les hautes sphères de l’hôtel du Parc!
Maréchal, nous y voilà ! En 1943, les services de l’Etat français font appel au dessinateur Daniel Laborne (1902-1990). Il est notamment connu pour sa série « Lariflette » (1939-1988, contant les aventures de Désiré Lariflette, français moyen ayant été soldat durant la Seconde Guerre mondiale) et pour ses productions humoristiques à destination du quotidien Ouest-France. Au début de sa carrière, Daniel Laborne oeuvre comme dessinateur industriel au sein d’une usine avant de rejoindre la presse.
En 1943, la propagande officielle pétainiste du Ministère de la Production industrielle et des Communications fait appel aux services de ce dessinateur populaire afin de créer le personnage du père Lafouine, chiffonnier de son état. Le but est d’inciter un maximum de gens à échanger leurs vieux habits et autres chiffons pour les transformer en très officiels « points textiles ». Créés en 1941 et valables des deux côtés de la ligne de démarcation (qui sera supprimée le 1er mars 1943), ils permettent, quand ils sont honorés (ce qui semble rare), de recevoir du tissu pour se confectionner des habits neufs.
Au-delà de sa portée politique, le dessin de Daniel Laborne (dont un autre exemplaire est conservé au musée Carnavalet à Paris) s’adresse d’abord et avant tout aux Français moyens. Le père Lafouine propose même une étrange ressemblance avec des personnages de bandes dessinées populaires issues du patrimoine français. On songe notamment aux « Pieds Nickelés » au moment où ils sont dessinés par Louis Forton (1879-1934) : même gouaille, même veine vernaculaire, mêmes traits gentiment caricaturaux… la résistance face à l’ennemi en moins!
À en croire les historiens, l’aventure des points textiles ne fut pourtant pas une réussite pour le consommateur. Pour la propagande mise en place par Philippe Pétain et ses sbires, elle fut un des nombreux prétextes à rassembler la masse autour de la figure tutélaire, paternelle et « bienveillante » du Maréchal.
Alors, à la question posée en début d’article « Pétain, bon coup dans le textile? », la réponse s’avère des plus… mesurées, les eaux de Vichy de cette époque étant assez troubles, voire troublées, fangeuses !

Épisode 3 : « ​ Gym tonique avec Sigier-Capelle et… ensouple esse « 

Voici déjà le troisième épisode de notre saga « 100% made in La Rubanerie confinée » (tiens, il faudra que je pense à déposer la marque!!!), comme quoi même l’enfermement ne nous empêche pas de vaincre ce foutu COVID-19 en vous faisant partager nos collections, notamment à travers nos toutes dernières acquisitions!
Quel est donc ce drôle d’engin? A première vue, sa forme, sa matière (le bois), ses dimensions (30 cm de haut pour 15 cm de diamètre) et son poids plaident pour une haltère à main. Un des côtés est pyrogravé avec la mention « SIGIER ». La pièce appartient donc à l’usine Sigier-Capelle de Comines-France, qui nous l’a offerte il y a peu. Mais à quoi sert-elle? Là est tout le mystère… que nous allons percer rien que pour vous et… en souplesse!
Les membres du personnel de la filterie-retorderie sont-ils appelés chaque matin à commencer leur journée de labeur par une séance obligatoire de gymnastique tonique, histoire de détendre l’atmosphère et de préparer les muscles à être soumis à des efforts prolongés? Le PDG Emmanuel III mène-t-il lui même la danse en coach patenté (ou pas tenté)? Est-ce une nouvelle forme révolutionnaire de management ou un coup de publicité que même Jacques Séguéla et Jean-Paul Goude n’auraient jamais pu imaginer?
Foin de tout cela et, au risque de briser un mythe (et n’en déplaise à l’ami sportif Emmanuel III Sigier), la solution à la question réside dans la technique du tissage. Car l’objet pyrogravé, sorti rien que pour vous de nos collections, est en réalité une ensouple, c’est-à-dire une bobine-mère recevant les fils de chaîne nécessaires au tissage ou au retordage du produit final. Les deux disques qui bordent l’axe principal (et que l’on nomme « flanches » ou « joues ») ont une fonction bien précise : empêcher le fil de sortir anarchiquement de la bobine car cela engendrerait des « touillons », c’est-à-dire des enchevêtrements mettant à mal le tissage ou le tressage en y incluant des malfaçons ou en brisant les fils. Voilà, vous savez tout! Ne me remerciez pas, c’est bien naturel!
Cela dit, en ces périodes de confinement où le maintien d’une bonne condition physique est requis, La Rubanerie se transforme en docteur santé, proposant une alternative en détournant un objet du quotidien textile, le transmutant en appareil garant de la forme. Et ça, il fallait y penser! Pierre Desproges, caché derrière son personnage de Monsieur Cyclopède, aurait ajouté en conclusion : « Etonnant, non ? »

Épisode 2 : « Jaconas! »

En ces temps de confinement, nous nous sommes engagés à vous partager virtuellement une partie cachée de notre riche collection. Choses promises, choses dues, voici donc le second épisode de notre saga à durée… indéterminée pour le moment!
« Jaconas! » Rassurez-vous. il ne s’agit ni d’un gros mot, ni d’une injure oubliée du capitaine Haddock, ni d’un signe discriminatoire envers la gent féminine mais bien du nom d’un ruban dont Comines avait le secret! D’ailleurs, si d’aucuns s’amusent à le prononcer en faisant chanter la consonne finale (et la tentation, je peux l’admettre, est forte), je me dois de leur faire savoir qu’ils ont tort!
Plus sérieusement, le jaconas est un tissu de coton fin et léger, entre la mousseline et la percale, employé surtout dans la confection féminine et dans la lingerie. Les bretelles de soutien-gorge en sont un bel exemple.
Comines en a fait une de ses spécialités depuis la seconde moitié du XIXè siècle et son industrialisation. Très vite, ce type d’article s’est imposé et a inondé le monde. Après la Grande Guerre, le tissage de ce de ruban a repris de plus belle, notamment pour les grandes marques que sont Valisère (aujourd’hui aux mains du groupe américain Triumph), Bolero (célèbre entreprise roubaisienne qui a marqué des générations de femmes par la haute qualité et le confort sans pareil de ses produits), mais aussi Rosy, Lou, Chantelle… Comme toutes les productions cominoises, le jaconas avait son propre barème, régulièrement ajusté et rendu public.
Le document MRc2786 présenté ci-dessus date de vers 1925. Il a été imprimé chez Debrez à Comines-France, entreprise toujours debout et qui avait un important bureau de publicité par lithographie à cette époque. On peut y lire que les articles se vendent par douzaines, selon la largeur des pièces et la longueur totale du produit et que les prix dépendent aussi du type de conditionnement. Au verso de la pièce d’archives, le client découvre que lesdits conditionnements vont de 1,75 mètres minimum a 100 mètres maximum, avec à chaque fois 30 possibilités différentes de largeur du ruban. Les prix y sont calculés en conséquence.
Dernier reste de documents d’entreprise souvent jetés à la poubelle ou laissés sur place une fois la fermeture ou la démolition de l’usine décidée (ce qui explique l’état de conservation du notre, récupéré in extremis), ce type de témoin, précieusement conservé dans notre centre de documentation, permet aux chercheurs de se pencher sur la réalité sociale et économique d’une époque mais aussi de donner aux générations actuelles et futures un image de l’industrie qu’ils ne soupçonnent pas à l’heure de la mondialisation à outrance. Il est aussi une belle illustration du savoir-faire d’une classe laborieuse qui se voit remise au pinacle par les créations 100% made in France ou made in Belgium.
Dorénavant, quand vous entendrez « Jaconas! », vous penserez La Rubanerie cominoise et patrimoine!

Épisode 1 : des images cominoises… de marques !

Comme vous avez pu le lire, suite à la pandémie de COVID-19, le Musée de la Rubanerie est fermé jusqu’au 3 avril inclus. Cela ne nous empêche pas de vous inviter à une visite virtuelle de nos petits trésors. régulièrement durant cette période de confinement, nous partagerons avec vous nos dernières acquisitions ainsi que les perles cachées de nos collections.

Et pour débuter, un peu de publicité à l’ancienne. Rappelez-vous… Si Comines fut, entre 1860 et 1914, la capitale mondiale du ruban utilitaire (plus de 80 % des rubans consommés de par le monde y étaient tissés), il fallut du fil de qualité en quantité pour ce faire ! C’est donc tout naturellement que les sociétés Hassebroucq-Frères et Devos-Frères s’y attelèrent. Le marketing étant déjà une affaire d’images et de slogans, ces deux firmes eurent tôt fait de créer des produits phares mettant au pinacle des arguments d’autorité d’ordre religieux (« Fil à la Prière », déposé en 1851), « people » (« Au Roi de Trèfle », déposé en 1868), écologiques (« Aux pelotes d’or », déposé en 1873), exotiques (« Fil au Japonais », déposé en 1862) ou encore techniques (« Fil de fer », déposé en 1843). En attestent une liste impressionnantes de dépôt de brevets mais aussi un album recensant les grandes marques des fabriques. La Rubanerie vient d’ailleurs de faire l’acquisition d’une page dudit album, inventorié MRc2764 et présenté ci-dessus. Il date de vers 1874 et plaide en ce sens. Si l’entreprise Devos-Frères (créée en 1833) ne survivra pas à la grande Guerre, Hassebroucq-Frères (fondée en 1829) se transformera en « Filatures et Filteries de France » (appelées plus communément « Les 3 F ») et demeurera le plus gros fabricant de fils jusqu’à sa fermeture, dans les années 1970.

N.B. : les marques de fils « Au Chinois » (déposé en 1847 et en 1862) et « A la Reine Berthe » (déposé en 1853) appartiennent à la maison lilloise Philipbert Vrau.

►  Lettres d’information

► Inventaire

Inventaire du Musée

►  Portfolios

TOURISSIMA – JANVIER 2020

Réunion du Club Textile 17 janvier 2019

Visite de la Rubanerie par Olivier

Quelques photographies de l’inauguration du 19 mai 2018