La Rubanerie, musée de la rubanerie cominoise

Le Musée de la Rubanerie cominoise propose de découvrir, via une trentaine de métiers, 850 ans de tissage dans la région de Comines. Du lacet de chaussure à la sangle pour élingues, de la laine et du coton aux fibres polymères d’aujourd’hui, le Musée de la Rubanerie cominoise se veut la mémoire vivante du patrimoine historique, social, culturel et industriel de tout un bassin économique.

Nouveau logo

► Coordonnées

3, rue des Arts
B-7780 Comines (Belgique)
Tel: 00 32 (0) 56 58 77 68
E-mail : larubanerie@yahoo.fr
Site web : http://www.larubanerie.wordpress.com

► Actualités

Foin de giboulées chez nous mais bien des échos sensibles vous faisant partager notre ADN, entre Histoire et création textile!
Rassurez-vous : aucun risque de choper le coronavirus en lisant ces lignes. Mieux, elles vous livreront une part souvent méconnue de notre histoire textile, en attendant de vous la conter de vive voix au Musée.
Alors, à bientôt chez nous ?

Avec ou sans corona, La Rubanerie vient à toi !

Épisode 12 : “Un brevet cominois pour un métier à tisser des plus… Gallant !”

La rubanerie Gallant, fondée en 1796, est l’une des plus emblématiques de Comines avant la Grande Guerre. En effet, n’en déplaise à son concurrent direct Désiré Ducarin, elle est la plus importante de la cité des louches.
Ses prestigieux bâtiments se dressent rue d’Armentières et occupent tout un pâté de maisons sur plusieurs hectares. En réalité, la rubanerie Gallant a pris la suite de celle fondée par Henri et Louis Lauwick : elle deviendra successivement, par associations, Lauwick-Frères et Henri Gallant en 1867 (le mécanicien Henri Gallant lui ayant permis de rayonner davantage grâce à la création d’un nouveau métier mécanique de sa conception), Henri Gallant et Cie en 1891, Etablissements Albert Gallant en 1903 et rubans Gallant en 2005.
Désirant renforcer sa place sur l’échiquier européen, Henri Gallant n’a de cesse de mettre ses connaissances au profit de son entreprise, en créant notamment de nouvelles pièces pour ses métiers à tisser. Ayant très vite compris la nécessité de protéger son invention, il entreprit de déposer des brevets. Le 2 avril 1884 est enregistrée sous le numéro 26530, par les services de délivrance de brevets de l’Empire d’Allemagne, une invention 100 % cominoise car, si l’entreprise, fondée en 1796 est alors la plus florissante de Comines, elle n’en cherche pas moins à conforter ses positions !
C’est la raison pour laquelle, en plus de la protection de ses marques de fabrique, elle entend se démarquer de ses concurrents en mettant sur pied des innovations techniques afin d’augmenter la productivité tout en maintenant une très haute qualité de facture. Le document de 1884 décrit de façon très précise, avec schémas à l’appui, le mécanisme d’un régulateur à cliquet pour métier à tisser le ruban que Gallant soumit aux autorités du Reich le 14 septembre 1883.
En effet, le système d’Henri Gallant permet de donner au fil la tension voulue au moment le plus opportun, grâce à un régulateur à cliquet. La qualité de la pièce tissée en ressort alors grandie, preuve que la connaissance approfondie du métier et de ses outils demeure le gage de la bonne conduite d’une entreprise par le patronat. En effet, comme nombre de ses confrères, Gallant avait appris la rubanerie poste par poste avant d’être porté à la tête de sa firme.
Ce système sera couronné de succès et démontre bien la volonté des dirigeants d’entreprise d’améliorer la machine en la différenciant de sa définition nominale, sur catalogue. Mais si Henri Gallant eut l’intelligence de déposer sa trouvaille et de la faire breveter officiellement, d’autres gardèrent leurs « transformations » de métiers à tisser secrètes.

Épisode 11 : “Et le groupe Fauchille se mit au service de Charles De Gaulle (rien que ça !)…”

Le groupe Géry Fauchille, qui regroupe entre autres 7 rubaneries cominoises (Sagaert, Lambin-Ravau, Schoutteten et froidure, Delevoye et fils, Mahieu, DMR, Gallant), possède aussi la firme de tressage STN (pour « Société des Tresses Normandes » mais qui réalise aussi des rubans élastiques), enregistrée à Comines le 1er janvier 1970 (avant cette date, elle était basée à Déville-lez-Rouen).
Délocalisée à Comines en 1970 pour alimenter en tresses l’usine de housses pour automobiles Customagic, STN gagne son indépendance en 1971. Rachetée par Schoutteten et froidure en 1992 puis par Géry Fauchille (via l’usine Sagaert) en 1994, elle vient parfaire la position dominante du groupe désormais propriétaire d’entreprises permettant à la fois des économies d’échelle mais aussi une parfaite indépendance dans ses productions.
Connue pour ses clôtures électriques, STN va très vite étoffer sa gamme de produits en misant sur l’excellence. D’où son impressionnante gamme de « sandows »  (traductible en français par les termes « tendeurs » ou « catapultes »), en réalité des tresses de très haute technicité.
Le câble de propulsion/rétention pour avion de chasse du porte-avions Charles de Gaulle est une belle illustration d’un savoir-faire jumelé à un pôle de recherches constantes. Il est constitué d’une âme de centaines de brins de caoutchouc naturel contraints dans une gaine en Polyester Multifilament Haute Ténacité. L’ingéniosité réside dans le fait qu’en plus d’être hyper résistant, le câble n’en garde pas moins une certaine élasticité ! Il fallait y penser : STN l’a fait !
Loin de se reposer sur ses lauriers, la firme cominoise a encore innové en développant des gaines de protection pour câbles électriques de centrales nucléaires, d’accélérateurs pour crash-tests automobiles, de tresses de jonglage non feu (c’est-à-dire ininflammable) en Aramid, de rubans protégeant les câbles électriques des avions Airbus A320 et Néo…
Quand vous verrez un avion voler, qu’il ait décollé du Charles de Gaulle ou qu’il possède dans son corps des morceaux de technologie rubanière cominoises, vous vous direz que le groupe Fauchille a réussi un pari fou : faire voler le savoir-faire cominois aux quatre coins de la planète !
Pour sûr, le « grand Charles » doit être heureux, lui qui a toujours misé sur un savoir-faire français de qualité et une armée dotée de produits d’exception, gage de victoire mais aussi de sûreté pour épargner au maximum la vie des soldats.

Épisode 10 : “Chez Custo y’a tout c’qu’il faut. Normal, ch’est Comènôs !”

Sous l’égide de La Lainière de Roubaix et de son groupe Prouvost-Masurel, Comines a connu un développement textile irrésistible avec des produits conçus pour le domaine du garnissage de meubles et de l’automobile. C’est l’aventure Customagic.
En 1970, la rubanerie et le tissage Ducarin sont repris par le groupe roubaisien. Hubert Masurel, alors PDG, décide de donner au tissage Ducarin un nouvel élan avec une entreprise rachetée il y a peu en Angleterre : Customagic. Comme son nom l’indique, la firme est spécialisée dans la customisation de produits. Ces derniers sont destinés en grande masse à l’automobile mais l’usine produit aussi des couvre-chaises à bordures élastiques épousant parfaitement le coussin d’origine du siège. D’ailleurs, regardez bien au premier plan de la photographie : même les sièges des employés sont recouverts d’une housse Customagic !
Mais ce qui fait la différence dans les produits tissés depuis Comines, c’est l’invention géniale due à un autre important “textilien” de la cité des louches, Emmanuel Sigier, deuxième du nom : le procédé de couture de mousse sur tissu élastique. Cette révolution permet, en plus de garantir la solidité de la pièce créée, d’épouser parfaitement et confortablement tous les accidents et méandres d’un siège auto. « Custo » était définitivement mis sur ses rails !
Le succès étant très vite au rendez-vous, les dirigeants de Customagic décident d’étoffer la gamme de leurs produits en créant des collections similaires à celles pour la Haute Couture. Mieux, en 1975, ils conçoivent des campagnes publicitaires saillantes colonisant les ondes des deux plus grandes radios françaises de l’époque : RTL et RMC. Un groupe de pop-rock est mis sur pied, portant le nom des nouvelles réalisations de l’entreprise cominoise : « Les Câlines Sisters ». S’y adjoint un présentoir où les bassins de femmes voient leurs pubis  pudiquement protégés du regard des voyeurs par un… échantillon de housse Customagic ! Le buzz est une réussite. Quelques années plus tard, en 1981, « Custo » récidive avec une campagne plus cosy mettant en scène deux amoureux enlacés dans leur voiture, le tout surligné du slogan : « Un cœur, une maison … Et des housses Customagic ! » Tant et si bien que les documents promotionnels qui suivent cette seconde campagne présentent la mairie de Comines avec la mention «  Comines, capitale de la Housse ! »
Malheureusement, suite à la vente des sociétés de La Lainière, en 1987, et par faute d’une vision proactive, Customagic, après avoir été délocalisé à Halluin, tombera en faillite. Il n’en reste aujourd’hui que des archives, des échantillons de housses et des récits de vies conservés à La Rubanerie, ainsi qu’un bâtiment : les bureaux de l’ancien tissage Ducarin, transformés depuis 2013 en médiathèque. Drôle de reconversion pour… un siège !

Épisode 9 : “Ah, ces chers Cousin ! De vrais frères textiles…” 

Ah, les « cousinades » textiles ! Figurez-vous qu’une des plus importantes entreprises de pointe dans le domaine médical, Cousin-Biotech (et il en va de même pour sa « petite sœur » Cousin-Trestec, spécialiste du cordage de haute qualité), possède son origine à Comines…
L’histoire débute en 1840. Louis et Jean-Baptiste Cousin créent une entreprise de filterie et de retordage. La première usine, sise rue de la République, est construite sur le modèle du « château d’entreprise ». C’est le temple du fil à coudre, avec sa façade imposante de 5 niveaux et son magnifique pignon à gradins. Le succès est tel qu’une seconde implantation urbaine est créée, place du Château. Vers 1890, un site supplémentaire est construit à Wervicq-Sud. Entre-temps, les productions se sont diversifiées puisque Cousin, en plus de sa marque CSF (pour « couture sans force »), crée des lacets et des cordages, mais aussi des kits de coutures (appelés « cousettes ») pour les soldats. Ceux-ci connaîtront un grand succès durant les deux guerres mondiales.
Après la Grande Guerre, Vincent Cousin, par ailleurs maire de Comines, décide de privilégier l’implantation wervicquoise et de l’agrandir, les usines cominoises ayant été réduites à néant. C’est le début d’un nouveau souffle… irrésistible ! En 1948, Cousin-Frères fête son centenaire et le fait savoir, notamment par la réalisation d’enveloppes comprenant des mentions sur les deux faces. Au verso, on peut lire : « CSF. Cette marque symbolise des traditions de qualité maintenues de père en fils depuis 100 ans ! » Sous la houlette des familles Ferrant, Cousin et Dalle, l’entreprise ne cessera de s’affirmer comme un pôle textile d’excellence jusqu’à ce qu’une conversation entre François Cousin et un de ses amis chirurgien-orthopédiste ne transforme une gageure en un succès phénoménal et… international ! Nous sommes en 1993.
En effet, l’ami de François Cousin, voyant la qualité des tresses produites depuis Wervicq, lui demande s’il ne serait pas possible d’en concevoir afin de suppléer les ligaments croisés naturels du corps humain. Défi relevé. François Cousin crée sa première « salle blanche » (en réalité un endroit hyper protégé, débarrassé de toute forme de bactérie) et relève le gant. Cousin-Biotech était née. Depuis, elle n’a cessé d’inonder le marché avec d’autres créations phares comme l’anneau gastrique, les tissus pour soigner les hernies, les tendons pour la colonne vertébrale (remplaçant en partie les vis et structures en titane, ils permettent de réduire d’au moins un tiers le temps d’intervention), les rubans soutenant la vessie pour les personnes soufrant de fuites urinaires…
A la tête de cette division de prestige, son directeur passionné et passionnant, François Hénin veille au grain.
Avec ses 100 collaborateurs, sûr que l’entreprise, dont l’excellence textile n’est plus à démontrer mais qui demeure des plus proactives, a encore de très beaux jours devant elle, d’autant plus qu’elle joue actuellement la carte de la solidarité en mettant son savoir-faire au service du corps médical en lutte contre le COVID-19.
Des “Cousin-Frères” comme cela, on en voudrait dans toutes les familles, non ?   

Épisode 8 : “Amène, on monte à l’autel (une étole) !” 

Saviez-vous que Comines, en plus d’avoir été la capitale mondiale du ruban utilitaire entre 1850 et 1914, était encore aujourd’hui un centre textile de premier plan pour tout ce qui est technique ainsi que pour certains produits de niche ? Saviez-vous que, malgré deux guerres mondiales (dont la Première détruisit la ville à plus de 98%), Comines a su chaque fois rebondir et proposer des articles de haute qualité ?
Ce n’est pas du chauvinisme gratuit mais bien une réalité ! Dans les collections du Musée de la Rubanerie cominoise, nombre de pièces en attestent. Franchissons la Lys et rendons-nous côté belge, rue de Warneton, dans la rubanerie mécanique Léon Berghe, fondée en 1926 à côté d’une entreprise de construction appartenant au même Léon, désireux de diversifier ses affaires. Cette maison cominoise a été dépositaire d’une marque de fabrique puis, vers 1949, d’un type de ruban peu commun : le ruban religieux.
En effet, en ces temps où les messes, processions et autres grands événements du calendrier liturgique faisaient recette, il fallait donner du lustre aux nappes d’autels mais aussi revêtir les habits du prêtre d’un article finement tissé. André Berghe, fils et successeur de Léon, prit alors la décision de réaliser des galons à coudre sur le bord des draps d’autels et créa aussi de somptueuses étoles. Le succès fut tel que de grandes maisons de mode religieuse lui commandèrent des quantités impressionnantes de métrages : Festraets, rue Lebeau à Bruxelles, connue pour inonder les paroisses, monastères et autres lieux de culte, fut son client principal. Mais Berghe livra aussi chez un grossiste de Lille et dans nombre d’abbayes et de monastères de la région brugeoise.
Comme on ne monte généralement pas à l’autel tout seul, Léon et André Berghe eurent l’idée de gagner d’autres marchés ! Ils réalisèrent ainsi des rubans techniques servant de poignées pour les automobiles Volkswagen et créèrent LBC, leur propre marque déposée, ainsi que d’autres tissus étroits au jacquard.
Les Berghe furent aussi pionniers dans l’emploi de matières nouvelles telle la rayonne ou soie artificielle. L’électricité statique libérée par le frottement de ce type de fibres laissa d’ailleurs des souvenirs vivaces chez les filles du patron comme chez ses ouvriers. Devenue « Rubanerie mécanique Berghe » en 1949, la société continua de prospérer jusqu’à l’arrivée des marchés à plus bas salaires, vers la fin des années 1950. Ainsi se termina l’histoire, débutée en 1926, d’une petite rubanerie cominoise belge qui rayonna bien au-delà de ses frontières durant plus de trois décennies. Ite missa est ? Amen !

Épisode 7 : “Une rubanerie cominoise qui fait… führer !”

Et dire qu’il eût pu être totalement gazé à quelques kilomètres de chez nous (car il en réchappa…). C’était en 1918 à Wervicq. Qui ça ? Mais… un petit caporal moustachu pardi ! Enervé autant qu’énervant, à la gestuelle clownesque mais bien moins drôle que celle de Chaplin. En plus de tout cela, il était raciste, xénophobe, possédait un ego surdimensionné et se prenait pour un grand stratège de guerre ! D’ailleurs, c’est durant la Première Guerre mondiale qu’il choisit sa profession à venir : il ferait… Führer !
Oui, chers amis, cet être débectant répondant au nom d’Adolf Hitler, eut un rapport assez fort avec notre bonne ville de Comines et plus encore avec sa rubanerie. Petit rappel historique. Dès l’entame du conflit dans notre région, des soldats bavarois occupèrent Comines. Ils s’y installèrent définitivement le 6 octobre 1914, ne parvenant pas à enfoncer les lignes alliées pour joindre la mer du Nord. Comines, ville industrielle moderne, possède alors tous les atouts pour servir de base arrière aux armées du Reich. Les usines sont réquisitionnées, les stocks (alors très importants), pillés, les bâtiments transformés. Si les navettes se taisent petit à petit, ce sont les fusils et les aboiements des occupants qui vont les suppléer.
À Comines, toutes les rubaneries se transforment : en logement pour la troupe, en hôpitaux, en prison, en centre d’épouillage pour les soldats revenant du front, et même en… centre culturel !
Dans la rue d’Armentières, à Comines-France, la fière usine Gallant accueillera à la fois des compagnies et des soldats infirmiers de la Croix-Rouge allemande. Un cliché récemment acquis en vente publique par le Musée de la Rubanerie en atteste. Si le petit moustachu cité plus haut n’y figure pas, c’est qu’en mars 1915, il est ailleurs, un peu plus loin, dans les Weppes, près de Fromelles. Mais les archives militaires allemandes sont formelles : il a séjourné à Comines et, plus particulièrement, a été notamment cantonné chez Gallant. Ce qui n’empêcha pas ledit Adolf de s’éprendre de la fille du café « Au Fossoyeur », côté belge. Heureusement, la jeune Madeleine Coulie ne fut pas sensible à ses charmes ! Pourtant, lors de la Seconde Guerre mondiale, le 29 mai 1940, Hitler revenant sur les pas de sa carrière militaire dans les Flandres et s’arrêtant à Comines, chercha à la revoir, sans succès !
Toujours est-il qu’après la Der des Der, Comines ayant été détruite à pus de 98 %, monsieur Gallant, après avoir fui Comines pour Bernay, en Normandie (où il reconstitua une entreprise avec des rubaniers Cominois exilés), décida de transférer son usine de rubans à Tourcoing, rue d’Alger. Peut-être avait-il trop peur qu’en la reconstruisant à Comines, elle ne fasse à nouveau… fureur !

Épisode 6 : “Présentez… rubans!”

En 1905, l’industriel belge Joseph Derville fonde à Comines-France une nouvelle rubanerie rue du Vieil-Dieu, à quelques pas de la gare et de la ligne de chemin de fer. Peu avant le début de la Grande Guerre de 14-18, il s’allie avec Delvoye.
Pour vanter ses produits, Derville fait réaliser de beaux présentoirs qu’il destine à ses nombreux représentants. Au tout début de son aventure textile cominoise, ces outils de promotion sont rutilants, dotés d’une étiquette gaufrée Art nouveau sur couverture noire. Etant volumineux, donc peux pratiques à transporter, Joseph Derville les remplace, vers 1920, par un modèle réduit, plus sobre mais bien plus pratique. C’est celui présenté ci-dessus. Se dépliant comme un accordéon, la pièce de 21,5 x 12, 5 cm est bordée de deux couvertures de carton toilé rouge. Ouverte, elle mesure 1,50 mètres et possède 12 volets, chacun dédié à un type bien précis d’article : 7 sortes de sergés, un de retors, un de gros grains, un extra-fort, un dépassant 8mm/8mm, un padou, et un volet dédié au tubulaire, à la talonnette et au sergé bonneterie.
C’est une véritable rubanerie en miniature qui y est enserrée puisque tous les départements s’y trouvent… représentés! Le tubulaire est un ruban creux à l’intérieur et sert de gaine; le sergé bonneterie est employé pour les bretelles de soutien-gorges, les bords de slips…; la talonnette renforce le bas des pantalons; le padou (ou padoue) est un ruban de fil et de soie; les retors sont composés de fils plusieurs fois tordus, donc plus solides ; les gros grains sont des rubans à la résistance décuplée et les sergés sont des rubans aux côtés obliques.
En outre, les huit premières pages de la pièce vantent chacune une marque déposée par Derville et Delvoye, dont nombre célèbrent l’esprit de fierté nationale française : “A la cocarde”, “A Bayard, sans peur et sans reproche”, “A l’Aiglon”. D’autres mettent l’accent sur le patrimoine naturel (“A l’iris”) ou sur le côté exotique des colonies (“Au Marocain”) tandis que les deux derniers adressent un message plus voluptueux, voire sensuel, à travers deux putti (des angelots) enlacés, soulignés par deux alliances (“A la boucle”). Chaque produit se voit ensuite décliné à plusieurs reprises, selon le titrage (c’est-à-dire la grosseur) des fils employés ou la largeur de la pièce tissée.
Voilà, décliné en un mètre cinquante centimètres, tout le savoir-faire cominois du début du XXe siècle! Assurément, avec une science toute militaire, les représentants de chez Derville et Delvoye se voyaient alors en ordre de marche, prêts à répondre à l’injonction du patron : “Présentez… rubans!”

Épisode 5 : “Roger Coppe et le ruban de la vie…”​

Pardonnez-moi mais aujourd’hui, je laisserai de côté mes jeux de mots improbables et une partie de mon humour habituel car La Rubanerie est orpheline, depuis hier après-midi, de l’un de ses amis. Cette saleté de COVID-19 vient en effet d’emporter Christian Duhayon, un être à l’humanité et à la bienveillance exceptionnelle. Directeur de “l’usine au bleu” (à l’époque “Holliday pigments” devenue depuis “Venator Comines”), il fut l’artisan d’une politique de lutte contre la pollution par l’épuration à plus de 95 % des fumées émises par son entreprise. Il fut aussi un chimiste de renom et un patron qui aimait sincèrement tous ses employés. La Rubanerie pleure le grand départ d’un de ses compagnons de route dont le sourire vrai, le regard franc et la voix chaude lui manqueront. A toute sa famille, mon équipe et moi présentons nos sincères condoléances.
Christiaa Duhayon avait un autre ami très proche de La Rubanerie : Roger Coppe (1928-2012). Peintre, sculpteur et maître-verrier de renommée internationale, Roger, qui fut aussi un de mes amis personnels, avait offert en 2009 au Musée de la Rubanerie une oeuvre peinte sur toile représentant un ruban philosophique : celui qui balise nos vies… A travers le visage répété d’un même figurant jeune, au milieu de son existence, puis âgé, Roger Coppe voulait témoigner combien tous les temps de l’homme apportent leur lot de savoir, d’expérience, de remise en question, d’émancipation… Sa palette aux teintes sourdes et volontairement limitées, le travail “sculpteur” du trait de fusain, le réalisme sans concessions de ses sujets, la frontalité, voire le hiératisme de ses figures, tout dans son oeuvre appelle à la sincérité, sans fard, pour cheminer vers l’Absolu.
La vie est belle même si ses accidents semblent parfois insurmontables. Ce message ressort de la toile de Roger Coppe et nous ramène à l’essentiel : faire de nos chemins qui bifurquent des carrefours de rencontres apportant chacun le sel de ce qui nous fait exister, progresser.
Prenez bien soin de vous et de ceux qui vous sont chers. Mon équipe et moi vous souhaitons un bon week-end et vous donnons rendez-vous lundi pour l’épisode 6 de cette saga à durée indéterminée qui, nous l’espérons, vous apportera un peu de soleil dans ce quotidien confiné.

Épisode 4 : “Pétain, bon coup dans le textile ?”​

Depuis lundi dernier, La Rubanerie cherche à vaincre la crise du COVID-19 en ouvrant virtuellement ses portes et en rendant journellement public une partie de ses perles et bijoux. Aujourd’hui, destination Vichy pour prendre les eaux troubles dans les hautes sphères de l’hôtel du Parc!
Maréchal, nous y voilà ! En 1943, les services de l’Etat français font appel au dessinateur Daniel Laborne (1902-1990). Il est notamment connu pour sa série “Lariflette” (1939-1988, contant les aventures de Désiré Lariflette, français moyen ayant été soldat durant la Seconde Guerre mondiale) et pour ses productions humoristiques à destination du quotidien Ouest-France. Au début de sa carrière, Daniel Laborne oeuvre comme dessinateur industriel au sein d’une usine avant de rejoindre la presse.
En 1943, la propagande officielle pétainiste du Ministère de la Production industrielle et des Communications fait appel aux services de ce dessinateur populaire afin de créer le personnage du père Lafouine, chiffonnier de son état. Le but est d’inciter un maximum de gens à échanger leurs vieux habits et autres chiffons pour les transformer en très officiels “points textiles”. Créés en 1941 et valables des deux côtés de la ligne de démarcation (qui sera supprimée le 1er mars 1943), ils permettent, quand ils sont honorés (ce qui semble rare), de recevoir du tissu pour se confectionner des habits neufs.
Au-delà de sa portée politique, le dessin de Daniel Laborne (dont un autre exemplaire est conservé au musée Carnavalet à Paris) s’adresse d’abord et avant tout aux Français moyens. Le père Lafouine propose même une étrange ressemblance avec des personnages de bandes dessinées populaires issues du patrimoine français. On songe notamment aux “Pieds Nickelés” au moment où ils sont dessinés par Louis Forton (1879-1934) : même gouaille, même veine vernaculaire, mêmes traits gentiment caricaturaux… la résistance face à l’ennemi en moins!
À en croire les historiens, l’aventure des points textiles ne fut pourtant pas une réussite pour le consommateur. Pour la propagande mise en place par Philippe Pétain et ses sbires, elle fut un des nombreux prétextes à rassembler la masse autour de la figure tutélaire, paternelle et “bienveillante” du Maréchal.
Alors, à la question posée en début d’article “Pétain, bon coup dans le textile?”, la réponse s’avère des plus… mesurées, les eaux de Vichy de cette époque étant assez troubles, voire troublées, fangeuses !

Épisode 3 : “​ Gym tonique avec Sigier-Capelle et… ensouple esse “

Voici déjà le troisième épisode de notre saga “100% made in La Rubanerie confinée” (tiens, il faudra que je pense à déposer la marque!!!), comme quoi même l’enfermement ne nous empêche pas de vaincre ce foutu COVID-19 en vous faisant partager nos collections, notamment à travers nos toutes dernières acquisitions!
Quel est donc ce drôle d’engin? A première vue, sa forme, sa matière (le bois), ses dimensions (30 cm de haut pour 15 cm de diamètre) et son poids plaident pour une haltère à main. Un des côtés est pyrogravé avec la mention “SIGIER”. La pièce appartient donc à l’usine Sigier-Capelle de Comines-France, qui nous l’a offerte il y a peu. Mais à quoi sert-elle? Là est tout le mystère… que nous allons percer rien que pour vous et… en souplesse!
Les membres du personnel de la filterie-retorderie sont-ils appelés chaque matin à commencer leur journée de labeur par une séance obligatoire de gymnastique tonique, histoire de détendre l’atmosphère et de préparer les muscles à être soumis à des efforts prolongés? Le PDG Emmanuel III mène-t-il lui même la danse en coach patenté (ou pas tenté)? Est-ce une nouvelle forme révolutionnaire de management ou un coup de publicité que même Jacques Séguéla et Jean-Paul Goude n’auraient jamais pu imaginer?
Foin de tout cela et, au risque de briser un mythe (et n’en déplaise à l’ami sportif Emmanuel III Sigier), la solution à la question réside dans la technique du tissage. Car l’objet pyrogravé, sorti rien que pour vous de nos collections, est en réalité une ensouple, c’est-à-dire une bobine-mère recevant les fils de chaîne nécessaires au tissage ou au retordage du produit final. Les deux disques qui bordent l’axe principal (et que l’on nomme “flanches” ou “joues”) ont une fonction bien précise : empêcher le fil de sortir anarchiquement de la bobine car cela engendrerait des “touillons”, c’est-à-dire des enchevêtrements mettant à mal le tissage ou le tressage en y incluant des malfaçons ou en brisant les fils. Voilà, vous savez tout! Ne me remerciez pas, c’est bien naturel!
Cela dit, en ces périodes de confinement où le maintien d’une bonne condition physique est requis, La Rubanerie se transforme en docteur santé, proposant une alternative en détournant un objet du quotidien textile, le transmutant en appareil garant de la forme. Et ça, il fallait y penser! Pierre Desproges, caché derrière son personnage de Monsieur Cyclopède, aurait ajouté en conclusion : “Etonnant, non ?”

Épisode 2 : “Jaconas!”

En ces temps de confinement, nous nous sommes engagés à vous partager virtuellement une partie cachée de notre riche collection. Choses promises, choses dues, voici donc le second épisode de notre saga à durée… indéterminée pour le moment!
“Jaconas!” Rassurez-vous. il ne s’agit ni d’un gros mot, ni d’une injure oubliée du capitaine Haddock, ni d’un signe discriminatoire envers la gent féminine mais bien du nom d’un ruban dont Comines avait le secret! D’ailleurs, si d’aucuns s’amusent à le prononcer en faisant chanter la consonne finale (et la tentation, je peux l’admettre, est forte), je me dois de leur faire savoir qu’ils ont tort!
Plus sérieusement, le jaconas est un tissu de coton fin et léger, entre la mousseline et la percale, employé surtout dans la confection féminine et dans la lingerie. Les bretelles de soutien-gorge en sont un bel exemple.
Comines en a fait une de ses spécialités depuis la seconde moitié du XIXè siècle et son industrialisation. Très vite, ce type d’article s’est imposé et a inondé le monde. Après la Grande Guerre, le tissage de ce de ruban a repris de plus belle, notamment pour les grandes marques que sont Valisère (aujourd’hui aux mains du groupe américain Triumph), Bolero (célèbre entreprise roubaisienne qui a marqué des générations de femmes par la haute qualité et le confort sans pareil de ses produits), mais aussi Rosy, Lou, Chantelle… Comme toutes les productions cominoises, le jaconas avait son propre barème, régulièrement ajusté et rendu public.
Le document MRc2786 présenté ci-dessus date de vers 1925. Il a été imprimé chez Debrez à Comines-France, entreprise toujours debout et qui avait un important bureau de publicité par lithographie à cette époque. On peut y lire que les articles se vendent par douzaines, selon la largeur des pièces et la longueur totale du produit et que les prix dépendent aussi du type de conditionnement. Au verso de la pièce d’archives, le client découvre que lesdits conditionnements vont de 1,75 mètres minimum a 100 mètres maximum, avec à chaque fois 30 possibilités différentes de largeur du ruban. Les prix y sont calculés en conséquence.
Dernier reste de documents d’entreprise souvent jetés à la poubelle ou laissés sur place une fois la fermeture ou la démolition de l’usine décidée (ce qui explique l’état de conservation du notre, récupéré in extremis), ce type de témoin, précieusement conservé dans notre centre de documentation, permet aux chercheurs de se pencher sur la réalité sociale et économique d’une époque mais aussi de donner aux générations actuelles et futures un image de l’industrie qu’ils ne soupçonnent pas à l’heure de la mondialisation à outrance. Il est aussi une belle illustration du savoir-faire d’une classe laborieuse qui se voit remise au pinacle par les créations 100% made in France ou made in Belgium.
Dorénavant, quand vous entendrez “Jaconas!”, vous penserez La Rubanerie cominoise et patrimoine!

Épisode 1 : des images cominoises… de marques !

Comme vous avez pu le lire, suite à la pandémie de COVID-19, le Musée de la Rubanerie est fermé jusqu’au 3 avril inclus. Cela ne nous empêche pas de vous inviter à une visite virtuelle de nos petits trésors. régulièrement durant cette période de confinement, nous partagerons avec vous nos dernières acquisitions ainsi que les perles cachées de nos collections.

Et pour débuter, un peu de publicité à l’ancienne. Rappelez-vous… Si Comines fut, entre 1860 et 1914, la capitale mondiale du ruban utilitaire (plus de 80 % des rubans consommés de par le monde y étaient tissés), il fallut du fil de qualité en quantité pour ce faire ! C’est donc tout naturellement que les sociétés Hassebroucq-Frères et Devos-Frères s’y attelèrent. Le marketing étant déjà une affaire d’images et de slogans, ces deux firmes eurent tôt fait de créer des produits phares mettant au pinacle des arguments d’autorité d’ordre religieux (“Fil à la Prière”, déposé en 1851), “people” (“Au Roi de Trèfle”, déposé en 1868), écologiques (“Aux pelotes d’or”, déposé en 1873), exotiques (“Fil au Japonais”, déposé en 1862) ou encore techniques (“Fil de fer”, déposé en 1843). En attestent une liste impressionnantes de dépôt de brevets mais aussi un album recensant les grandes marques des fabriques. La Rubanerie vient d’ailleurs de faire l’acquisition d’une page dudit album, inventorié MRc2764 et présenté ci-dessus. Il date de vers 1874 et plaide en ce sens. Si l’entreprise Devos-Frères (créée en 1833) ne survivra pas à la grande Guerre, Hassebroucq-Frères (fondée en 1829) se transformera en “Filatures et Filteries de France” (appelées plus communément “Les 3 F”) et demeurera le plus gros fabricant de fils jusqu’à sa fermeture, dans les années 1970.

N.B. : les marques de fils “Au Chinois” (déposé en 1847 et en 1862) et “A la Reine Berthe” (déposé en 1853) appartiennent à la maison lilloise Philipbert Vrau.

►  Lettres d’information

► Inventaire

Inventaire du Musée

►  Portfolios

TOURISSIMA – JANVIER 2020

Réunion du Club Textile 17 janvier 2019

Visite de la Rubanerie par Olivier

Quelques photographies de l’inauguration du 19 mai 2018